En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Top 10 : les matchs emblématiques de "Rafa" à Roland-Garros

Par Amandine Reymond   le   vendredi 02 juin 2017
A | A | A

A l'occasion de la Decima de Rafael Nadal, retour sur les 10 matchs qui ont fait la légende de l'Espagnol à Roland-Garros. Et forcément, en 81 matchs il y en a eu, alors il a fallu faire des choix.

Rafael Nadal bat Mariano Puerta (6/7 6/3 6/1 7/5) – finale 2005

Deux jours plus tôt, Rafael Nadal fêtait ses 19 ans par une victoire sur le numéro 1 mondial Roger Federer en demi-finales. Le Majorquin, dont c’est la première participation à Roland-Garros, est logiquement favori de la finale après sa formidable saison sur terre marquée par des succès à Sao Paulo, Acapulco, Monte-Carlo, Barcelone et Rome. Face à Mariano Puerta, il ne déçoit pas. Véritable mur, il ramène presque toutes les attaques de l’Argentin, qui ne ménage pourtant pas ses forces. Malgré la perte du premier set au tie-break, Rafael Nadal continue sur le même rythme effréné et finit par faire plier son adversaire pour s’offrir le premier de ses 14 titres du Grand chelem.  

Rafael Nadal bat Robin Söderling (6/2 7/5 6/1) – premier tour 2006

Tenant du titre, Rafael Nadal ne tremble pas pour son entrée en lice à Roland-Garros. Malgré le vent et la pluie, le Majorquin ne se laisse pas perturber par le jeu tout en puissance de Robin Söderling et domine le Suédois en trois sets. Avec cette 54e victoire consécutive sur terre battue, il bat le record établi par Guillermo Vilas trois décennies plus tôt. Cette série s'arrêtera finalement à 81 unités lors de la défaite face à Roger Federer en finale de Hambourg en 2007.

Lire aussi : Retour sur le jour où "Rafa" a battu Vilas

Nadal - Soderling 2006 : balle de match

Rafael Nadal bat Roger Federer (1/6 6/1 6/4 7/6(4)) – finale 2006

Sur la lancée de Rome, où il ne s’était incliné qu’au tie-break du cinquième set, Roger Federer commence cette finale tambour battant. Face à lui, Rafael Nadal, hésitant, subit les attaques du Suisse et concède la première manche 6/1. Mais la domination du Suisse est de courte durée. Dès l’entame de la deuxième manche, Rafael Nadal se jette dans chaque frappe avec toute l’énergie qui le caractérise. Beaucoup plus régulier, le Majorquin inverse le cours du match et revient à hauteur (6/1), avant d’enfoncer le clou dans les deux dernières manches pour remporter en 3h02 la première des huit finales majeures entre les deux hommes. Il prive par la même occasion le Suisse d'un Grand chelem à cheval sur deux ans.

Le point du titre pour Nadal en 2006

Rafael Nadal bat Roger Federer (6/1 6/3 6/0) – finale 2008

Opposé à Roger Federer pour la troisième fois consécutive à ce stade de la compétition à Roland-Garros, Rafael Nadal, qui n’a pas perdu un set du tournoi, met le Suisse sous pression dès le début de match en le breakant d’entrée. Federer, qui avait à nouveau l’occasion de réaliser le Grand chelem sur deux ans, tente bien de réagir dans le deuxième set mais il ne trouve pas la solution face aux défenses extraordinaires de l’Espagnol. Complètement dépassé par la puissance et la précision du triple tenant du titre, Roger Federer ne grapille que quatre petits jeux et rend les armes après seulement 1h48 d’un match qui reste sa défaite la plus cuisante en Grand chelem. Rafael Nadal remporte ainsi son quatrième titre consécutif Porte d’Auteuil.

Nadal-Federer 2008 : La balle de match

Robin Söderling bat Rafael Nadal (6/2 6/7(2) 6/4 7/6(2)) – huitièmes 2009

Un séisme, bien plus encore que la deuxième défaite du Majorquin à Roland-Garros, six ans plus tard face à Novak Djokovic. En 2009, Rafael Nadal parait invulnérable, au sommet de son art depuis un an. C'est dire l'ampleur de la déflagration lorsqu'il s'incline en huitièmes de finale, sa première défaite à Roland-Garros, première défaite tout court au format cinq sets sur terre battue, face à un adversaire, Robin Soderling, qu'il venait de battre 6/1 6/0 à Rome. Mais Nadal est épuisé par un premier semestre intense et le grand frappeur viking sur un nuage : 61 coups gagnants en 4 sets, il signe la fin de l'invincibilité du roi Nadal à Roland-Garros.

Rafael Nadal bat Robin Söderling (6/4 6/2 6/4) – finale 2010

En reconquête après son élimination en huitièmes l’année précédente, Rafael Nadal arrive à Roland-Garros en pleine confiance après avoir remporté les titres de Monte-Carlo, Rome et Madrid. A Paris, il enchaîne les victoires sans perdre un set pour retrouver en finale son bourreau de l’année précédente : Robin Söderling, qui l’avait aussi battu lors du Masters en fin d’année. Cette fois, le duel tourne à l'avantage de l'Espagnol : après un premier set extrêmement disputé et tenu, "Rafa" déroule dans les deux suivants et retrouve "sa" coupe des Mousquetaires. Les larmes versées au moment de soulever le trophée en disent long sur la valeur accordée à ce cinquième triomphe à Roland-Garros.

Rafael Nadal

Rafael Nadal bat Roger Federer (7/5 7/6 5/7 6/1) – finale 2011

Pour leur 25e confrontation, la cinquième à Roland-Garros, Roger Federer et Rafael Nadal se retrouvent une nouvelle fois en finale. Comme en 2006, le Suisse attaque le match pied au plancher et multiplie les coups gagnants et les montées au filet pour rapidement se détacher 5-2. Mais une balle de set manquée, sous forme d'amortie échouant de peu dans le couloir, marque déjà un tournant : "Rafa" enchaîne sept jeux de suite, empochant la manche 7/5. Le ton est donné : comme souvent dans leurs affrontements, le Suisse se procure le plus grand nombre d'occasions, mais l'opportunisme est côté espagnol. Le troisième set, remporté par Federer, n'y change rien : Nadal survole le quatrième. Après 3h40 d’un match de très haut niveau, il remporte son sixième titre à Roland-Garros et égale Bjorn Börg. Avec déjà 10 titres du Grand chelem à son palmarès à seulement 25 ans, Rafael Nadal devient également le deuxième plus jeune joueur à réussir cette performance derrière ce même Bjorn Börg, à un jour près.

Mais 48h après son chef-d'oeuvre contre Djokovic, Roger Federer subit à nouveau la loi de Rafael Nadal en finale de Roland-Garros (7/5 7/6 5/7 6/1).

Rafael Nadal bat Novak Djokovic (6/4 6/3 2/6 7/5) – finale 2012

Alors qu’il restait sur une série de sept défaites contre le Serbe (dont les trois dernières finales de Grand chelem), Rafael Nadal a inversé le rapport de force en remettant les pieds sur sa terre chérie. Victorieux à Monte-Carlo et à Rome, il retrouve Novak Djokovic pour leur premier face-à-face en finale de Roland-Garros. Sur une terre rendue plus lourde qu'à l'accoutumée par la pluie fine qui tombe au-dessus de Paris, l'Espagnol semble s'acheminer vers un succès sans contestation possible. Mais l'humidité finit par changer la face de la finale. Le lift de "Rafa" prend moins et Djokovic se relance. Il aligne huit jeux de suite lorsque les conditions climatiques obligent à l'interruption. Au retour des deux joueurs sur le court le lundi, "Rafa" reprend sa marche en avant. Il débreake immédiatement et un peu plus de 40 minutes plus tard, une double faute du Serbe lui permet de devenir seul recordman de victoires à Roland-Garros, avec sept titres. Et comme avec Federer quelques années plus tôt, il prive Djokovic d'un Grand chelem sur deux saisons sur la dernière marche.

Roland-Garros 2012 : Nadal puissance 7

Rafael Nadal bat Novak Djokovic (6/4 3/6 6/1 6/7(3) 9/7) – demi-finale 2013

Attendue dès le tirage au sort, l'affiche entre les numéros 1 et 4 mondiaux tient toutes ses promesses. Pendant 4h37 d’un match époustouflant, Novak Djokovic et Rafael Nadal se rendent coup pour coup, à l’image du cinquième set indécis jusqu’au bout. Breaké d’entrée dans le dernier set après avoir servi pour le gain du match à 5-4 puis 6-5 dans la manche précédente, le Majorquin puise au fond de lui-même pour garder la tête hors de l’eau. Saoulé de coups, Nadal s’accroche. Exceptionnel en défense pour recoller à 4-4, il porte l’estocade à 8-7 en breakant blanc après 4h37 de combat pour s’offrir le droit de disputer une huitième finale à Roland-Garros. Face à David Ferrer, deux jours plus tard, "Rafa" ne tremblera pas pour devenir le premier homme à inscrire son nom huit fois au palmarès du même tournoi du Grand chelem. 

Rafael Nadal bat Novak Djokovic (3/6 7/5 6/2 6/4) – finale 2014                           

Toujours vainqueur de Novak Djokovic à Roland-Garros, Rafael Nadal reste cependant sur une série de quatre défaites consécutives face au Serbe avant de débuter cette finale 2014. Et pendant tout le premier set, le Serbe semble bien parti pour prolonger cette domination. Très en jambes, particulièrement précis, il empoche la première manche 6/3. Mais la réaction de l'Espagnol ne se fait pas attendre. Alors que Djokovic baisse légèrement en intensité, le tenant du titre enchaîne quatre jeux pour mener 3/6 7/5 3-0, avantage qu'il conservera jusqu'à la fin du troisième set. Impressionnant en défense, Rafael Nadal fait craquer son adversaire, à l'image de cette balle de break à rallonge terminée par un revers expédié dans le couloir par le Serbe, qui permet à "Rafa" de mener 4-2 dans la quatrième manche. "Djoko" ne reviendra plus et terminera même le match sur une double-faute. Tout un symbole. Avec ce neuvième titre, le cinquième consécutif, Rafael Nadal établit un nouveau record à Roland-Garros.

Légendes de Roland-Garros : Rafael Nadal

Et aussi...

Rafael Nadal bat Roger Federer (6/3 4/6 6/4 6/3) - demi-finale 2005 : pour la première rencontre entre "Rafa" et "Rodgeur"

Rafael Nadal bat Paul-Henri Mathieu (5/7 6/4 6/4 6/4) - troisième tour 2006 : pour le match le plus dur de "Rafa" au cours de son premier quadriennat victorieux

Rafael Nadal bat Roger Federer (6/3 4/6 6/3 6/4) - finale 2007 : parce qu'une finale

Rafael Nadal bat Nicolas Almagro (6/1 6/1 6/1) - quart de finale 2008 : parce que "jouer des balles à 6 mètres de hauteur, je suis désolé mais je ne sais pas faire !" dixit Almagro lui-même

Rafael Nadal bat Novak Djokovic (6/4 6/2 7/6) - demi-finale 2008 : parce que, oui, "Rafa" était intouchable cette année-là.

Rafael Nadal bat John Isner (6/4 6/7 6/7 6/2 6/4) - premier tour 2011 : parce que la stupéfaction guettait lors "Johnny" a viré en tête deux manches à une. Que se serait-il passé si l'Américain avait tenu son service jusqu'en fin de quatrième set ?

Rafael Nadal bat David Ferrer (6/3 6/2 6/3) - finale 2013 : parce que l'expression "finale avant l'heure" n'a jamais été aussi justifiée que lorsque "Rafa" et "Djoko" ont croisé le fer en demies de cette édition.

Rafael Nadal bat Nikoloz Basilashvili (6/0 6/1 6/0) - troisième tour 2017 : parce que le plus petit nombre de jeux perdus par "Rafa" dans un match en trois sets gagnants.

Rafael Nadal : Du premier au dernier point
Comments
Article suivant: Gasquet - Monfils : un roman d'amitié Marilou Berry : "Roland-Garros, une ambiance simple, cool, décontractée"
Articles Similaires