En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

De Rendez-vous à Roland-Garros à l'académie Nadal : Adil Kalyanpur

Par Amandine Reymond   le   jeudi 20 avril 2017
A | A | A

Vainqueur de l'étape indienne de "Rendez-vous à Roland-Garros, en partenariat avec Longines" l’an dernier, Adil Kalyanpur avait ensuite échoué aux portes de la finale à Paris, deuxième de sa poule derrière le Sud-Coréen Minseob Lim. Mais le jeune Indien n’a pas tout perdu puisque son séjour à Paris lui a permis de se montrer auprès de Toni Nadal en personne, avec à la clé un contrat de trois ans avec l’Académie Rafa Nadal où il s’entraîne depuis l’été 2016.

Si les contes de fées existent vraiment, Adil Kalyanpur est peut-être en train d’en vivre un, lui qui s’entraîne depuis l’été dernier dans l’académie de son joueur préféré... et premier joueur pro qu’il ait rencontré, alors qu’il n’avait que huit ans. "C’était en 2008, j’étais à Chennaï pour assister au tournoi avec mes parents et ma sœur, se souvient-il. Je dormais dans le même hôtel que Rafael Nadal que j’ai eu la chance de croiser par hasard. C’était le premier joueur professionnel que je rencontrais en personne. J’avais huit ans et j’étais très timide. Je lui ai juste dit : ‘Bonne chance pour la finale Rafa, je crois en toi !’. J’ai pu faire une photo avec lui et il m’a signé un autographe."

A ce moment-là, le jeune Indien ne se doutait pas encore que ses aptitudes raquette en main l’amèneraient à croiser de nouveau la route du champion espagnol. "J’ai commencé le tennis quand j’avais 5 ans et demi dans un club très proche de chez moi. Au début je jouais juste pendant l’été mais, en grandissant, ma passion pour ce sport s’est développée et j’ai joué de plus en plus. Ma sœur Alisha jouait avec moi, mais à 15 ans elle a décidé de se consacrer davantage aux études. Maintenant elle est en école de médecine mais on joue toujours de temps en temps en famille avec mes parents. On rigole toujours beaucoup lors de ces petits doubles."

Des doubles qui se sont tout de même fait un peu plus rares depuis le départ d’Adil pour Majorque. "Evidemment ça a été un peu difficile de quitter Bangalore. Ma famille et mon pays me manquent mais je rentre en Inde tous les trois-quatre mois, principalement pour l’école et voir ma famille et mes amis mais j’essaie de m’arranger pour inclure des tournois à chaque fois et j’ai toujours avec moi un drapeau indien et une photo de ma famille. Et puis mes parents essaient de m’accompagner sur les tournois de temps en temps."

"Rendez-vous à Roland-Garros", l’opportunité d’une vie

Médecins tous les deux, Sunita et Arjun Kalyanpur avait réussi à se libérer pour venir assister à la phase finale de Rendez-vous à Roland-Garros l’an dernier. "C’était un événement vraiment spécial alors ils se sont assurés de pouvoir être là. Ma grand-mère, ma sœur et ma tante étaient là aussi. C’était vraiment sympa et personne ne voulait partir. Moi le premier… J’étais évidemment déçu d’avoir perdu mais j’étais très heureux de ce que j’avais montré sur le court et d’avoir donné le meilleur de moi-même. J’avais pêché physiquement et ça m’a permis de réaliser que je devais vraiment bosser ma condition physique."

Rendez-vous à Roland-Garros 2016 : les meilleurs moments

Rendez-vous à Roland-Garros 2016 : les meilleurs moments

Grâce aux relations de son coach Vishal Uppal, très ami avec Leander Paes, Adil Kalyanpur avait pu prolonger son séjour à Roland-Garros et même servir de sparring-partner à quelques joueurs. Une expérience qui lui avait aussi (et surtout) permis de rencontrer Toni Nadal. "J’avais contacté l’Académie Rafa Nadal car j’étais intéressé et pensais à m’entraîner là-bas. Ils m’ont dit que Carlos Costa et Toni Nadal étaient à Roland-Garros avec "Rafa" et ils m’ont donné des passes pour regarder le match de "Rafa" contre Facundo Bagnis au deuxième tour. J’étais assis juste à côté de Toni. C’était un moment très riche en émotions. J’avais du mal à rester calme. C’était un sentiment vraiment incroyable d’être dans la box de Rafa sur le court central. Je me rappelle avoir crié "Vamos Rafa’"plusieurs fois. J’avais vraiment adoré le match."

"Carlos Costa a dit qu'il avait aimé la façon dont j'ai pris mes responsabilités"

"Après cette expérience, j’étais extrêmement motivé et j’ai dit à mes parents que j’allais travailler très dur et faire tout ce qu’il faudrait pour jouer sur ce court un jour. Juste après le match, ma famille et moi avons discuté avec Toni et Carlos. J’ai appris beaucoup de choses sur l’académie et j’ai aimé ce que j’ai entendu. J’ai décidé le jour-même d’aller faire un test sur place pendant une semaine. Carlos Costa a dit qu’il avait vraiment aimé la façon dont j’avais pris mes responsabilités lors de cette décision. Dès le deuxième jour d’entraînement sur place j’ai su que ma place était là-bas. Deux ou trois semaines plus tard je signais un contrat de trois ans. Je suis sûr de mon choix et convaincu que j’ai pris la bonne décision. »

Coaché par Joan Bosch et les autres entraîneurs de l’académie, Adil a depuis pris le temps de muscler son jeu avant de s’attaquer au circuit pro sur lequel il va commencer à disputer de plus en plus de tournois tout en participant à quelques tournois juniors. "Je crois que j’ai progressé dans plusieurs domaines. Physiquement, je suis beaucoup plus fort et je suis capable de tenir plus longtemps dans des matches intenses. Mon jeu est plus solide et consistant, analyse-t-il. J’ai aussi travaillé au niveau du mental pour rester plus concentrer et calme. Dans l’ensemble, mon jeu s’est amélioré et j’espère pouvoir terminer l’année dans les 800 premiers à l’ATP. C’est un objectif ambitieux mais je travaille dur pour y arriver.

En attendant de grimper au classement, Adil a déjà eu un avant-goût du haut-niveau en intégrant l’équipe indienne de Coupe Davis en tant que cinquième homme lors du premier tour du Groupe Asie/Océanie remporté 4-1 par l’Inde contre la Nouvelle-Zélande en février. "C’était une étape importante pour moi, j’ai beaucoup appris et j’espère représenter mon pays au cours des prochaines années."

Revenir à Roland-Garros "chez les grands"

Depuis, Adil a repris son quotidien partagé entre ses cours de terminale qu’il suit à distance via le National Institute of Open Schooling et ses entraînements à l’académie qu’il partage parfois avec Rafael Nadal. "C’est tellement instructif d’être en face d’un tel champion sur le court. "Rafa" est extrêmement sympa et a un grand cœur. Il m’a donné quelques conseils qui m’ont beaucoup aidé. Son attitude à l’entraînement et l’intensité qu’il met dans chaque balle pour exploiter son potentiel au maximum sont des choses que j’admire énormément et je travaille pour en faire de même", raconte Adil avec au fond de lui l’espoir de fouler un jour la terre battue du court Philippe-Chatrier. "Jouer Roland-Garros est mon but ultime. Je regarde le tournoi à la télévision depuis tellement d’années maintenant. C’est vraiment un de mes plus grands rêves de jouer là-bas un jour."

Comments
Article suivant: Où en sont les travaux de modernisation du stade Roland-Garros ?
Articles Similaires