En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Les favoris de Roland-Garros : Nadal, devant la meute

Par Emmanuel Bringuier   le   jeudi 25 mai 2017
A | A | A

Si le circuit féminin ne s'est pas trouvé de patronne en l'absence de Serena Williams, le circuit masculin en a retrouvé un sur terre battue : Rafael Nadal a la pancarte en cette édition 2017 pour aller chercher un ahurissant 10e titre à Roland-Garros. Derrière, par leurs états de forme ou états de service, ils sont quelques-uns à espérer tirer leur épingle du jeu. Passage en revue.

*****Rafael Nadal - le retour du roi ?

On se croirait presque revenu quelques années en arrière. A l'approche de ce Roland-Garros, une question très classique trotte dans la tête des passionnés de tennis : qui diable va pouvoir empêcher Rafael Nadal de triompher à Paris ? A l'aube du tournoi, l'Espagnol est très clairement le favori numéro uno. Après s’être offert la "décima" (dix tournois remportés) à Monte-Carlo et à Barcelone, en y ajoutant Madrid un peu plus tard, "Rafa" est redevenu l'ogre insatiable de la terre battue. Épargné par les blessures, il n'a qu'un but en tête : mettre fin à une disette de deux ans dans son jardin de la Porte d'Auteuil. Gare à quiconque se trouvera sur sa route. Il faudra être très, très fort pour le détourner de son but.

Novak Djokovic Roland-Garros 2016

****Novak Djokovic - l'empereur déchu n'abdique pas

Ces deux dernières années, Novak Djokovic débarquait à Paris avec une immense étiquette "favori" collée dans le dos. L'année passée, il l'avait pleinement assumée et finalisé son rêve en soulevant la coupe des Mousquetaires. Logique et mérité pour celui qui était alors tenant du titre des quatre Grands chelems. Mais les temps ont changé. Un an plus tard, Roland-Garros est le dernier joyau de sa couronne, le Serbe semblant avoir perdu, suite à cet accomplissement, le feu sacré qui l’animait depuis 2011. Pour donner un nouveau coup de fouet à sa carrière, le Belgradois a décidé de s'associer à la légende Andre Agassi. Un coup de poker ambitieux qu'il espère bien gagnant. Sa récente finale à Rome annonce-t-elle la sortie du tunnel ?

Changement de côté pour Alexander Zverev et Dominic Thiem

***Alexander Zverev et Dominic Thiem - C'est déjà demain

Peut-encore parler d'espoir ? En remportant son premier Masters 1000 à seulement 20 ans avec une victoire pleine d'autorité en finale contre Djokovic, Alexander Zverev a confirmé qu'il était définitivement de la trempe des champions, appelés à régner sur le circuit ATP. Rentré dans le Top 10, le joueur d'outre-Rhin n'a peur de rien. Reste désormais à confirmer dans les matchs en trois sets gagnants. Car si l'Allemand est impressionnant de maturité, il n'a encore jamais dépassé le troisième tour en Grand chelem.

Un cap que Dominic Thiem a lui déjà franchi. A 23 ans, l'Autrichien n'est plus vraiment un "young gun", mais bien un joueur solidement installé dans le Top 10 (7e, son meilleur classement). Un peu en retrait en deuxième partie de saison dernière, "Baby-Wawrinka" a comme par enchantement retrouvé tout son éclat au début de la saison sur ocre, sa surface de prédilection (victoire à Rio de Janeiro, finales à Barcelone et Madrid, demie à Rome). Il est d'ailleurs le seul à avoir battu Rafael Nadal sur terre battue cette année, à Rome, au cours d'un match où il avait agressé l'Espagnol du début à la fin. S'il reproduit ce genre de tennis pendant 15 jours, le protégé de Gunter Bresnik ne sera pas loin de succéder au palmarès du "French" à son compatriote Thomas Muster (vainqueur en 1995).

Au bout de lui-même. Stan Wawrinka s'est qualifié pour le deuxième tour au terme de 3h11 de jeu

***Stan Wawrinka - Ne jamais dire jamais....

Lui aussi se trouve dans une sorte de flou artistique. Stan Wawrinka a beau avoir remporté Roland-Garros en 2015 et rallié les demi-finales en 2016, sa saison 2017 en demi-teinte ne plaide pas en sa faveur. Mais il ne faudrait pas oublier que le Suisse reste "monsieur Grand chelem" et que, sur un tournoi, il peut assommer n'importe quel adversaire avec sa puissance de "bison" (dixit Henri Leconte). Aucun tournoi gagné depuis le début de la saison ? Le Vaudois est toujours n°3 mondial. Deux matchs de gagnés lors de la tournée des Masters 1000 terre battue ? Il n'en avait remporté que cinq en 2015... avant de tout emporter sur son passage Porte d'Auteuil.

Andy Murray

**Andy Murray - SOS numéro 1 en détresse

Un n°1 mondial qui arrive à Roland-Garros sur la pointe des pieds, voilà qui rappelle les années Sampras. Impérial en fin de saison dernière, Andy Murray traverse pour le moment l'année 2017, uniquement éclairée par un trophée à Dubaï, comme une âme en peine. Toutefois, il paraît difficile d'écarter celui qui reste le boss de l'ATP et finaliste sortant. L'an dernier, Murray avait d'ailleurs prouvé qu'il avait toutes les qualités pour briller (et gagner) sur l'ocre parisienne. Et dans un match en cinq manches, l'Ecossais reste un guerrier d'une rare intensité.

Toute la détermination de Richard Gasquet. Il ne lâchera pas sa proie, l'Américain Bjorn Fratangelo

*Les Français en embuscade

Forcement, ils représentent un cas à part à "Roland". Cette année, les Français arrivent en ordre dispersé. Demi-finaliste en 2013 et 2015, le numéro 1 français Jo-Wilfried Tsonga, sera évidemment un des outsiders du tournoi. Treizième à l'ATP, récent papa, le tricolore pourra compter sur le soutien du public.

Lucas Pouille voudra lui poursuivre son ascension. Depuis son éclosion au plus haut niveau l'an dernier, le Nordiste de 23 ans confirme mois après mois qu'il joue désormais dans la cour des cadors du tennis. Vainqueur à Metz à l'automne 2016 puis à Bucarest début mai, le natif de Grande-Synthe se sent comme un poisson dans l'eau sur terre battue. Bien qu'il n'ait jamais dépassé le deuxième tour à Roland-Garros, le protégé d'Emmanuel Planque apprend vite, très vite.

Seizième mondial, Gaël Monfils vit un début de saison compliqué. Mais à Roland-Garros, "la Monf" reste redoutable et complètement imprévisible. Quant à Richard Gasquet, récemment opéré de l'appendicite, il retrouve tout doucement ses sensations et aura à cœur de défendre son quart de finale de l'an passé.

Comments
Article suivant: Djokovic a pris ses marques avec Agassi
Articles Similaires