En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Alexei Popyrin sacré en juniors

Par Amandine Reymond   le   samedi 10 juin 2017
A | A | A

L'Australien d'origine russe Alexei Popyrin, tête de série n°3, a fait respecter la logique en s'imposant contre l'Espagnol d'origine allemande Nicola Kuhn, tête de série n°11, en finale du simple garçons de Roland-Garros. Vainqueur 7/6 6/3, l'Australien Alexei Popyrin s'offre ainsi son premier titre du Grand chelem chez les juniors. 

En s'imposant en finale du simple garçons, Alexei Popyrin n'a pas seulement inscrit son nom pour la première fois au palmarès d'un Grand chelem, il a aussi mis fin à 49 ans d'attente pour l'Australie, qui n'avait plus eu de vainqueur en simple garçons à Roland-Garros depuis Phil Dent en 1968... lequel avait lui-même succédé à Ken Rosewall (1952), Roy Emerson (1954) et John Newcombe (1961, 1962). 

Vainqueur du Trofeo Bonfiglio, un tournoi Grade 4 disputé à Milan en Italie, juste avant Roland-Garros, Alexei Popyrin, tête de série n°3 du tableau, a surfé sur la confiance accumulée pour tracer sa route Porte d'Auteuil et s'imposer en trois sets au deuxième tour ainsi qu'en huitièmes (contre Matteo Martineau) et en quarts. Partenaire d'entraînement de l'Autrichien Dominic Thiem à plusieurs reprises cette semaine, ce grand adolescent de 17 ans aux faux airs de Juan Martin del Potro, avec lequel il partage la même démarche teintée de nonchalance et un coup droit déjà dévastateur; a su maîtriser ses nerfs en finale. 

La tension avant la libération

Après un début de match tendu où il s'est fait breaker une première fois à 2-2 avant de revenir puis une nouvelle fois à 5-5, le grand Australien a su serrer le jeu au bon moment pour ravir la mise en jeu de l'Espagnol, qui servait pour le set avant de faire la différence dans le jeu décisif bouclé 7 points à 5 après deux fautes de Nicola Kuhn. "En début de match, il était bien là mais il était un peu tendu et avait du mal à imposer ses frappes, notamment en coup droit, analysait Kerei Abakar, entraîneur à l'académie Mouratoglou, où l'Australien s'entraîne depuis trois mois. Il n'a pas forcément mal commencé mais il a très bien géré quand il s'est retrouvé dos au mur en fin de premier set."

Alexei Popyrin

Plus libéré après le gain de la première manche, Alexei a nettement pris l'ascendant dans l'échange en distribuant des grosses frappes du fond de court jusqu'à faire exploser son adversaire, nettement dominé en puissance. Vainqueur 7/6 6/3 sur un dernier revers trop long de l'Espagnol, Alexei Popyrin tombait à genoux avant de lâcher un long cri libérateur vers son clan, où se trouvaient notamment ses parents et sa petite soeur, mais pas son petit frère Anthony (16 ans), retenu en Espagne, où il dispute les qualifications d'un tournoi Future cette semaine. L'Espagne, où presque toute la famille Popyrin s'est établie il y a quelques années pour permettre à Alexei et Anthony de se perfectionner sur terre. "A dix ans, j'ai joué un tournoi sur terre en Croatie et c'est à ce moment-là que j'ai réalisé que je devais vraiment apprendre à jouer sur cette surface", se souvenait Alexei Popyrin après sa victoire.

Un titre et puis s'en va?

Tout à sa joie après avoir remporté le plus beau titre de sa jeune carrière, Alexei Popyrin n'avait, en arrivant en conférence de presse, pas encore décidé s'il allait continuer sur le circuit juniors mais il est peu probable qu'on le retrouve à Wimbledon. "On va se concentrer sur le circuit pro en commençant par les Futures et peut-être quelques Challengers si je peux entrer dans les tableaux. Je ne sais pas encore si je jouerai à Wimbledon, mais ce tournoi était probablement mon dernier chez les juniors." Et l'Australien ne savait pas encore non plus comment il allait fêter cette belle victoire. "Je n'ai jamais gagné un tournoi de cette importance alors... je ne sais pas trop. Mais ce que je sais, c'est que là, il faut que je prenne un avion pour Nice, où je récupérerai ma voiture, avant de redescendre à Marbella, où je prendrai sûrement deux jours de repos." Avant de repartir à la conquête de nouveaux points ATP... "Je vais essayer de progresser au classement pour me frayer un chemin jusqu'au sommet."

Kuhn et Piros sacrés en double garçons

Battu en finale du simple quelques heures plus tôt, l'Espagnol Nicola Kuhn quitte cependant Roland-Garros avec le sourire après sa victoire en double. Associé au Hongrois Zsombor Piros, avec qui il avait hérité du statut de tête de série n°1, l'Espagnol s'est imposé 6/4 6/4 contre la paire américaine formée par Vasil Kirkov et Danny Thomas.

Comments
Article suivant: "Roland" à la loupe, J13...
Articles Similaires