En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

De Roland-Garros à Wimbledon : Nadal et Ostapenko passent au vert

Par Amandine Reymond   le   mardi 04 juillet 2017
A | A | A

Trois semaines après leur sacre sur le court Philippe-Chatrier, Rafael Nadal et Jelena Ostapenko ont troqué leurs chaussures de terre battue pour celles aux semelles à picots, iindispensables pour limiter les glissades sur le gazon de Wimbledon. Et de glissade il n'y a pas eu : tout de blanc vêtus, comme le veut la tradition, les deux vainqueurs de Roland-Garros ont évité le faux pas inaugural sur le gazon britannique. Si Jelena Ostapenko s'est fait une petite frayeur, Rafael Nadal, lui, a même carrément impressionné. Et si son premier quart à Wimb' depuis 2011 (et oui !) était pour cette année ?

Le TGV Nadal a traversé la Manche

Alors qu’on ne l’avait plus vu en match officiel depuis sa démonstration en finale de Roland-Garros face à Stan Wawrinka (il a ensuite préféré s'entraîner au calme chez lui, sur les courts en gazon du tournoi féminin de Majorque), Rafael Nadal a fait son retour sur le circuit lundi lors du premier tour de Wimbledon. Opposé à l’Australien John Millman, 137e mondial, l’Espagnol (2e) a fait son entrée sur le court n°1 peu après 16h30, quelques minutes à peine après la première apparition de la pluie lors de cette édition 2017 du Grand chelem londonien. Et le moins que l’on puisse dire c’est que, pour son cinquantième match à Wimbledon, le Majorquin n’a pas mis longtemps à retrouver ses marques sur le gazon qui l’a déjà fait roi en 2008 et 2010 mais sur lequel il a enchaîné les forfaits et les éliminations précoces depuis la fin de sa série de cinq finales consécutives entre 2006 et 2011.

Très offensif, il a annoncé la couleur en ravissant d’entrée le service de son adversaire avant de réitérer à 3-1 puis 5-1 pour boucler le premier set 6/1 en 32 petites minutes. Solide au service (67% de premières balles) et tout en contrôle face à un adversaire longtemps blessé à la hanche en fin de saison dernière et qui a fait jouer son classement protégé pour accéder au tableau principal mais n’a plus gagné un match sur le circuit principal depuis août 2016, Rafael Nadal a continué sur sa lancée en alternant coups droits gagnants (17 sur l’ensemble du match), amorties bien glissées et volées gagnantes (19 sur 25 montées) pour s’imposer 6/1 6/3 6/2 en moins de deux heures. L’Espagnol signe ainsi sa 850e victoire sur le circuit, la 41e (pour neuf défaites) sur le gazon de Wimbledon où il affrontera l’Américain Donald Young qui a bénéficié de l’abandon de Denis Istomin dans le quatrième set.

Ostapenko, capable du meilleur comme du pire

On le savait, avec Jelena Ostapenko il faut s’attendre à tout. Titrée à Roland-Garros, la 13e mondiale avait ensuite chuté dès le deuxième tour à Eastbourne. Et pour ses débuts dans ce Wimbledon 2017, on n’a pas été déçus avec un match plus que jamais fait de hauts et de bas ! Après un premier set expéditif remporté 6/0 en 23 minutes, la Lettonne a vu son pourcentage de premières chuter à 40% dans le deuxième set. Face à elle, Aliaksandra Sasnovich, 89e mondiale, a au contraire, commencé à trouver ses repères sur le court 18 sur lequel les deux jeunes femmes avaient été reprogrammées en raison du match à rallonge entre Ivo Karlovic et Aljaz Bedene à qui elles devaient initialement succéder sur le court n°3.

Celle qui avait fait chuter Kristina Mladenovic d’entrée à Londres en 2016 a même parfaitement réagi dans le deuxième set. Plus offensive pour pousser la récente gagnante de Roland-Garros à la faute, elle a converti deux de ses trois balles de break et recollé à un set partout à la surprise générale... mais sur un score là aussi sans appel : 6/1.

Mais la Lettonne n’avait pas dit son dernier mot. Première à réussir le break dans la manche décisive, elle était aussi la première à conserver son service après un échange de breaks. Et malgré une petite frayeur lorsqu’elle perdait l’un de ses deux breaks d’avance alors qu’elle servait pour le match à 5-1 avant de voir son adversaire revenir de 40-0 à 40-40 à 5-3, la protégée d’Anabel Medina Garrigues pouvait lâcher un long cri libérateur sur sa quatrième balle de match en voyant le revers de son adversaire filer dans le couloir.

Avec cette victoire (6/0, 1/6, 6/3 en 1h19), la huitième consécutive en Grand chelem, Jelena Ostapenko égale sa meilleure performance à Wimbledon en rejoignant le deuxième tour. Elle y affrontera la Canadienne Françoise Abanda, issue des qualifications et tombeuse de la Japonaise Kurumi Nara au premier tour. Avec comme objectif : améliorer son ratio de coups gagnants/fautes directes, tout juste positif sur ce premier tour (24/23). Loin donc des sommets atteints il y a trois semaines… pour le moment.

Ostapenko - Halep final : Les temps forts
Comments
Article suivant: Les favorites de Wimbledon : le bal des prétendantes
Articles Similaires