En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Roy Emerson, un pur attaquant au palmarès

Par Julien Pichené   le   jeudi 08 juin 2017
A | A | A

Serveur-volleyeur de génie, Roy Emerson a remporté plusieurs fois chaque tournoi du Grand chelem. Son total s'élève à 12 titres majeurs, dont deux obtenus à Roland-Garros (1963 et 1967), où il est l'un des personnages phares des dernières années de l'ère amateur. 

Avec ses douze titres majeurs, Roy Emerson a été pendant 30 ans l'homme de tous les records : avant Pete, Roger et Rafael, c'est en effet lui qui tenait la corde... Son total de douze trophées majeurs paraissait intouchable. 

Né dans une ferme du Queensland en 1936, ce cador de l'âge d'or du tennis australien (avec Rod Laver, Lew Hoad, Ken Rosewall, John Newcombe...) est aussi l'un des deux seuls joueurs, avec Laver justement, à s'être imposé au moins une fois dans chaque levée du Grand chelem. Six fois vainqueur aux Internationaux d'Australie, Emerson est également allé deux fois au bout à New York, Londres et Paris. Joueur régulier à la mécanique parfaite, il a fait sa réputation et son succès en enchaînant systématiquement sa première et deuxième balle au filet, même sur terre battue. Cet allant a d'ailleurs bien failli coûter à Rod Laver son premier Grand chelem calendaire, puisque Roy Emerson mène deux sets à zéro contre lui en finale en 1962, avant de s'incliner sur le score épique de 3/6 2/6 6/3 9/7 6/2.

Le dernier vainqueur amateur

L'année suivante, en 1963, Roy Emerson remporte son premier titre parisien en vivant la situation inverse en quarts de finale contre l'Italien Nicola Pietrangeli, qu'il bat 6/8 4/6 6/1 6/3 6/4. Il doit également renverser la vapeur en finale face au Français Pierre Darmon, qui commence par se détacher 6/3 1-0 et service à suivre, avant de s'incliner en quatre sets (3/6 6/1 6/4 6/4). Moins mouvementée est la route de son deuxième titre en 1967, un an avant le retour des professionnels. Elle le voit dominer un autre attaquant "aussie" en finale, le tenant du titre Tony Roche, et empocher le dernier prize money de l'ère amateur, des bons d'achat de 900 francs (soit environ 150 euros) utilisables dans un magasin de sport. 

Roy Emerson (à droite) et Pierre Darmon lors de la finale de Roland-Garros 1963

Roy Emerson Pierre Darmon 1963

Cinq titres consécutifs en double à Roland-Garros

Le match le plus célèbre de Roy Emerson à Roland-Garros est cependant une défaite en cinq sets. Celle encaissée contre le Français François Jauffret en 1966 lors d'un quart de finale disputé au lendemain de la soirée des joueurs que, d'après certains témoignages, l'Australien aurait quittée très tard... Après avoir perdu le premier set en 20 minutes, Jauffret est miraculeusement parvenu à inverser la tendance (1/6 6/3 6/4 4/6 6/4) en insistant sur le point fort d'Emerson, son coup droit. "Lorsqu'Emerson mena 6/1 3-1, j'ai commencé à avoir un peu peur, mais en même temps, je me suis dit qu'il ne pourrait pas me mettre à dix mètres sur chaque balle."

Notons que cet octuple vainqueur de la Coupe Davis est aussi le roi du double à Roland-Garros. Roy Emerson détient même un sacré record avec ses titres de rang entre 1960 et 1965, obtenus avec cinq partenaires différents (Neale Fraser, Rod Laver, Manolo Santana, Ken Fletcher et Fred Stolle).

Vainqueur de Roland-Garros en 1967 face à son compatriote Tony Roche

Roy Emerson Tony Roche 1967

Roy Emerson à Roland-Garros, c’est…

. 43 victoires pour 11 défaites

. 2 titres en simple (1963 et 1967) et une finale (1962)

. 6 titres en double messieurs (en 1960 et 1962, associé à Neale Fraser ; en 1961, associé à Rod Laver ; en 1963, associé à Manolo Santana ; en 1964, associé à Ken Fletcher ; et en 1965, associé à Fred Stolle) et trois finales (en 1959, associé à Neale Fraser ; en 1967, associé à Ken Fletcher ; et en 1968 et 1969, associé à Rod Laver)

. 1 finale en double mixte (en 1960, associé à Maria Bueno).  

. 13 participations au total (la première en 1954, à l’âge de 17 ans, la dernière en 1969, à l’âge de 32 ans)

. 30 matchs disputés sur le court Central (le premier en 1959 lors de son deuxième tour contre Jean-Claude Molinari)

. Des victoires marquantes sur Manolo Santana (demi-finale 1962), Nicola Pietrangeli (quart de finale 1963), Pierre Darmon (finale 1963), Tony Roche (finale 1967).

Roy Emerson
Comments
Article suivant: Halep aura bien sa seconde chance
Articles Similaires