En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Toni Nadal : "J'ai eu plus de mal à retenir mes larmes"

Par Amandine Reymond   le   dimanche 11 juin 2017
A | A | A

Très ému sur le court au moment de venir remettre à son neveu la réplique de la coupe des Mousquetaires offerte par les organisateurs de Roland-Garros pour célébrer sa dixième victoire à Roland-Garros, Toni Nadal avait encore les larmes aux yeux en arrivant devant la presse dans le salon des joueurs. 

Vous disiez que cette "décima" ne serait pas spéciale mais on vous a vu au bord des larmes, est-ce le titre qui vous a le plus ému ?
Je ne sais pas si c'est le plus émouvant mais ça faisait trois ans que nous n'en avions gagné aucun. On était très proches de le faire en Australie et finalement on a réussi ici. Je suis très content d'avoir pu être ici et de l'avoir vu gagner un nouveau titre du Grand chelem. Je ne suis pas très expressif d'habitude mais aujourd'hui, j'ai eu plus de mal à retenir mes larmes. J'étais très ému après deux ans très difficiles.

Qu'est-ce que vous avez ressenti en apportant le deuxième trophée à votre neveu ?
Ce qui compte pour moi c'est surtout la vraie coupe, je ne suis pas trop attaché à tout ça... Mais j'ai été ému parce que mon neveu a gagné ce tournoi.

A quoi peut-on comparer cette décima dans l'histoire du sport ?
Je ne sais pas... Le saut de Bob Beamon ? Il y a eu beaucoup d'événements et de sportifs dans l'histoire mais ce n'est pas le moment... Je ne sais pas, les Ligues des champions du FC Barcelone ? (rires) Je ne sais pas, là je n'arrive pas à isoler des événements en particulier.

Et où ce titre place-t-il Rafael Nadal dans l'histoire ?
Là où il était déjà, très haut. Ça le confirme à cette place. Et nous ça nous promet un très bel été, ce qui est aussi très important (rires). Ça nous donne beaucoup de satisfaction, surtout après avoir eu autant de problèmes ces dernières années. La satisfaction d'avoir réussi à revenir et gagner de nouveau quand certains disaient que Rafael ne gagnerait plus, qu'il était fini. Je peux comprendre car il était normal d'avoir des doutes mais finalement Rafael a réussi à se prouver à lui-même et aux autres qu'avec des efforts et de la détermination, on peut réussir à obtenir ce qu'on veut.

Toni Nadal

Qu'est-ce qui a été le plus dur à accepter, les doutes de 2015 ou la blessure de 2016 ?
Les doutes et l'anxiété de 2015 étaient beaucoup plus dangereux. En 2016, il jouait bien. Il avait mal commencé l'année, le changement de cordage ne nous avait pas trop réussi mais quand il est revenu à son ancien cordage, il a tout de suite bien rejoué. Il a gagné Monte-Carlo en battant Thiem, Murray, Monfils... A Barcelone, il a battu Nishikori. Il s'est blessé à Madrid et puis on a eu la malchance que cette blessure revienne ici mais je crois que sans cette blessure, il aurait probablement été le grand favori pour gagner de nouveau ici.

"Il y a encore beaucoup de titres importants à essayer de conquérir"

Comment expliquez-vous qu'il arrive toujours à revenir ?
Je suppose que c'est parce qu'il a le mental, l'envie d'être là et aussi, ne nous trompons pas, parce qu'il a un très bon tennis. Sinon il ne reviendrait pas. Pourquoi Federer arrive à revenir ? Parce que c'est un grand champion. Pourquoi Rafael revient ? Parce que c'est un grand champion aussi.

Et quelle est votre part dans cette réussite ?
Assez petite évidemment. S'il ne m'avait pas eu à ses côtés je suis sûr qu'il aurait gagné quand même.

Autant ?
Je ne sais pas. Ça on ne pourra jamais le savoir. Et peut-être, comme le disait McEnroe, que si j'avais décidé de partir avant, il aurait gagné avant (rires).

Maintenant que le tournoi est terminé, vous pouvez nous le dire ? A-t-il au moins aussi bien joué qu'en 2008 ?
Serait-il capable de gagner 81 matchs de suite comme il l'a fait de 2005 à 2007 ? Je ne sais pas. Mais techniquement parlant il est meilleur qu'avant. Son revers s'est beaucoup amélioré ces derniers temps. Son service est meilleur, surtout sa deuxième balle. Avant il avait le physique et l'impétuosité propres à son jeune âge, mais je crois qu'il est à un très bon niveau. Et je crois que si on parle de niveau général, sur toutes les surfaces, il est meilleur qu'en 2008.

Comment envisagez-vous la deuxième partie de la saison ?
Avec beaucoup d'enthousiasme et d'envie. Et avec une idée très claire de ce qu'il faut faire : continuer à jouer de la même façon. Il y a encore beaucoup de titres importants à essayer de conquérir et après, il y a aussi le classement qui nous intéresse beaucoup.

Qu'est-ce qui vous a le plus impressionné chez "Rafa" aujourd'hui ?
Qu'il gagne le trophée ! Ce n'était pas un match incroyable mais quand on gagne un tournoi comme ça, on ne pense pas trop à analyser le match. Quand il était jeune je pensais aux choses à améliorer mais maintenant non, on est juste très heureux.

Combien de titres pensez-vous qu'il puisse gagner ?
Je ne sais pas... 10 pour moi c'est déjà incroyable !

Comments
Article suivant: Rafael Nadal : Le dix et l'infini
Articles Similaires