En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Nadal et Federer : deux légendes pour un seul trône

Par Alexandre Coiquil   le   mardi 08 août 2017
A | A | A

A l'heure d'aborder la saison sur ciment, Roger Federer et Rafael Nadal, tous les deux engagés à Montréal cette semaine, vont se retrouver au centre des attentions. Vainqueurs de sept des huit grands titres déjà disputés en 2017, dont les trois premiers Grands chelems, les deux hommes vont également se disputer la place de N.1 mondial, dès cette semaine et jusqu’à la fin de la saison.

Roger Federer - Rafael Nadal, l’histoire sans fin. Plongés au coeur d'une saison 2017 au scénario irrationnel, les deux hommes vont aborder la tournée américaine avec la possibilité de redevenir N.1 mondial. Pas spécialement dans les têtes des deux hommes, le sommet du classement ATP va pourtant devenir l'enjeu principal du dernier semestre suite à la chute progressive d'Andy Murray, dont le physique lâche depuis mars, et des fins de saison prématurées de Novak Djokovic et Stan Wawrinka.

Avec 5460 points à défendre d'ici la fin de la saison, dont 960 aux USA, Murray, absent cette semaine au Masters 1000 de Montréal, devra sauver 70,45% de son pécule actuel (7750 points) d'ici le Masters de Londres. Un combat impossible à gagner et une chute inévitable pour l'Ecossais, assis sur le trône depuis le dernier Paris Rolex Masters, soit 40 semaines.

Nadal à trois matchs de redevenir n°1...

Nadal, auréolé d'un dixième sacre à Roland-Garros en juin, va lui aborder le rendez-vous québécois avec son destin dans la raquette. Pour redevenir N.1 mondial pour la première fois depuis juillet 2014, il lui suffira d'atteindre les demi-finales à Montréal, peu importe le résultat de Federer dont le débours direct de 920 points au classement ATP (1205 points sur Murray) est trop important dans l’immédiat, malgré ses sacres à l’Open d’Australie et à Wimbledon. Revoir Nadal avec le "1" à côté, serait la récompense de la régularité.

Pourtant, l'Ibère s'est montré sur le reculoir devant cette échéance depuis le Canada. "La place de n°1, je n'y pense pas pour l'instant", a-t-il annoncé, fidèle à son profil bas légendaire. Il faut dire aussi que l'Espagnol se connaît bien. Depuis 2013, il n'a jamais réussi à bien terminer le calendrier – et encore avait-il manqué le coup d’envoi austral cette année-là. Jouer les premiers rôles de janvier à novembre est donc son autre défi en cette année 2017, pour réussir ce qu’il ne parvient plus à réaliser depuis l’âge de 25 ans (2011). Y parvenir à 31 ferait de lui un roi encore plus légitime. A contrario de Murray, il devra défendre seulement 360 points, dont 180 aux Etats-Unis, d'ici novembre.

Nadal - Wawrinka Final: Les temps forts

... avec Federer sur ses talons

Si la possibilité de revoir Nadal tout en haut à court terme est forte, celle de voir Federer redevenir n°1 mondial à moyen terme est tout aussi crédible. Vainqueur de cinq de ses sept tournois disputés cette saison, le Bâlois, deuxième à la Race à seulement 550 points du Majorquin, s'est mis en mode chasseur pour son année come-back. L'avantage du Suisse dans ce sprint est qu'il doit défendre… 0 point d’ici la fin d’année. Resté au repos lors de la saison sur ocre, le joueur de Bâle s'est préservé physiquement et dispose d'une marge de manoeuvre importante. "On verra dans les prochaines semaines ou les prochains mois si j’aurai une meilleure chance de le redevenir", a-t-il glissé depuis le Canada.

Après quasi cinq années sans occuper la place de N.1 mondial (depuis le 4 novembre 2012 très exactement), le Suisse peut redevenir le patron. Le ciment américain, et surtout la fin de saison en Asie et en indoor, lui seront en tous cas favorables sur le plan des conditions de jeu et de surfaces proposées. S'il venait à reconquérir le trône, il deviendrait à 36 ans et des poussières le plus vieux n°1 mondial de l'histoire du classement ATP, effaçant Andre Agassi des tablettes (n°1 en 2003 à 33 ans et 131 jours).

Avantage Nadal donc dans l’immédiat… avant avantage Federer en fin d’année ? Si les deux champions venaient à terme à se succéder à la place de n°1 à l'ATP, ce serait une première depuis la période 2008-2010, au plus fort de leur légendaire rivalité. Un retour en arrière d'une décennie des plus improbable. Restera donc à 2017 à nous offrir un twist final digne de ce retour des deux rois. Deux légendes pour un trône. Un combat royal.

Comments
Article suivant: Mervyn Rose et l'âge d'or des Australiens
Articles Similaires