Wimbledon - J7 : un dimanche historique

 - Amandine Reymond

La fin d’une tradition, un anniversaire fêté en grande pompe et de jolies surprises, voici ce qu’il ne fallait pas manquer ce dimanche à Wimbledon.

Champions Wimbledon©Corinne Dubreuil / FFT

Des stars en pagaille sur le Centre court, des combats épiques et de jolies surprises, voici ce qu'il faut retenir de ce dimanche particulier à Wimbledon.

La fin du traditionnel dimanche de repos 

C’était l’une des traditions les plus célèbres de Wimbledon mais elle appartient désormais au passé. Alors qu’on ne jouait habituellement aucun match sur les courts du All England Lawn Tennis Club lors du dimanche de la première semaine, les organisateurs du Grand Chelem londonien ont décidé de mettre fin à cette tradition. Certes, il y avait déjà eu des rencontres lors de ce "middle-sunday" par le passé. En 1991, 1997, 2004 et 2007 c’est le mauvais temps de la première semaine qui avait forcé les organisateurs à programmer des matchs pour rattraper le retard accumulé et éviter de disputer les finales le lundi ou mardi suivant. Cette année, c’est différent, le dimanche intermédiaire est désormais officiellement intégré au calendrier du tournoi. 

Un anniversaire mémorable

Cette année le Centre Court de Wimbledon fête ses 100 ans. Pour marquer le centenaire de ce court mythique, les organisateurs ont fait les choses en grand en imaginant une cérémonie en présence d’un grand nombre des champions de Wimbledon. Entrées sur le court les unes après les autres en fonction du nombres de titres remportés en simple à Wimbledon, 26 légendes du tennis ont pris la pose ensemble. Une photo historique réunissant pas moins de 197 titres du Grand Chelem !

Absent des courts depuis sa défaite en quarts de finale contre Hubert Hurkacz ici-même l'an dernier, Roger Federer avait fait le déplacement à l'occasion de cette célébration, pour le plus grand plaisir des spectateurs... et de ses collègues !

Le conte de fées continue pour Tatjana Maria

Tatjana Maria, qui n’avait atteint qu’une seule fois le troisième tour en Grand Chelem (Wimbledon 2015) avant ce tournoi vit un véritable rêve sur le gazon londonien. A 34 ans, l’Allemande, 103e mondiale et mère de deux petites filles nées en 2013 et 2021, a sauvé deux balles de match pour se qualifier pour son tout premier quart de finale en Grand Chelem en battant la Lettone Jelena Ostapenko 5/7, 7/5, 7/5. Mardi c’est face à une autre invitée surprise de ces quarts de finale, sa compatriote Jule Niemeier, 97e mondiale - tombeuse d’Heather Watson 6/2, 6/4 - qu’elle tentera de décrocher sa place en demi-finales. 

Le combat du jour : Goffin-Tiafoe

4h36 ! C’est le temps qu’il a fallu à David Goffin pour venir à bout de l’Américain Frances Tiafoe au terme du plus long (et certainement l'un des plus réjouissants) match de cette édition 2022. "C’était une bataille incroyable, j’ai dû rester dans le match et mentalement je suis mort parce qu’il a fallu se battre en permanence pour revenir mais je suis vraiment très heureux d’être de nouveau en quarts de finale, a commenté le Belge sur le court. Cette victoire représente tellement, ça a été très dur l’an dernier mais je me suis beaucoup battu pour revenir à mon meilleur niveau et être ici et gagner quatre matchs de suite, c’est incroyable." Qualifié pour son quatrième quart de finale en Grand Chelem, le premier depuis celui qu’il avait perdu contre Novak Djokovic à Londres en 2019, David Goffin y affrontera le Britannique Cameron Norrie, facile vainqueur de Tommy Paul 6/4, 7/5, 6/4 ce dimanche.

Sinner s'offre Alcaraz

Jannik Sinner a impressionné sur le Centre court aujourd'hui. Particulièrement au service (aucun break concédé). Opposé à la star montante du tennis espagnol, Carlos Alcaraz, l'Italien a dominé la plupart des échanges et très souvent poussé son adversaire à la faute. Même s'il s'est fait peur en gâchant deux balles de match dans le tie-break du troisième set finalement remporté par Alcaraz, Jannik Sinner a su serrer le jeu en fin de quatrième manche pour s'assurer la victoire 6/1, 6/4, 6/7(8), 6/3 et prendre rendez-vous avec Novak Djokovic en quarts de finale. Quart de finaliste à Roland-Garros 2022 et à l'US Open 2021, Carlos Alcaraz devra quant à lui attendre encore un peu avant d'atteindre ce stade de la compétition à Wimbledon.

Djokovic en quatre sets

Programmé en dernière rotation sur le Centre Court contre la révélation de cette saison sur gazon, le Néerlandais Tim van Rijthoven, Novak Djokovic a assuré l'essentiel malgré la perte du deuxième set pour se qualifier pour son 13e quart de finale à Wimbledon. Vainqueur 6/2, 4/6, 6/1, 6/2, le Serbe signe ainsi sa 25e victoire consécutive sur le gazon londonien.

Jabeur a tremblé

Favorite de son huitième de finale, Ons Jabeur s'est fait peur contre Elise Mertens qui l'a poussée au tie-break dans le premier set alors que la Tunisienne semblait avoir le dessus. Malmenée, la n°2 mondiale a su trouver les solutions au bon moment pour s'en sortir en deux sets 7/6(9), 6/4 et continuer à rêver d'un titre qui lui tend les bras depuis l'élimination de la numéro un mondiale Iga Swiatek samedi.

"C'était une grosse bataille aujourd'hui, a commenté Ons Jabeur en conférence de presse. C'est un peu frustrant quand on a deux fois un break d'avance dans le premier set. Je m'attendais à ce qu'elle me pousse dans mes retranchements. Mais je suis contente d'avoir mieux joué tactiquement dans la fin du tie-break. Mes objectifs sont très élevés dans ce tournoi et peu importe l'adversaire je vais continuer à me battre à chaque fois, jusqu'au bout car je veux vraiment remporter ce titre." Sa prochaine adversaire Marie Bouzkova (qualifiée après sa victoire 7/5, 6/2 contre Caroline Garcia) est prévenue.