En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Thiem éjecte Djokovic de son trône

Par Emmanuel Bringuier   le   mercredi 07 juin 2017
A | A | A

7/6 6/3 6/0 : le score est sans appel. Entre le tenant du titre en difficulté et l'Autrichien qui monte, il n'y pas réellement eu match, sinon le temps du premier set de ce quart de finale choc. Comme l'an passé, Dominic Thiem se qualifie pour les demi-finales de Roland-Garros. Mais en battant aussi nettement Novak Djokovic au passage, il confirme son changement de statut et de challenger n°1 de Rafael Nadal... qu'il retrouvera justement pour une place en finale. Tenant du titre des quatre Grands chelems il y a tout juste un an, Djokovic quant à lui n'en détient plus un seul ce soir...

Rafael Nadal, Andy Murray ou Caroline Garcia n'en prendront probablement pas ombrage : ce Djokovic - Thiem s’annonçait comme le blockbuster de ces quarts de finale. Une affiche de prestige, entre le n°2 et le n°7 mondial, un remake alléchant de la demi-finale de l'an passé, où le Serbe avait baladé son adversaire en trois sets.

Alléchant car de l'eau a coulé sous les ponts depuis. L'an dernier, le "Djoker" semblait - et était - irrésistible. Aujourd'hui, difficile de savoir à l'avance qui sera sur le court : "Mister Djokovic", capable de dérouler comme à ses plus belles heures ? Ou le "Docteur Nole" inconstant et pouvant se retrouver mené deux sets à un par Diego Schwartzman ?

Novak Djokovic

Depuis sa demie perdue l'an passé, Dominic Thiem n'a, lui, pas vraiment connu de bouleversements. Mais en avait-il besoin ? L’Autrichien s'est imposé comme une évidence dans le Top 10 (depuis qu'il y est entré l'an passé après "Roland", il n'a plus quitté cette élite). Le joueur de 23 ans est toujours cette belle mécanique, parfaitement huilée, au moteur ronflant façon "Ostereich Qualität".

A l'instar de 2016, il est aussi un boulimique de matchs, le joueur ayant le plus joué cette saison derrière Rafael Nadal. Et sur cette terre battue qu'il affectionne tant, Thiem fait plus que jamais figure de suzerain en devenir. Il est d'ailleurs le seul, sur cette surface, à avoir osé battre cette saison l'empereur de l'ocre, "Rafa" (à Rome... avant de s'écrouler, lessivé, face à Djokovic).

Un premier set long d'1h16

Nadal, Djokovic... les noms sont prononcés. Le Serbe et l'Espagnol représentent clairement les derniers sommets pour Thiem, qui ne craint plus guère quiconque d'autre sur ocre. Son viril entraîneur, Gunther Bresnik, l'avait souligné : "Il est prêt à gagner sept matchs d'affilée, mais le problème ici a pour noms Djokovic et Nadal". Jusqu'à aujourd'hui.

Pas de round d'observation dans le premier set, les deux hommes s'échangent rapidement leurs services respectifs dans la première manche, se rendant coup pour coup. Gêné par le vent, Thiem tient bon et sauve deux balles de set à 5-4, avant d'arracher un jeu décisif. A 6-4, l'Autrichien se procure deux balles de set. La première est gâchée... mais sur la deuxième, Djokovic craque, son revers finit dans la bande du filet. Long d'une 1h16, ce set - le deuxième seulement pris par Thiem dans ses confrontations avec Djokovic - récompense la prise d'initiative du joueur autrichien (27 coups gagnants et 22 fautes directes, contre 13/23 pour son adversaire).

Thiem - Djokovic 1/4 : Les temps forts

Dans la deuxième manche, Thiem insiste et insiste encore. Son coup droit fouetté effrite petit à petit la défense de "Nole". Prudent, l'Autrichien ne se laisse pas piéger dans la fameuse diagonale revers que le Serbe affectionne tant. Et sur sa troisième balle de break, Thiem anticipe l'amortie de Djokovic, qui en chute à terre (1-0). Comme un symbole.

Le n°2 mondial tente bien de résister mais Thiem ne connaît pas de coup de mou. "Par rapport à 2016, il est plus fort physiquement et mentalement" avait prévenu Gunther Bresnik. Sans s'affoler, son protégé se détache deux sets à zéro.

Djokovic à la dérive

Euphorique, il breake d'entrée dans le dernier acte. L'Autrichien n'est pas seulement un cogneur au physique de champion, sculpté lors de séances physiques dantesques. Il est aussi devenu un joueur rusé, qui varie les longueurs, les hauteurs, les effets, capable d'amorties somptueuses. Djokovic, résigné, s'effondre dans une atmosphère de fin de règne, où quatre fautes directes offrent un double break blanc à son rival (3-0). Sans pitié, Thiem le rosse même sur un dernier 6/0 et un superbe revers gagnant.

"C'est un rêve de battre Novak pour la première fois, ici, à Roland-Garros, a-t-il soufflé à la fin du match. Il y avait une très belle ambiance aujourd'hui même si les conditions n'étaient pas faciles."

Pour Djokovic, même si une issue heureuse semblait peu probable dans ce tournoi au vu de ses résultats depuis douze mois, la chute est rude. Le Serbe ne détient plus aucun tournoi du Grand chelem, lui qui les possédait les quatre il y a un an tout juste. Lundi, le Belgradois sortira du Top 2, une première depuis 2011. Et il pourrait même chuter du podium si Stan Wawrinka va en finale.

Quant à Dominic Thiem, il franchit une étape importante. Mais le "jeunot" de 23 ans va devoir se reconcentrer immédiatement. Car dans le dernier carré, il devra à nouveau revêtir son habit de "tueur de rois" s'il veut éliminer l'ogre Rafael Nadal, qui a bénéficé en quarts de finale de l'abandon de Pablo Carreno Busta. "C'est tellement dur les Grands chelems, rencontrer Djokovic en quarts et maintenant Nadal en demies. Mais je vais faire de mon mieux", a lâché l'Autrichien. Faire de son mieux, voire plus. La coupe des Mousquetaires est à ce prix.

Novak Djokovic et Dominic Thiem
Comments
Article suivant: "Roland" à la loupe, J10...
Articles Similaires