En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Mathieu : "Ça va être compliqué de tourner la page"

Par Julien Pichené   le   lundi 29 mai 2017
A | A | A

Pas gâté au tirage et gêné par sa hanche, Paul-Henri Mathieu a été sorti en trois sets (6/2 6/2 6/2) par David Goffin, avant de confirmer qu'il s'agissait de son dernier "Roland".

C'est sûr que ça aurait eu de l'allure. La belle histoire du printemps, on voit d'ici les beaux papiers dans la presse ! Après cinq ans sans le moindre succès sur un joueur du Top 20, une saison sur terre battue mise à sac par un mollet en vrac et une (enième) résurrection pile au bon moment pour sortir des qualifications de Roland-Garros la semaine dernière, oui, ça aurait eu de l'allure de voir Paul-Henri Mathieu s'offrir David Goffin pour un enième retour. Mais depuis un an, le Belge ne perd quasiment plus que contre des "top players". Quant au Français, il s'est fait manipuler deux fois à l'aisne pendant le match par le docteur Montalvan... Cruel tirage au sort, cruel corps humain. "J'avais des douleurs un peu partout ce matin au réveil., notamment à la hanche.J'ai usé beaucoup d'énergie la semaine dernière pour sortir des qualifications et à un certain âge, on récupère moins bien. Et quand on n'est pas à 100 %, face à un joueur comme David, c'est très dur."

Paul-Henri Mathieu

La copie parfaite de David Goffin

Les miracles existent en tennis, pour peu que l'on en ait la volonté. Revenu en 2012 - tel Robocop - d'une opération à la jambe et de 15 mois de repos forcés, le Strasbourgeois en sait quelque chose. Mais aujourd'hui, même animé de l'infini désir de repousser le plus loin possible Goffin et le mot fin, "Paulo" et ses 35 ans ont été logiquement surclassés par l'un des cracks de la saison sur ocre (6/2 6/2 6/2). Quart de finaliste l'an passé, auteur il y a juste six semaines à Monte Carlo du match de sa vie contre Novak Djokovic, David Goffin nous a pondu une feuille de stats digne du Top 10, qu'il titille depuis le mois de février : seulement 10 fautes directes (contre 36 pour Paul-Henri Mathieu) et une seule balle de break à sauver.

Le dernier "Roland" de Paul-Henri

A quoi Paul-Henri Mathieu a-t-il songé en quittant le court numéro 1 ? En quelques secondes, il a sans doute vu défiler ses meilleurs moments vécus dans le stade. Pêle-mêle, le surréalisme de ses quatre sets contre Rafael Nadal en 2006, la fougue de ses 20 ans en 2002, quand il bouscule Monsieur Andre Agassi sur le court Central, la promesse de sa victoire dans le tournoi juniors en 2000, l'invraisemblable score de son marathon contre John Isner en 2012 (18/16 au cinquième set et 5h41 de match), la mise à la retraite du chouchou de "Roland" Gustavo Kuerten en 2008, ou encore son baptême dans le grand tableau contre Lleyton Hewitt en 2001 sur le court Suzanne-Lenglen.

"Cela va être compliqué de tourner la page, a reconnu le Strasbourgeois en conférence de presse. J'ai vécu des moments incroyables ici, ce sont des souvenirs pour la vie."  Face aux journalistes, "PHM" a confirmé qu'il s'agissait bien de sa toute dernière participation aux Internationaux de France. Un tournoi qu'il adore,"le moteur de ma vie et de ma carrière depuis 17 ans", qu'il a souhaité quitter avec une humilité qui lui sied bien."J'avais dit à Guy Forget que je ne voulais pas de petite cérémonie sur le court après mon dernier match. Les adieux, c'est pas trop mon truc." D'ailleurs, ses vrais adieux auront lieu lors du tournoi de double, qu'il va disputer avec Mathias Bourgue. 

Les adieux de Paul-Henri Mathieu
Comments
Article suivant: Nadal ne fait qu'une bouchée de Benoit Paire
Articles Similaires