En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

"Roland-Garros, symbole de la France qui gagne et innove"

Par Myrtille Rambion   le   mercredi 26 avril 2017
A | A | A

Ce mercredi dans la grande salle d’interview de Roland-Garros, le président de la FFT Bernard Giudicelli et le directeur du tournoi Guy Forget ont tenu une conférence de presse pour lancer officiellement l’édition 2017 des Internationaux de France. À un mois de l’épreuve, il a été question d’égalité des chances, du nouveau stade, de l’accueil toujours amélioré pour les joueurs comme pour le public et… de terre battue, bien sûr. Verbatim.

La terre battue, ADN de Roland-Garros

Bernard Giudicelli : “Notre volonté est de faire de Roland-Garros un tournoi unique, le symbole de la France qui gagne, innove et "performe". Mais aussi d’une France qui inspire et développe le tennis mondial et qui en fédère les acteurs. Notre volonté est d’être les meilleurs parmi tous les tournois du Grand chelem. Pour cela, nous nous devons d’abord d’être excellents dans notre identité propre : la terre battue. Tous les formateurs et les joueurs le reconnaissent, cette surface a des vertus éducatives et sportives majeures. Roland-Garros est le tournoi le plus difficile à remporter parce que la terre battue est exigeante, capricieuse et changeante. Elle impose aux joueurs et aux entourages cette capacité d’adaptation. Nous avons dans cette maison des "terriens", de véritables experts de la terre battue et nous allons d’ailleurs labelliser "Roland-Garros" des grands clubs en France et dans le monde, en Amérique du Sud, en Asie, en Europe centrale ou en Afrique, un continent presque totalement exclu du tennis mondial... Nous devons promouvoir notre langue et notre manière de voir le jeu. Il est important que cette culture, dans un univers de plus en plus anglo-saxon, promeuve notre langue et notre façon de voir le tennis, avec notre surface. Roland-Garros est le championnat du monde sur terre battue. Le plus grand tournoi sur cette surface."

Quel stade pour cette édition ?

Bernard Giudicelli :  "Le chantier du Nouveau Roland-Garros va un peu s’assoupir pour laisser la place à l’événement. Ce chantier a pour but de renforcer la notoriété et la vitalité du tournoi que l’on veut le plus attractif possible. Nous avons fait un choix depuis 2011 : celui de la qualité contre la quantité. Notre objectif est de promouvoir la beauté, la qualité des infrastructures et de l’accueil, ainsi que la proximité avec les joueurs et leur entourage. En 2017, on ne parle plus du "projet RG", on est dans l’An 1 des travaux, avec les bâtiments d'accueil livrés et les principaux obstacles juridiques levés."

Guy Forget : "Cette édition sera jouée sur 15 courts sur le site historique. Avec en outre, un court pour les échauffements, qui pourra, en cas d’intempéries, faire office de court supplémentaire. Par ailleurs, il y aura 11 courts d’entraînement au stade Jean-Bouin. L’an passé, ces infrastructures avaient eu beaucoup, beaucoup de succès et pour cette édition, l’espace sera encore plus grand, avec des courts strictement identiques à ceux de Roland-Garros. Enfin, au Petit Jean-Bouin, quatre courts d’entraînement et d’échauffement seront également à disposition. Cette terre battue est notre fierté et nous nous devons d’avoir les meilleurs courts du monde sur la surface. Pour cette édition, nous les avons donc préparé encore plus tôt pour nous assurer qu’ils soient encore meilleurs, encore plus stables et encore plus lisses que l’an passé où leur qualité avaient déjà été soulignée unanimement."

La billetterie : toujours plus d’accessibilité pour les amoureux du jeu

Bernard Giudicelli : “ Cette année, nous avons introduit une nouveauté : la billetterie par match pour les demi-finales hommes. Cela a créé des polémiques, mais la réalité est que ça été un succès : on a doublé les capacités d’achat pour le vendredi des demi-finales. Les amoureux du tennis ont deux fois plus de chances d’accéder à ces matches. La billetterie est d’ailleurs l’un des indicateurs de l’excellente santé économique du tournoi. Les prix vont s'échelonner de 10 euros pour les qualifications -les prix les plus bas- jusqu'à 230 euros pour les prix les plus élevés, ce qui donne une moyenne environ de 80 euros pour venir ici à Roland-Garros, ce qui est, compte tenu des autres sports aujourd'hui, quelque chose que nous estimons de tout à fait raisonnable. Par rapport aux autres tournois du Grand chelem, nous sommes probablement le tournoi qui a les prix les plus accessibles.“

Guy Forget : “Concernant la billetterie, nous avons toujours une demande quatre fois supérieure à l’offre. C’est quelque chose d’un peu frustrant et c’est dans cette idée que nous avons pensé, dans un souci d’égalité, à ouvrir la billetterie des demi-finales match par match. Pas pour générer des bénéfices supplémentaires, mais afin de répondre à cette demande toujours grandissante.“

Roland-Garros, un Paris olympique

Bernard Giudicelli : "Cette édition 2017 sera le premier tournoi de l’Olympiade de Tokyo et nous atteindrons bientôt la date symbolique des 100 jours avant l’attribution officielle, le 13 septembre, de l’organisation des Jeux olympiques de 2024. Roland-Garros est l’un des points cardinaux de la candidature de Paris. L’un de ses atouts. Le 15 mai, nous allons recevoir la visite du CIO : elle est importante, il s’agit de venir prendre le pouls de notre équipement, de ce qu’il peut apporter à l’épreuve olympique  de tennis et paralympique de tennis, mais aussi à d’autres épreuves. Notamment la boxe sur le court Suzanne-Lenglen, avec la possibilité de lui apposer une couverture temporaire. Ce rêve olympique est un rêve qui nous habite aujourd’hui. C’est un enjeu majeur qui fédère l’ensemble de la population et de la nation."

Une Fédération solidaire grâce à son tournoi

Bernard Giudicelli : "Nous avons tenu à soutenir la progression, continue et conséquente, de la dotation. Notre volonté est de soutenir le développement du jeu et par conséquent nous avons fait un choix un peu différent de certains de nos homologues : resserrer les écarts entre le vainqueur du titre et les perdants du premier tour. Il faut regarder la réalité en face, c’est un sport professionnel : que le vainqueur gagne deux fois plus que le vaincu amenait parfois à des inégalités criantes. Il faut que chacun ait une égalité des chances de s’entraîner, se soigner, voyager…"

Guy Forget : "Nous sommes sur une augmentation conséquente avec une dotation totale de 36 millions d’euros, soit une augmentation de 12%, c’est-à-dire 4 millions de plus distribués par rapport à 2016. Nous avons voulu mettre l’accent sur les qualifications parce que l’es écarts sont de plus en plus grands entre ceux qui trustent les premières places et ceux qui essaient de vivre du tennis. Dans les ‘qualifs’ cette année, il y aura une augmentation de 33% du prize money. Le but est de permettre à tous ces joueurs, au-delà de la 128e place, de venir à Roland-Garros et d’être reconnus à leur juste valeur."

Bernard Giudicelli : "Au-delà, la nouveauté pour nous est de reconnaître les efforts des fédérations pour leurs joueurs, notamment juniors. J’annonce donc la création d’un nouveau trophée : le Trophée international Philippe-Chatrier. Un million d’euros sera consacré à récompenser le travail de promotion du tennis sur terre battue chez les juniors par les fédérations. Cela dans une volonté de favoriser la performance et l’éclosion de nouveau talents partout dans le monde, notamment en Afrique, un continent presque totalement exclu du tennis mondial."

DOTATION SIMPLES MESSIEURS ET DAMES 2017 en euros
SIMPLES MESSIEURS
ET DAMES
Par joueur/joueuseAugmentation en % 2017 vs 2016
Vainqueur2 100 000 €+ 5%
Finaliste1 060 000 €

+ 6%

Demi-finaliste530 000 €+ 6%
Quart de finaliste340 000 €+ 15,65%
Huitième de finaliste200 000 €+ 15,61%
Troisième tour118 000 €+ 15,69%
Deuxième tour70 000 €+ 16,67%
Premier tour35 000 €+ 16,67%

 

DOTATION QUALIFICATIONS SIMPLES MESSIEURS ET DAMES 2017 en euros
QUALIFICATIONS
SIMPLES MESSIEURS ET DAMES
Par joueur/joueuseAugmentation en % 2017 vs 2016
Perdant du 3e tour18 000 €

+ 28,57%

Perdant du 2e tour9 000 €

+ 28,57%

Perdant du 1er tour5 000 €+ 42,86%

 

DOTATION DOUBLES MESSIEURS ET DAMES 2017 en euros
DOUBLES MESSIEURS
ET DAMES
Par joueur/joueuseAugmentation en % 2017 vs 2016
Vainqueurs540 000 €

+8,00%

Finalistes270 000 €

+8,00%

Demi-finalistes132 000 €+5,60%
Quarts de finaliste72 000 €+5,88%
Huitièmes de finaliste39 000 €+5,41%
Deuxième tour21 000 €+10,53%
Premier tour10 500 €+10,53%

 

Pensez à intégrer les temps de contrôles lors de votre venue au stade

Bernard Giudicelli : "Le tournoi 2017 va se dérouler dans un contexte de sécurité renforcé. Nous avons maintenu et renforcé le dispositif autour du stade. Protéger les joueurs, le public, tous les acteurs du stade est pour nous un impératif. Il faudra donc être compréhensif et bien intégrer les temps de contrôles lors de la venue dans le stade."

Des surprises sur le plan sportif ?

Guy Forget : "Cette édition 2017 s’annonce passionnante et dominée par l’incertitude liée aux noms de la championne et du champion au final car nous venons de vivre un début de saison absolument incroyable avec des surprises à tous les niveaux. Chez les femmes tout d’abord, ce sera formidable car je pense que l’on aura une surprise. À l’image de Garbiñe Muguruza l’an dernier, formidable et élégante championne, pourquoi pas Kerber, Pliskova… Sans oublier nos joueuses françaises et notamment Kristina Mladenovic qui a encore eu des très beaux résultats en Fed Cup. On se dit qu’une de nos Bleues pourrait pourquoi pas succéder à Mary Pierce. Chez les hommes, je pense que comme moi, chaque fois que vous allumez la télévision, vous vous demandez qui va être le champion. Encore plus avec Andy Murray et Novak Djokovic légèrement en retrait depuis le début de l’année et avec à l’inverse un Roger Federer extraordinaire et un Rafael Nadal, notre champion neuf fois à Roland-Garros, très en forme. Et là aussi, on se dit qu’il y a également de la place pour nos joueurs français. Avec Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet –qui, c’est une bonne nouvelle, a repris le chemin des courts-, Gaël Monfils, Gilles Simon et Lucas Pouille, qui est le futur du tennis français, il y a des coups à jouer.“

Bernard Giudicelli : "Ce tournoi va offrir un plateau tout à fait exceptionnel. Avec cette question que tout le monde se pose : va-t-on avoir une domination hégémonique ou bien les jeunes loups qui arrivent vont-ils être en capacité de détrôner les joueurs qui "trustent" les titres depuis quelques années ?"

Maria Sharapova : wild-card ou pas ?

Bernard Giudicelli : "L’annonce sera faite dans la semaine du 15 mai. Très précisément le 16 mai à 19h, en direct sur Facebook. La décision n’est pas encore prise. Une date avait été fixée pour l’attribution des wild-cards et, de notre point de vue, il n’y a pas de raison de faire une exception pour Maria Sharapova. Un tournoi, ce n’est pas un casting. Le seul engagement que j’ai pris auprès d’elle, c’est de l’appeler avant. On ne peut pas résumer le cas Sharapova à un problème moral. Le tournoi est plus fort que les joueurs. Je sais bien qu’il y a une forte attente médiatique et des fans, mais c’est un tournoi, avec ses incertitudes et l’on doit le respect à tout le monde : il n’y a pas aujourd’hui de raison d’accorder une wild-card avant les autres. Nous prendrons notre décision en conscience."

Et Roger Federer : là ou pas là ?

Guy Forget : "Comme vous tous, j’espère et je souhaite qu’il soit là. Je n’ai eu aucune information sur le fait qu’il allait enlever Roland-Garros de son calendrier. C’est lui le joueur le plus en forme depuis le début d’année et, derrière Rafael Nadal, qui est un monstre sur la surface, il est le meilleur joueur sur terre battue. Il arriverait à Roland-Garros avec un capital confiance énorme. À son âge et avec l’expérience qui est la sienne, je pense qu’il peut se permettre d’arriver sans trois ou quatre tournois dans les jambes. Maintenant, je ne suis pas dans sa tête."

Comments
Article suivant: E-terre-nel Nadal
Articles Similaires