En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Wimbledon 2017 - Murray dans les temps de passage

Par Amandine Reymond   le   samedi 08 juillet 2017
A | A | A

Andy Murray rallie les huitièmes de finale à Wimbledon pour la dixième année consécutive. Et même s'il a tremblé face à Fabio Fognini, lequel a failli l'emmener au cinquième set, le tenant du titre a dans l'ensemble plutôt rassuré en cette première semaine faisant suite à une tournée sur gazon perturbée par des soucis à la hanche. L'Ecossais est-il pour autant capable d'aller au bout cette année encore ?

Après une encourageante demi-finale à Roland-Garros, perdue en cinq sets face à Stan Wawrinka, Andy Murray avait ensuite inquiété tout le Royaume en perdant d'entrée au Queen's face à l’Australien Jordan Thompson (90e mondial), puis en renonçant à disputer une exhibition à Hurlingham le jeudi précédant Wimbledon, juste après avoir annulé ses deux entraînements de la journée en raison d’une douleur à la hanche. Mais l’Ecossais a vite rassuré les sujets de sa Majesté lors de ses premiers matchs sur le Centre Court cette année.

Après avoir facilement éliminé le Kazakh Alexander Bublik, 135e mondial et issu des qualifications, au premier tour (6/1 6/4 6/2), le tenant du titre avait confirmé en conférence de presse les bonnes impressions laissées sur le court : "J’étais un peu nerveux avant le match car je n’avais pas forcément pu me préparer comme je l’aurais voulu… En plus je ne connaissais pas mon adversaire et puis c’est normal d’être un peu tendu avant le premier match d’un Grand chelem. Mais j’ai plutôt bien bougé et je me suis senti bien, beaucoup mieux qu’il y a 6-7 jours."  Visiblement capable de se déplacer sans problème, l’Ecossais confirmait son retour en forme deux jours plus tard en dominant facilement l’imprévisible Dustin Brown, 97e, 6/3 6/2 6/2.

Vendredi, c’était un client encore plus sérieux qui se dressait face à lui en la personne de Fabio Fognini, 29e mondial, contre qui Andy Murray s’était incliné lors de leur dernière rencontre à Rome en mai. L’Ecossais le sait, contre le fantasque transalpin, il faut toujours s’attendre à disputer un match à rebondissement. Et pour leur premier affrontement sur gazon, il n’a pas été déçu. Après un début de match parfaitement contrôlé avec un premier set bouclé 6/2 en 29 minutes, le numéro un mondial, dont la couronne est très fortement menacée par Rafael Nadal, a ensuite eu toutes les peines du monde à contenir les attaques parfois fulgurantes de l’Italien. Breaké d’entrée de deuxième manche, Andy Murray a immédiatement réagi mais n’a jamais réussi à refaire son retard après avoir concédé une deuxième fois son engagement à 2-2, laissant son adversaire recoller à un set partout (6/4).

Cinq balles de cinquième set sauvées

Pourtant, alors qu’on le pensait bien parti, Fognini est complètement sorti du match au milieu du troisième set, avant de se faire manipuler la cheville droite à 4-1 Murray, et d’offrir, presque sur un plateau, le troisième set à ce dernier. On pensait la messe dite mais c’était mal connaître le 29e mondial ! Malgré un début de quatrième manche mouvementé, marqué par quelques échanges tendus avec l’arbitre de la rencontre, c’est bien l’Italien qui réussissait le break avant de confirmer sur un jeu blanc pour mener 5-2. Capable de mettre le numéro un mondial à plusieurs mètres de la balle comme peu de joueurs, Fabio Fognini faisait trembler le public du Centre court avec quelques fulgurances et coups exceptionnels pour s’offrir cinq balles de deux sets partout, dont deux sur son service, mais c’est finalement l'Ecossais qui avait le dernier mot après 2h39 de combat avec un ultime ace claqué pour boucler le match 6/2 4/6 6/1 7/5. Qualifié pour les huitièmes de finale pour la dixième année consécutive, Andy Murray y affrontera Benoit Paire, facile vainqueur de Jerzy Janowicz.

Mais avant le fameux "Manic Monday" qui suit le traditionnel "Sunday Off" à Wimbledon, les deux hommes ont bien mérité leurs deux jours de repos. Et ce n’est pas Andy Murray qui dira le contraire même si lui pense d’abord… aux heures d’entraînement supplémentaires que ça lui offre ! "Je suis content d’être en deuxième semaine. Je me sens bien même si ce soir je n’ai pas l’impression d’avoir aussi bien bougé que lors des deux premiers matchs, mais je vais avoir deux jours pour travailler là-dessus. Comme j’ai manqué quelques jours d’entraînement la semaine dernière, je vais en profiter pour insister sur certaines choses que j’aurais voulu faire avant le tournoi. Je vais essayer de profiter au maximum de cette possibilité et j’espère trouver le bon rythme à la fin de ce week-end pour pouvoir jouer un bon tennis lundi."

Wawrinka - Murray 1/2 finale: Les temps forts
Comments
Article suivant: Wimbledon 2017 - Djokovic, tout changer pour redevenir lui-même
Articles Similaires