En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Paroles de "ballos" - épisode 5 : Yoël Fort

Par Estelle Couderc   le   lundi 13 novembre 2017
A | A | A

Être ballos à Roland… Ils sont des centaines chaque année, prêts à s'entraîner dur, à passer des tests de lancer, d'agilité, de course, dans le but d'intégrer le clan des ramasseur de balles. Quand on est ballos, la quinzaine se transforme en un subtil mélange de stress, de passion, devenant une aventure humaine incroyable, vécue les pieds directement dans l'ocre foulée par les plus grands champions. Alors quand pour certains, l'expérience se conclut main dans la main avec un finaliste, devant 15 000 regards braqués sur eux depuis les tribunes du Philippe-Chatrier, le moment, aussi infime soit-il, devient juste exceptionnel. Comme un aboutissement parfait. Une fin de tournoi magique, dont ils se souviennent tous au détail près, même des années plus tard... Paroles de "ballos", épisode 5.

Yoël FORT, entré avec Lucie Safarova lors de la finale dames 2015

"Un mélange de stress et d'émotion"
"Ce qui m'a le plus impressionné, c'est d'abord de réaliser que j'étais avec la joueuse, puis ce moment où je suis entré avec elle sur le Central devant des milliers de personnes. Avant, j'étais très anxieux de savoir ce qui allait se passer, quand et comment je devais prendre sa main. Mais j'étais évidemment content de pouvoir le faire, hein ! J'ai choisi Safarova parce que je l'avais déjà ramassée plusieurs fois en double. J'ai même ramassé sa finale gagnée avec Bethanie Mattek-Sands le lendemain ! Du coup, ça me plaisait de pouvoir entrer avec elle. Au début, on attend et puis tout à coup, on ressent de la joie quand on voit les joueuses arriver. Il y a aussi un moment de stress, car on ne sait pas trop comment s'y prendre. C'est vraiment un mélange de stress et d'émotion. Et enfin, quand on rentre sur le terrain, on décompresse et on peut savourer !"

"Mon coeur battait fort"
"J'aurais voulu que ce soit un peu plus long, mais je savais que ce n'était pas possible. Je me disais que c'était déjà très bien d'y être ! Safarova m'a remercié de l'avoir accompagnée. Je sentais qu'elle était vraiment concentrée sur sa finale, ce qui fait qu'elle ne parlait pas trop. Alors j'étais déjà content qu'elle me dise quelque chose. Je me souviens d'avoir vraiment ressenti du plaisir. C'était le dernier jour, je savais que tout serait bientôt fini et j'ai donc pu profiter à fond de l'ambiance de ce moment-là. C'était impressionnant... ça faisait un peu peur aussi. J'avoue que mon coeur battait fort ! Ensuite, je suis parti sur le court Suzanne-Lenglen pour regarder la finale sur le grand écran. La plupart des autres ramasseurs étaient vraiment contents pour moi. Moi, j'étais bien sûr pour Safarova. Pas forcément parce que je lui avais tenu la main : je crois que j'aurais été de toute façon pour elle car à chaque fois que je l'avais ramassée avant cette finale, j'avais trouvé qu'elle avait vraiment un beau jeu."

"Le plus beau moment de ma vie tennistique"
Mes joueurs préférés étaient Roger Federer et Caroline Wozniacki et ça n'a pas changé, mais cet épisode est tellement marquant dans mon parcours que Safarova est devenue une joueuse à part pour moi. Cela crée forcément une sorte de lien parce que c'était un moment très important, que des gens m'ont vu passer à la télé avec elle, qu'on m'en parle encore un peu longtemps plus tard... Ce qui marque le plus quand j'y repense, c'est la joie d'être entré avec elle sur le court, avec la musique, cette ambiance incroyable, tous ces applaudissements quand on est arrivés ensemble. C'est un moment unique, qu'on ne vit qu'une fois dans sa vie. Je sais qu'il n'y en aura pas de deuxième ! Encore aujourd'hui, je peux dire c'est le plus beau moment de ma vie tennistique."

Temps forts S. Williams - L. Safarova / Finale
Comments
Article suivant: Paroles de "ballos" - épisode 4 : Solène Valy
Articles Similaires