En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Rendez-vous à Roland-Garros : "C'est magique"

Par Amandine Reymond   le   samedi 27 mai 2017
A | A | A

Samedi, c'est sous un soleil de plomb que les finalistes de l'opération "Rendez-vous à Roland-Garros en partenariat avec Longines" se sont affrontés pour tenter de décrocher les deux wild-cards pour les tableaux juniors de Roland-Garros promises aux vainqueurs. Et c'est finalement la Japonaise Anri Nagata et l'Indien Abhimanyu Vannemreddy qui ont remporté les précieux sésames après deux finales accrochées.

En cette journée des Enfants de Roland-Garros, ce sont les filles qui ont ouvert le bal en faisant leur entrée sur le court 6 à 13h. Opposée à l'Américaine Cori Gauff, que beaucoup d'observateurs outre-Atlantique considèrent déjà comme "la future Serena Williams", la Japonaise Anri Nagata ne s'est pas laissée impressionner. Plus âgée (17 ans contre tout juste 13 pour l'Américaine) mais beaucoup plus petite et moins puissante que son adversaire, Anri Nagata a fait étalage de toute sa science du jeu pour contrer les lourdes frappes de "Coco". Souvent débordée, elle n'a pourtant jamais paniqué, laissant à l'Américaine le soin de faire les points et surtout les fautes. A l'image du dernier jeu du premier set offert par "Coco" sur quatre fautes directes, 6/4 en 46 minutes.

Pas maladroite à la volée, où elle n'hésitait pas à monter pour prendre de vitesse son adversaire, Anri Nagata a aussi parfaitement alterné trajectoires bombées et accélérations ou amorties bien placées pour dérégler l'Américaine qui, malgré une belle longueur de balle, avait du mal à temporiser. Trop irrégulière, notamment au service (11 doubles fautes sur l'ensemble du match), Cori Gauff n'a jamais réussi à inverser la tendance dans ce match, s'inclinant finalement 6/4 6/4 en 1h43 de jeu.

Anri Nagata s'est imposée dans le tournoi Rendez-vous à Roland-Garros en partenariat avec Longines.

Tout en retenue à la fin du match, Anri Nagata ne cachait cependant pas sa joie lors la traditionnelle interview d'après-match. "Je suis super contente. J'étais un peu tendue, j'ai joué un petit peu petit bras mais à la fin, j'ai réussi à vraiment lâcher mes coups. Mon objectif c'était de faire durer les points car je savais que j'aurais ma chance dans les rallyes. Jouer ici, devant autant de spectateurs, c'est magique. J'ai l'impression de vivre mon rêve et je n'oublierai jamais ce moment."  Et pour que le rêve dure le plus longtemps possible Anri Nagata, 79e mondiale, est bien décidée à travailler avant de faire ses débuts dans le tableau juniors. "Il faut que j'améliore mon service et mes retours car je sais que le niveau sera encore plus élevé dans le tableau de Roland-Garros."

"Mon premier Grand chelem pour ma première fois en Europe"

Un rêve éveillé, c'est aussi ce que vit Abhimanyu Vannemreddy (350e mondial juniors) depuis un peu plus d'une semaine. Battu en finale de l'étape indienne de Rendez-vous à Roland-Garros, cet adolescent qui fêtera ses 17 ans au lendemain du tournoi, n'a appris que le vendredi 19 mai qu'il allait finalement participer à la phase finale à Paris. "J'étais à Delhi, où je m'entraîne quand j'ai reçu un appel de la fédération indienne pour m'annoncer que j'allais remplacer Siddhant Banthia (blessé). Je n'avais pas de visa et l'ambassade de France à Delhi était fermée mais j'ai déposé ma demande dès le lundi matin. Je l'ai reçu le mercredi matin et le soir j'étais dans l'avion", raconte "Abhi" en souriant.

Abhimanyu Vannemreddy

Arrivé jeudi matin à Paris, le jeune Indien n'a eu que quelques heures pour s'acclimater avant de disputer ses premiers matchs lors de la phase de poules à Montrouge, vendredi. "Je n'ai pas eu le temps de me demander si j'étais fatigué ou pas mais là, je vais avoir quelques jours pour récupérer avant le tournoi juniors." Du repos, "Abhi" en aura bien besoin après avoir bataillé pendant 2h17 dans une chaleur écrasante pour venir à bout du Japonais Hikaru Shiraishi, 259e mondial (6/1 4/6 6/1).

Après un très bon début de match, "Abhi", qui menait un set un break, a légèrement baissé en intensité. Plus loin derrière sa ligne, il a alors laissé son adversaire dicter les points et revenir dans le match, avant de réagir à temps dès le début de la troisième manche. "Je n'ai pas de regret par rapport à la perte du deuxième set, commentait-il après sa victoire. Je n'ai pas trop mal joué. J'avais un break d'avance mais il s'est mis à super bien jouer et il est revenu, il méritait de gagner la manche. Mais la pause entre les deuxième et troisième sets m'a fait du bien. Je me suis calmé, je me suis reconcentré et j'ai réussi à boucler le match." 

Accompagné par un entraîneur de la fédération indienne ces derniers jours, "Abhi" espère que ses parents pourront le rejoindre pour sa participation au tableau juniors. "Mes parents et ma petite sœur vivent au Kenya, où mon père travaille. J'espère qu'ils pourront venir mais il faut qu'on en discute." En attendant, le jeune Indien profite : "Je suis désolé pour Siddhant, qui a dû me céder sa place, mais les blessures font malheureusement partie de notre sport et je suis ravi et fier d'avoir saisi cette opportunité. C'est énorme pour moi. C'est mon premier Grand chelem, ma première fois en Europe, c'est incroyable. J'aimerais pouvoir rester ici toute ma vie. J'aime vraiment cet endroit." Et pour que le rêve continue, "Abhi" va essayer de partager quelques séances d'entraînement avec ses compatriotes engagés dans les différents tableaux pour préparer au mieux son premier Grand chelem. 

Rendez-vous à Roland-Garros
Comments
Article suivant: RG Lab, bienvenue dans le futur
Articles Similaires