En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Houdet et Peifer ne s'arrêtent plus

Par Estelle Couderc   le   samedi 10 juin 2017
A | A | A

Après l'or de Rio, Stéphane Houdet et Nicolas Peifer ont remporté leur premier titre ensemble à Roland-Garros. Les Français ont battu la paire anglaise Gordon Reid / Alfie Hewett 6/4 6/3 en 1h15, devant un court 6 plein à craquer.

Une grande accolade devant un public déchaîné. Stéphane Houdet et Nicolas Peifer n'ont pas boudé leur bonheur après leur victoire en double face à la paire britannique composée de Gordon Reid et Alfie Hewett. Il n'a fallu que deux sets - 6/4 6/3 – et une balle de match aux Français pour s'imposer face aux deux Britanniques, qu'ils avaient déjà battus aux Jeux paralympiques de Rio, l'été dernier.

Charlotte Famin – seule Française engagée dans l'épreuve féminine – et toute la team France étaient bien sûr là pour les encourager tout au long d'un match où la victoire s'est dessinée lentement mais sûrement. Une première balle de set à 5-4 ? C'est la bonne. Les deux Français s'envolent alors dans la deuxième manche, face à des Britanniques un peu dépassés. "On sait pourquoi ça coince. Ils ont un gros problème de communication, qui fait qu'ils se renvoient la responsabilité, a expliqué Stéphane Houdet à la fin du match. Reid est n°1 mondial, Hewett vient de gagner en simple... Il y a toujours eu une petite rivalité en simple et ça s'exprime sur le terrain de double. C'est dur pour eux."

Peifer : "On a fait ce qu'il fallait"

Pas de problème de communication en revanche côté français. Bien au contraire. Les deux s'apprécient, s'épaulent... et gagnent. Non sans s'envoyer mutuellement quelques fleurs. "Heureusement que Stéphane était là car il m'a bien boosté, a tout de suite expliqué Nicolas Peifer en sortant du court. Moi, j'étais un peu absent. J'ai une petite douleur au poignet et j'ai eu des décharges au moignon, ce qui ne m'a pas aidé. Stéphane m'a bien motivé et ça m'a poussé à maintenir quand même mon niveau, même s'il n'était pas au top. Cela a suffi pour le résultat. Et puis, c'est la victoire qui compte. On a fait ce qu'il fallait, l'essentiel, c'est qu'on ait gagné." "Nico est modeste quand il dit que j'ai tenu la baraque, rétorque Stéphane Houdet. Ok, j'ai un rôle oral pour le booster, mais il répond bien présent avec sa raquette. Il met du poids, du volume, ça met la pression sur les autres et ça nous aide beaucoup."

Stéphane Houdet et Nicolas Peifer

Après avoir fait toute la deuxième manche en tête, Houdet et Peifer s'imposent donc sur la première balle de match. Déçus, les Britanniques quittent le court rapidement, tête baissée. Les Français, eux, s'attardent pour discuter, signer des autographes, faire des photos. Stéphane Houdet signe un long mot à la relève : Nolan, 8 ans, qui a débuté le tennis fauteuil à l'automne dernier.

Houdet : "Du plaisir avant tout"

Cette joie si visible et communicative est sans doute aussi due au fait qu'ils avaient déjà gagné à Roland-Garros en double – 5 fois pour Houdet, 1 fois pour Peifer – mais jamais ensemble."C'est du plaisir avant tout ! C'est magique, lance Stéphane Houdet. On a gagné les Jeux, on a gagné en Australie, à New York, mais c'est la première fois à la maison. C'est vraiment génial." "Oui, on prend beaucoup de plaisir à jouer tous les deux, poursuit Nicolas Peifer. Le fait que ce soit à Roland-Garros, cela apporte vraiment un petit plus. A chaque fois qu'on entre sur le court, on essaie de gagner. Tant que ça marche, on continue ! Et j'espère qu'il y aura encore plein d'autres titres."  Voir Stéphane Houdet et Nicolas Peifer gagner d'autres titres ? Un pari  a priori pas très risqué...

Marjolein Buis et Yui Kamiji

Yui Kamiji et Marjolein Buis s'imposent dans le double dames

Côté féminin, Yui Kamiji, victorieuse du simple, a réussi un joli doublé parisien. La Japonaise, associée à la Néerlandaise Marjolein Buis, s'est imposée dans le double en deux sets 6/3 7/5, en 1h27, aux dépens des Néerlandaises Jiske Griffioen et Aniek Van Koot. La Japonaise, n°2 mondiale, avait déjà remporté le double à deux reprises à Roland-Garros, en 2014 – elle avait également réussi le doublé "simple-double" cette année-là – et lors de la dernière édition en 2016. Quant à sa partenaire cette année, Marjolein Buis, elle s'était déjà imposée en 2012 aux côtés de sa compatriote Esther Vergeer, désormais retraitée.

Lire aussi : Kamiji remet ça
Comments
Article suivant: La révolution Ostapenko
Articles Similaires