En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Whitney Osuigwe, 15 ans et déjà reine à Paris

Par Myrtille Rambion   le   samedi 10 juin 2017
A | A | A

L'Américaine Whitney Osuigwe a été sacrée à Roland-Garros juniors ce samedi, grâce à une victoire sur sa compatriote Claire Liu (6/4 6/7 6/3). A 15 ans seulement et pour sa deuxième participation à un tournoi du Grand chelem.

A Bradenton, où elle est née et vit, les rares courts en terre battue sont verts. Et la glisse n'y est pas la même que dans les contrées plus latines. Pourtant, la Floridienne de 15 ans Whitney Osuigwe possède l'instinct des meilleurs terriennes. Elle le confesse volontiers : ''I love red clay". Elle adore cette terre battue européenne, à la couleur ocre si spécifique, qui trouve sa quintessence à la Porte d'Auteuil. Et cela se voit. S'il y a déjà pas mal de "gratte" dans son revers joué à deux mains, c'est en coup droit surtout que son gros lift fait mouche.

Ce samedi en finale de Roland-Garros juniors, sa compatriote Claire Liu en a fait les frais, repoussée plus souvent qu'à son tour loin derrière la ligne de fond du court 1. Et battue 6/4 6/7 6/3. Au terme d'une finale 100 % US pour la première fois depuis 37 ans, Whitney Osuigwe est ainsi devenue la 5e joueuse américaine sacrée au "French Open". La dernière en date était elle aussi une joueuse précoce : Jennifer Capriati, titrée en simple filles en 1989.

"Gagner un Grand chelem, c'était bien évidemment l'un de mes objectifs, a commenté la Floridienne après la victoire. Mais pas forcément si tôt. En fait, je n'avais pas trop d'attentes. Je me suis contentée de continuer à travailler dur et je savais que les résultats viendraient."

Pour la cadette des deux joueuses, le verdict aurait pu (et dû?) être moins long à se dessiner. Car, en dépit d'un débreak concédé (2-2), mais aussitôt rattrapé en début de deuxième set, elle a clairement dominé la rencontre. Exactement à l'inverse de ce qu'il s'était passé fin mars du côté d'Indian Wells où, pour leur seul précédent face-à-face, en demi-finales de l'Easter Bowl, Claire Liu s'était imposée 6/1 6/1. Mais "la surface est différente et le moment est différent aussi, avait prévenu Whitney Osuigwe. Je crois que je sais comment jouer face à Claire". De fait. La Floridienne a mené les débats deux sets durant. A trois points près.

Rattrapée par la nervosité liée à l'enjeu, Whitney Osuigwe  s'est désunie au moment de servir une première fois pour la rencontre, à 5-4. Arrivée à trois points du titre (15A), elle a laissé son adversaire recoller, une première fois (5-5), puis une deuxième dans un tie-break dans lequel elle avait pourtant pris l'avantage 4 points à 2. Après avoir concédé le jeu décisif 7 points à 5, la 5e joueuse au classement ITF juniors s'est bien reprise d'entrée d'une ultime manche où elle s'est détachée 5-1.

Là, un vent de drame a recommencé à planer, quand, au moment de servir une deuxième fois pour le match, elle a concédé le break. Puis quand elle a, un jeu plus tard, manqué deux balles de match. Mais la délivrance est finalement venue d'une dernière accélération de coup droit le long de la ligne, après 2h07. Un soulagement et un titre en Grand chelem, pour la deuxième participation seulement de Whitney Osuigwe  à un tournoi majeur.

"J'ai décidé de devenir pro dès cette année, a indiqué la jeune Américaine qui s'était également offert deux titres sur terre battue un peu plus tôt dans la saison (Asuncion Bowl et Banana Bowl). J'ai plutôt pas mal réussi cette année. Je pense que c'est le bon moment." Mais avant de passer totalement chez les grandes, Whitney Osuigwe retrouvera ses quinze ans dès ce soir. Puisqu'elle compte bien aller célébrer son titre entre copines. "Je pense, a-t-elle confié dans un sourire, que Claire et moi allons nous faire un restaurant dans Paris pour fêter ça !"

Whitney Osuigwe et Claire Liu
Bianca Andreescu et Carson Branstine

Le doublé pour Bianca Andreescu et Carson Branstine

Déjà sacrées à l'Open d'Australie en janvier, les Canadiennes Bianca Andreescu et Carston Branstine, têtes de série n°1, ont réussi le doublé en s'imposant 6/1 6/3 en finale du double filles de Roland-Garros contre les Russes Olesya Pervushina et Anastasia Potapova, têtes de série n°2 qui s'étaient déjà inclinées en finale l'an dernier.

Comments
Article suivant: Alfie Hewett, l'incroyable remontée
Articles Similaires