Tennis-fauteuil / Emmanuelle Morch : "Je suis là pour apprendre"

 - Baptiste Blanchet

Emmanuelle Morch débute aujourd'hui son premier Roland-Garros sur le court n°13 face à la Néerlandaise Aniek Van Koot, n°3 ITF.

Emmanuelle Morch ©Cédric Lecocq / FFT

Agée de 30 ans, Emmanuelle Morch dispute pour la première fois le simple dames tennis-fauteuil à Roland-Garros. Ce vendredi, elle affronte la Néerlandaise Aniek Van Koot (n°3 ITF) avec l’envie de se rapprocher encore plus des toutes meilleures. Découvrez son interview !

Emmanuelle, comment vous sentez-vous avant votre premier Roland-Garros ?

J’étais vraiment surexcitée quand j’ai su que j’avais une invitation. C’était quelque chose que j’imaginais pouvoir vivre mais je ne savais pas quand. Il s’agissait d’une énorme annonce pour moi, qui récompense tous les efforts fournis. Depuis que je pratique le tennis-fauteuil, je suis venue plusieurs fois en spectatrice. Je suis là pour apprendre même si évidemment j’ai envie de gagner le plus de jeux possible, le plus de sets possible, voire le plus de matchs possible. Cela dépendra de mes sensations et de celles de mon adversaire, mais je vais tout donner.

Vous êtes 30e mondiale cette semaine. Qu’est-ce qui vous sépare des meilleures ?

J’ai l’impression que ce sont des petits détails sur plein de paramètres : techniques, physiques, mentaux, sur l’expérience. Je travaille beaucoup pour me rapprocher de ce niveau-là. Je n’en ai jamais été aussi proche. Mais c’est vrai, je dois encore peaufiner certaines choses dans tous les aspects. C’est la première année durant laquelle je me dis que je ne suis pas si loin. J’ai joué Aniek Van Koot la semaine dernière au Touquet. Le premier set a été très accroché, je le perds 6/4 en ayant énormément d’occasions (6/4, 6/2 score final). C’est la première fois que contre une Top 3 mondiale, je me sens à la hauteur. J’ai l’impression que l’écart n’est pas énorme. Même si je ne joue pas souvent ces adversaires, je m’approche de ce niveau.

Justement, vous affrontez Van Koot aujourd’hui. Quelle tactique adopter ?

C’est une joueuse qui frappe très fort, avec un bon slice de revers et un service efficace, mais pas très à l’aise quand on joue sur elle ou qu’on met beaucoup de variation, ce qui tombe bien pour moi (sourire). Je ferai peut-être des amorties si j’en ai l’occasion. Il faudra aussi jouer bombé ou fort sur elle, mettre pas mal d’effet dans la balle et la faire bouger car le déplacement n’est pas son point fort.

Retrouvez la suite de cette interview dans le Quotidien du jour ICI