De 1946 à 1949

Faits marquants

En raison de la guerre, le tournoi n’est pas disputé entre 1940 et 1945. 

1946

La guerre a laissé des traces. Le tournoi se dispute cette année-là en juillet, après le tournoi de Wimbledon. 

À trente-deux ans, le Français Marcel Bernard remporte le titre alors qu’il ne voulait pas participer. Il s’inscrit en effet uniquement parce que sa partenaire du double mixte lui fait faux bond au dernier moment. En finale, il domine le Tchécoslovaque Jaroslav Drobny. Mené deux sets à rien, il trouve les ressources nécessaires pour inverser la tendance et remporte les trois sets suivants. Marcel Bernard ne s’arrête pas là puisqu’il s’impose également en double aux côtés d’Yvon Petra. 

Chez les dames, l’Américaine Margaret Osborne domine sa compatriote Pauline Betz en finale. 

1947

Le stade Roland-Garros fait peau neuve. De nouvelles tribunes sont ainsi construites sur le court Central. Des gradins sont également installés autour des courts annexes. C’est sous la canicule que le Hongrois Jozsef Asboth est le premier joueur d’Europe de l’Est à ravir le trophée. Il s’impose en finale face au Sud-africain Eric Sturgess. 

Côté féminin, l’Américaine Patricia Todd parvient à s’imposer face à sa compatriote Doris Hart. Création des Internationaux de France juniors jeunes gens dont le titre revient au Belge Jacky Brichant. 

1948

En raison de la canicule en 1947, le tournoi retrouve ses dates traditionnelles pour se terminer le premier dimanche de juin. À 32 ans, l’Américain Frank Parker s’impose face à Jaroslav Drobny. Après 1946, le Tchèque s’incline pour la deuxième fois de sa carrière en finale de Roland-Garros. 

Dans le simple dames, les Américaines Patricia Todd, Shirley Frey ou encore Doris Hart font figure de favorites. Mais la Française Nelly Landry va tirer son épingle du jeu pour finalement s’adjuger le titre. 

1949

L’Américain Frank Parker est le premier joueur à remporter deux fois consécutivement les Internationaux de France. Il conserve sa couronne en dominant Budge Patty en finale. 

La Française Nelly Landry est également tout près de réaliser la même performance. Mais elle subit la loi de l’Américaine Margaret Osborne Dupont en finale.