En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Richard Gasquet: "Je suis dans les temps avant Roland-Garros"

Par Myrtille Rambion   le   jeudi 18 mai 2017
A | A | A

 A dix jours du début de Roland-Garros, Richard Gasquet est déjà en pleine action à la Porte-d'Auteuil. A l'entraînement, il peaufine son tennis et sa confiance, après des semaines de blessures. Rencontre.

En ce jeudi après-midi oscillant entre gros nuages gris et rayons de soleil timides, l'enceinte du court 3 de Roland-Garros résonne d'une frappe lourde et franche. Richard Gasquet s'y entraîne avec entrain, sous l'oeil attentif de Thierry Champion. Ce n'est pas la première fois cette semaine : depuis mardi, le Biterrois prépare activement le Grand chelem parisien raquette en main sur ces "terres" qu'il connaît par coeur. En revanche, coach et élève se retrouvent pour leur première séance sur un terrain depuis que "Richie" a dû abandonner à Estoril et renoncer dans la foulée à Madrid, puis Rome. La faute à un dos récalcitrant, conséquence directe de son opération de l'appendicite subie en urgence à l'aube d'Indian Wells.

Dos qui, et c'est plutôt une bonne nouvelle à dix jours de Roland-Garros, semble ne plus le gêner. Comme ses abdominaux d'ailleurs. Frappes en lignes des deux côtés, passings, service... Tout y passe. Et le lift jaillit de sa raquette. Avec encore plus de gourmandise en revers. Ce mercredi et ce jeudi, Richard Gasquet a même enchaîné deux séances d'entraînement dans la même journée. "Je vais de mieux en mieux, a-t-il confié à la sortie du court 3. J'avais un peu d'appréhension forcément mais, petit à petit, je pense que mes douleurs sciatiques sont en train de disparaître. Cela faisait très longtemps - depuis la seule nuit d'Indian Wells où j'ai pu dormir - que je ne m'étais pas réveillé comme ça, sans douleurs, sans courbatures. Maintenant, il faut continuer (sourire)."

Depuis qu'il est rentré d'Estoril, Richard Gasquet a vu médecin et ostéo et s'est concentré sur la récupération et la prévention. "J'ai fait pas mal de physique, a-t-il expliqué, j'ai beaucoup joué aussi, j'ai fait quelques sets. Pour l'instant, je suis dans les temps, je suis content de ce qui se passe parce que c'était dur après l'appendicite, j'ai eu beaucoup de soucis liés à ça. Je trouve que cela va de mieux en mieux, maintenant c'est sûr qu'ici, il y a cinq sets donc l'entraînement va être important." Et d'ajouter : "On va bien voir, j'ai l'expérience et je pense que je peux faire un bon tournoi".

Champion : "Je n'ai même pas besoin de le regarder, j'écoute le son de sa frappe"

Thierry Champion n'est pas loin de penser la même chose. Même si, dit-il, reste l'inconnue du tirage au sort puis celle de la réaction sur les cinq sets d'un organisme plus très aguerri à l'effort longue distance, qui plus est sur la surface la plus exigeante du circuit. "Je l'ai retrouvé cet après-midi, a analysé le co-coach de Richard Gasquet, mais au téléphone déjà hier, avant-hier, quand je l'avais, je n'avais pas besoin d'appeler les médecins, je sentais que ça allait mieux parce que sa voix allait mieux aussi. Je sentais une envie de communiquer, de dire les choses. Là, j'entends sa voix et je n'ai même pas besoin de le regarder, j'écoute le son de sa frappe et je sens que tout d'un coup, eh bien, il a du plaisir à frapper, que dans sa frappe, il se livre totalement sur le plan physique."

Dimanche, lorsqu'il passera le relais à Sergi Bruguera tandis que lui prendra la direction de Lyon, Thierry Champion devrait, fort de deux journées supplémentaires d'entraînement, être davantage rassuré encore. Même si, dit-il, "je n'étais pas inquiet du tout. Richard reprend des couleurs et j'ai même l'impression qu'il va très bien. 'Roland', c'est bien sûr très exigeant et on ne peut pas savoir avant comment il va réagir. Mais il lui reste dix jours encore pour se préparer. Il a raté quatre Masters 1000 d'affilée, il s'était extrêmement bien entraîné cet hiver, il a fait un bon début de saison, il attendait beaucoup des gros tournois avant Roland. Il n'a pas pu les jouer, donc du coup ça développe chez lui encore plus d'envie. Et je pense que c'est ce qui va prédominer : l'envie."

4T Nishikori - Gasquet Les temps forts
Comments
Article suivant: Rendez-vous à Roland-Garros : dernière escale en Corée du Sud, avant Paris
Articles Similaires