En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Herbert a été héroique mais a fini par plier face à Verdasco

Par Emmanuel Bringuier   le   jeudi 01 juin 2017
A | A | A

Ce n'était pas l'enfer, mais presque, qui était promis à Pierre-Hugues Herbert. Opposé à Fernando Verdasco, tombeur au tour précédent d'Alexander Zverev, le Français a poussé l'Espagnol dans ses retranchements dans la fournaise du court 2, mais a fini par craquer en cinq manches (6/3 3/6 4/6 6/3 6/3) et 3h29 de jeu. 

Le premier set tombait pourtant rapidement dans l'escarcelle du ténébreux Espagnol. Précis, ce dernier se montrait impérial sur ses jeux de service (aucune balle de break concédée) et profitait des erreurs adverses (11 fautes directes contre 2) pour prendre les devants.

Mais Herbert, 26 ans, tombeur de Jared Donaldson au tour précédent, n'est pas du genre à abdiquer aisément. Si son jeu d'attaque s'exprime plus naturellement sur des surfaces rapides, "P2H", 82e mondial, a souvent montré que son jeu s’adaptait très bien à la terre."Petit à petit, je trouve mon identité sur cette surface", avait d'ailleurs souligné le Français l'an dernier. Dans le deuxième set, l’Alsacien a poursuivi son jeu d'attaque à outrance et a fait douter le Madrilène, qui a lâché plus de points (9 fautes directes contre seulement 2 dans le premier acte). Herbert recolle : 6/3.

Le suspense est monté d'un cran dans le troisième set. Toujours très agressif, Pierre-Hugues Herbert se ruait au filet dès que possible (32 montées au filet, 24 réussies), et les deux joueurs offraient plusieurs points d'anthologie à un court 2 plein comme un œuf. A 5-4, Herbert insistait, insistait... et faisait craquer l'Espagnol, qui cédait la troisième manche. L'exploit était en vue.

Mais "Nando" Verdasco, à 33 ans, est aussi coriace qu'expérimenté. Sans s'affoler, armé de son puissant coup droit de gaucher,  le 37e mondial a repris l'avantage dans les échanges, et -surtout ! - minimisé les erreurs (28 fautes directes contre 59 pour le Français). Il a remporté le quatrième set avant de sauver quatre balles de break dans le premier jeu de la dernière manche. Et à 3-2, c'est finalement lui qui a poignardé le Français dès sa première occasion. Dos au mur, "P2H" s'est bien offert le droit de rêver avec deux balles de débreak, mais l'Espagnol aura le dernier mot au bout de près de 3h30 de jeu (6/3 3/6 4/6 6/3 6/3).

Après avoir mis fin à la surprise générale au parcours de l'Allemand aux dents longues Alexander Zverev (20 ans, 10e mondial), le Madrilène s'offre un nouveau "jeunot" et surtout un troisième tour à sa portée. Face à Pablo Cuevas, il ne sera pas favori, mais aura tout de même une belle carte à jouer. Assez curieusement, Roland-Garros est le Grand chelem qui réussit le moins à l'Espagnol. Ses meilleurs résultats Porte d'Auteuil sont des huitièmes de finale (2007, 2008, 2009, 2010, 2014). Mais à 33 ans, "Maître Verdasco" a encore quelques leçons à donner.

Comments
Article suivant: Balles australes
Articles Similaires