En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Huit prétendantes à la place de n°1 : c'est "Game of Thrones" à la WTA !

Par Myrtille Rambion   le   mardi 22 août 2017
A | A | A

L'US Open arrive, et avec lui un enjeu double : en plus du titre, la place de n°1 mondiale y sera plus que jamais en jeu. Suspense assuré puisque pas moins de HUIT prétendantes sont en course ! On vous aide à y voir clair.

A qui le tour ? Angelique Kerber, Serena Williams et Karolina Pliskova : la saison 2017 de la WTA a déjà vu trois joueuses se succéder à la place de n°1 mondiale, et ce n'est sans doute pas fini. Simona Halep est déjà passée à trois reprises à un match de devenir à son tour "number one" (en finale de Roland-Garros, quart de finale de Wimbledon et finale de Cincinnati : trois matchs perdus où la victoire signifiait l'accession au trône) et, à l'heure de débuter l'US Open, pas moins de huit joueuses peuvent mathématiquement ambitionner le leadership mondial à l'issue de la quinzaine !

Du jamais vu ces dernières années, tant la reine Serena Williams avait assis sa suprématie sur le "Tour" féminin, seule Angelique Kerber étant parvenue à lui dérober le trône à l'issue d'une saison 2016 "serenesque" (deux titres du Grand chelem, une troisième finale, ainsi que des finales au Masters et aux Jeux olympiques). La campagne 2017 laborieuse de l'Allemande et - surtout - le retrait momentané de l’Américaine aux 23 titres du Grand chelem, puisqu’elle attend son premier enfant pour ce mois de septembre, ont donc redistribué les cartes. Et acéré les appétits de la concurrence.

Faute d'enfoncer le clou, Halep et Pliskova voient Muguruza fondre sur elles...

La Tchèque Karolina Pliskova, qui s’est emparée du si convoité fauteuil à l’issue de Wimbledon et à la faveur d’une nouvelle défaillance de Simona Halep à qui le trône tendait les bras, est donc la "number one". Mais d’une (très) courte tête, puisque la Roumaine n'a que cinq points de retard sur elle ! Et si le train des occasions ne repasse pas toujours, la finaliste de Roland-Garros se voit offrir une (dernière ?) chance de sauter dans le wagon de tête : à l'US Open, le petit jeu des points à défendre est nettement à l'avantage d'Halep, "seulement" quart de finaliste l'an passé à New York, là où Pliskova est la finaliste en titre.

Mais il ne s'agit en réalité pas d'un duel. Faute de concrétiser leur régularité en titres majeurs, la finaliste de l'US Open 2016 et la finaliste de Roland-Garros 2017 voient fondre sur elles l'Espagnole Garbiñe Muguruza, dont les récentes victoires à Wimbledon et Cincinnati ont suffi à gommer mathématiquement parlant un premier semestre difficile : la voilà troisième mondiale, à 500 points du duo Pliskova / Halep. Surtout Muguruza vient de passer en tête au classement Race depuis janvier ! Autrement dit, la dynamique est de son côté : la double championne en Grand chelem paraît la mieux placée et aussi la mieux armée pour atteindre son objectif si ce n’est dans les prochains jours, en tout cas dans les prochaines semaines.

"Avant la finale de Cincinnati, a ainsi expliqué la championne de Roland-Garros 2016 (finale qu'elle a gagné 6/1 6/0, ndlr !), je pensais à la possibilité qu’avait Simona Halep de devenir n°1 mondiale et je me disais : 'J’aimerais tellement être à sa place’. Beaucoup de gens me posent des questions sur le fait de devenir, peut-être, n°1 un jour. Moi, tout ce que je veux, c’est gagner des tournois, c’est ce qui me motive, toujours. Le classement ne sera que la conséquence. Si je continue à jouer comme cela, tôt ou tard j’imagine que je le serai."

... et cinq autres filles peuvent y croire en cas de jackpot à New York

Voilà pour les trois qui ont, dira t-on, leur destin en mains. Mais la course à la place de n°1 mondiale ne s'arrête pas à elles : selon les résultats à New York, cinq autres joueuses peuvent terminer la quinzaine en pole position ! Pour Elina Svitolina, Caroline Wozniacki, Johanna Konta, Svetlana Kuznetsova et Venus Williams, il s'agira non seulement de gagner l'US Open, mais de compter sur des éliminations précoces du trio de tête. Bien que n°6 mondiale, Angelique Kerber est en revanche hors-jeu pour cette conquête du dossard n°1 puisqu'en tant que tenante du titre à New York, elle ne peut augmenter son total de points WTA inscrits sur ce tournoi... même en cas de doublé.

Alors, c’est vrai, on se focalise beaucoup sur le mano a mano entre "Rafa" et "Rodgeur" chez les hommes, mais chez les femmes aussi, cette course au n°1 s’annonce décidément palpitante. Voire l'est encore plus. Car il ressort deux enseignements de ce panorama : 1) Cela faisait longtemps que la place de n°1 n’avait pas été aussi disputée ; 2) Difficile de prédire qui l’occupera dans les semaines à venir... ni pour combien de temps. Le feuilleton est loin d'être terminé.

Comments
Article suivant: "Rafa" redevient n°1, mais tout est différent
Articles Similaires