En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Rendez-vous à Roland-Garros : vainqueurs sur les terres de "Guga" !

A | A | A
Par Amandine Reymond   le   vendredi 17 mars 2017

Après Yokohama au Japon, c’est la ville de Florianopolis qui a accueilli l’étape brésilienne de "Rendez-vous à Roland-Garros, en partenariat avec Longines". Florianopolis, le nom vous évoque quelque chose ? C'est la ville de Gustavo Kuerten, oui, "mon havre de paix", comme l'appelle le triple vainqueur de Roland-Garros, qui a pour l'occasion remis les billets pour la phase finale parisienne à ses deux compatriotes victorieux de l'épreuve qualificative.

Sous les yeux de Gustavo Kuerten, qui a assisté aux deux finales avant de remettre les trophées aux vainqueurs de la phase nationale qui regroupait les meilleurs joueurs qualifiés à l’issue de la phase régionale (25 tournois répartis en cinq circuits régionaux), c’est Nathalia Gasparin, tête de série n°2, qui s’est imposée chez les filles. Celle qu’on surnomme la "Sharapova Brasileira" a dominé de la tête et des épaules (et du coup droit !) sa partenaire d’entraînement à Curitiba et tête de série numéro 1 du tournoi, Vitoria Okuyama, en finale (6/0 6/4). Outre son efficacité en fond de court, Nathalia Gasparin possède aussi un caractère bien trempé qui lui a notamment permis de se sortir d’une situation très compliquée en demi-finale face à l’accrocheuse Marina Figueiredo, seulement battue 7/6 2/6 7/5 après 3h30 de combat.

"J’étais très concentrée dès le début du match, super déterminée. J’ai très bien joué au premier set, je ne ratais rien. Le deuxième a été plus compliqué mais j’ai réussi à rester concentrée jusqu’au bout et je suis très heureuse de cette victoire, se félicitait Nathalia Gasparin après son titre. C’est une opportunité unique. A Paris, je vais essayer de donner le maximum comme je l’ai fait ici pour essayer de m’imposer. Je n’y suis jamais allée et j’ai vraiment hâte de découvrir cette ville."

Lire aussi : Rendez-vous à Roland-Garros : les Japonais sur les traces de Nishikori

Chez les garçons, la victoire est revenue à Joao Ferreira, 16 ans, tête de série n°3. Vainqueur du favori Matheus Pucinelli, n°1, en demies, le protégé d’Hugo Daibert - coach qu’il partage avec Bruno Soares, double vainqueur en Grand chelem en double - a confirmé en finale en dominant Gilbert Soares Klier, tête de série n°2. Dans une finale à rebondissements, marquée par la blessure de son adversaire (touché au tendon d’Achille droit alors qu’il menait 4-3 dans le premier set), Joao Ferreira a eu les nerfs solides. Mené 6 points à 3 dans le tie-break de la première manche, il n’a pas paniqué et a remporté cinq points consécutifs pour empocher la première manche.

Lire aussi : Etoile montante - Gabriel Decamps, le déclic Roland-Garros

Malgré la perte sèche du deuxième set remporté 6/0 par son adversaire qui n’avait plus d’autre choix que de lâcher tous ses coups (avec succès), Joao Ferreira n’a pas paniqué pour finalement s’imposer 7/6(6) 0/6 6/2. Après avoir obtenu son billet pour Paris des mains de Gustavo Kuerten lors de la remise des prix, Joao Ferreira a aussi reçu les félicitations de Bruno Soares via les réseaux sociaux. Des soutiens de choix dont le jeune Brésilien pourra s’inspirer à Paris pour tenter de succéder à ses compatriotes Gabriel Decamps et Rafael Wagner qui ont remporté la wild-card masculine ces deux dernières années.

Kuerten : "Roland-Garros est un symbole du tennis pour les Brésiliens"

Très impliqué dans le développement du tennis au Brésil, Gustavo Kuerten ne pouvait pas manquer ce rendez-vous, qui plus est dans sa ville natale ! Et l’ex-numéro 1 mondial n’a pas hésité à prodiguer conseils et encouragements aux participants. "Roland-Garros est devenu un vrai symbole du tennis pour les Brésiliens. Cultiver l’espoir et donner des opportunités aux jeunes de vivre ces expériences en tennis est très sympa, a déclaré le triple vainqueur de Roland-Garros. D’un moment à l’autre, ils vont passer des compétitions entre jeunes au circuit professionnel où ils vont devoir affronter des joueurs plus aguerris et professionnels. C’est une période de doutes, de maturation, pendant laquelle le niveau d’exigence est très élevé. Pour ces jeunes, les tournois comme celui-ci sont très importants car leur quotidien est difficile. C’est tout un symbole, le rêve de Roland-Garros… Ça les stimule et leur donne plus d’énergie pour leur quotidien. Ils ont besoin de ça pour survivre, pour supporter les entraîneurs au quotidien, maintenir leurs efforts car cette période entre 15 et 18 ans est difficile."

Lire aussi : Gustavo Kuerten, le roi de coeur de Roland-Garros

L’icône brésilienne a également tenu à réconforter le finaliste malheureux et le féliciter pour son courage : "Tu vois Gilbert, j’ai aimé ton attitude sur le court aujourd’hui. Tu te blesses au premier set, tu as des balles de set que tu ne convertis pas, mais malgré tout dans les deuxième et troisième sets  tu es encore là, tu t’accroches alors que tout le monde a vu que tu étais gêné pour courir, mais tu sais que les gens comptent sur toi. Ça fait partie des aléas de la vie d’un joueur professionnel, j’en sais quelque chose, et tu as vraiment eu une belle réaction. Je pense que même si, tout de suite, tu es déçu de ne pas aller à Paris, ce match t’aura appris beaucoup et te servira dans le futur."

Article suivant: Indian Wells - Federer confirme devant Nadal
Comments
Articles similaires