"Tu nous manqueras, Manolo"

 - Amandine Reymond

Manolo Santana est décédé samedi 11 décembre à l’âge de 83 ans. Les hommages se multiplient.

Manolo Santana Roland-Garros 2019 ©Corinne Dubreuil / FFT

Le tennis espagnol pleure une icône. Depuis l’annonce du décès de Manolo Santana, samedi 11 décembre à l’âge de 83 ans, les hommages se multiplient tout autour de la planète tennis et au-delà.

"Il y a des personnes qui deviennent des légendes et qui font grandir le pays. Manolo Santana a été et sera toujours l’une d’entre elles."

C’est par ce tweet que la famille royale d’Espagne a rendu hommage à Manolo Santana. Comme elle, de nombreuses personnalités, à commencer par celles du monde du tennis, ont tenu à saluer la mémoire de l’Espagnol. 

"Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises : merci mille fois pour ce que tu as fait pour notre pays et pour avoir ouvert la voie à autant de personnes, a ainsi écrit Rafael Nadal sur ses réseaux sociaux. Tu as toujours été une référence, un ami et une personne proche de tout le monde. 

Tu nous manqueras, Manolo. Tu seras toujours unique et spécial. Soutien et force à ta famille dans ces moments difficiles. On ne t’oubliera jamais."

"Repose en paix Manolo. Merci pour ta bonté, ta proximité et pour nous avoir montré le chemin. Tu as toujours été une référence pour tout le tennis espagnol, un pionnier. Si attentif et proche, dans les bons comme les mauvais moments. Tu nous manqueras. Toute mon affection pour sa famille et êtres chers", a écrit Garbiñe Muguruza.

"Je ne peux pas arrêter de chercher et lire des articles sur Manolo. Mes yeux s’inondent à chaque texte, photo ou message sur lui. Sans aucun doute, nous avons perdu un grand homme", Alex Corretja.

"Le père du tennis espagnol"

Les hommages de la sorte ne manquent pas pour saluer la mémoire du champion espagnol. Il faut dire, qu’outre son palmarès impressionnant, celui que beaucoup considèrent comme "le père du tennis espagnol" faisait également l’unanimité de par son caractère affable et bienveillant. Tous ceux qui ont eu la chance d’échanger quelques mots avec lui se souviennent de son sourire, ses yeux pétillants quand il parlait de sa passion de toujours, le tennis, et son plaisir de voir se succéder les générations de champions espagnols. 

Né en 1938 à Madrid, c’est lui qui leur avait montré la voie en devenant le premier Espagnol sacré à Roland-Garros en 1961 (en battant au passage Roy Emerson, Rod Laver et Nicola Pietrangeli) et 1964. 

Manolo Santana Roland-Garros 1964FFT

Terrien, mais pas seulement

Avec son gros lift en coup droit, il repoussait ses adversaires loin derrière leur ligne en fond de court avant de les surprendre avec des amorties parfaitement dissimulées et déposées. Des armes précieuses sur terre battue, mais pas seulement. Grâce à elles, son oeil de lynx et sa vision du jeu, il avait également remporté l’US Open en 1965 puis Wimbledon en 1966. 

"Mes pensées vont vers mon ami Manolo Santana qui nous a quittés. Maître du jeu sur terre, Manolo avait, c’est bien connu, déclaré que l’herbe c’était pour les vaches, mais il a tout de même réussi à s’imposer à Wimbledon en 1966 et il a inspiré des générations de joueurs espagnols avec son légendaire lift et tempérament de guerrier", lui a rendu hommage une autre légende du sport, Rod Laver.

Médaillé d’or en individuel et d’argent en double lors des Jeux Olympiques de Mexico en 1968, il est aussi, toujours aujourd’hui, le joueur espagnol le plus capé en Coupe Davis avec 46 rencontres disputées pour son pays (dont deux finales en 1965 et 1967) pour 69 simples et 23 doubles remportés en Coupe Davis. Compétition pour laquelle il a aussi assumé le rôle de capitaine pendant de nombreuses années.  

Véritable source d’inspiration pour des générations de joueurs espagnols, Manolo Santana était très proches des nouvelles générations de joueurs.

Manolo Santana David Ferrer Madrid 2019©Antoine Couvercelle / FFT

Passionné à vie

Toujours discret, calme, abordable et souriant, il ne manquait aucun grand rendez-vous du tennis en Espagne. A commencer par le tournoi de Madrid disputé au sein de la Caja Magica dans la capitale espagnole et dont le court central porte son nom.

Après de nombreuses années à la tête de ce grand rendez-vous du printemps tennistique européen, Manolo Santana avait récemment passé la main à Feliciano Lopez en tant que directeur du tournoi mais il n’était jamais très loin dans les allées du stade. 

C’est d’ailleurs sur ce court central qui porte son nom qu’une chapelle ardente sera installée ce lundi de 12h à 20h pour permettre à tous ceux qui le souhaiteraient de venir lui rendre hommage.