En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Kyrgios - Zverev : la rivalité qui promet !

Par Myrtille Rambion   le   mardi 14 mars 2017
A | A | A

Ce mardi au troisième tour du Masters 1000 d’Indian Wells, Nick Kyrgios et Alexander Zverev s’affrontent pour la première fois sur le grand circuit. Le premier acte d’une rivalité qui promet. À tous les niveaux.

Ce "quart de la mort" n’avait pas besoin de ça pour être encore plus alléchant. Ou plutôt si. Deux jeunes pousses plus que prometteuses qui jouent sur le même terrain que les Djokovic, Nadal, Federer et autres del Potro, autrement dit une constellation d’étoiles réunissant la bagatelle de 45 titres du Grand chelem. Nick Kyrgios, 21 ans, et Alexander Zverev, 19 ans pour encore un mois, ont respecté à la lettre le destin que le tirage au sort du Masters 1000 d’Indian Wells leur avait réservé en validant, grâce à leur victoire respective sur Horacio Zeballos et Facundo Bagnis, leur affrontement annoncé au troisième tour dans cette partie de tableau VIP.

Symboliquement, comme une passation de pouvoir en douceur entre la génération dorée des (déjà) anciens qui n’en finissent plus d’éblouir et la relève qui peine encore à jouer les premiers rôles. Tennistiquement, ce match à venir est la promesse d’étincelles sur le court.

Pourquoi ? Parce que les deux plus jeunes membres du Top 20 ont tout de futurs grands du jeu. Et qu’en plus, ils ont une "gueule" et une personnalité qui leur valent déjà une "fanbase" très active. De Nick Kyrgios, on connaît depuis quelques temps maintenant le génie raquette en main. Et aussi sa folie, parfois douce parfois un peu plus dévastatrice. Pour lui-même en premier lieu. Les noms d’oiseaux qui fusent, l’attitude parfois nonchalante jusqu’à l’insolence, la notion toute relative chez lui de professionnalisme…

Autant de travers qui lui avaient par le passé causé quelques inimitiés parmi ses pairs – demandez à Rafael Nadal ce qu’il en pense… - et au sein des instances dirigeantes. Tout cela, l’Australien promet vouloir le gommer. De fait, il reste sur deux demi-finales dans ses deux derniers tournois disputés, Marseille et Acapulco. Et surtout, au Mexique, il a battu en quart de finale Novak Djokovic au terme d’un match au niveau ahurissant (7/6 7/5), où il a fait parler son explosivité au service et en fond de court.

Lire aussi : Nick Kyrgios, phénomène dans tous les sens du terme

Kyrgios est peut-être blessé, mais le point du jour est pour lui !

"Nous sommes les jeunes dont on parle le plus, avec Dominic Thiem"

Quant à "Sascha" Zverev, il est lui aussi un jeune homme très sûr de son talent. Qui, à l’inverse, a érigé le sérieux d’une organisation digne des plus grands en modèle de vie depuis son plus jeune âge. Qui, lui aussi, frappe fort du fond du court et que l’on sent apte à venir de plus en plus systématiquement au filet. Une vista et un amour du jeu indéniables. Et qui a fait plus que trembler Rafael Nadal deux fois en mois de 12 mois.

L’an passé, à Indian Wells précisément, quand il s’était procuré une balle de match face au Majorquin en huitième mais l’avait gâchée d’une volée caviardée ; puis en ce début de saison à Melbourne où il a poussé "Rafa" aux cinq sets au troisième tour. Derrière, "Sascha" s’est imposé à Montpellier. "Je suis vraiment très excité à l’idée de ce match contre Nick, a prévenu l’Allemand. Je pense que nous sommes les jeunes joueurs dont on parle le plus, avec Dominic Thiem. Ça va être un super match. J’ai bien joué depuis le début de l’année et il a bien joué depuis le début de l’année. Donc, on verra bien."

Lire aussi : Open d'Australie 2017 - Nadal a tremblé avant de mater la relève Zverev

Car curieusement, alors que l’Australien et l’Allemand se connaissent et s’apprécient depuis de nombreuses années, ils ne se sont encore jamais affrontés sur le circuit ATP. "J’ai vraiment hâte, a de son côté commenté Kyrgios. Nous sommes de très bons copains depuis longtemps. Je l’ai affronté une fois en junior et il me semble qu’il avait fait un super match." Que l’aîné des deux avait malgré tout gagné 6/3 6/1 : c’était en 2013 sur le gazon de Roehampton… Une autre histoire.

"Je sais que cela va être difficile, spécialement sur cette surface, a acquiescé Nick Kyrgios. S’il met en place son jeu offensif, cela ne sera pas facile de l’inquiéter sur son service. Et pareil pour moi. Si je vais sur le court, que je joue mon style de jeu et que je perds, je ne serai pas surpris. Mais si je gagne, je ne serai pas surpris non plus." Ce match met tout le monde d’accord, à commencer par les intéressés : il s’annonce aussi palpitant qu’indécis, à moins que ce ne soit le contraire. Et il n’a pas encore eu lieu que l’on attend déjà le prochain avec impatience. Car il n’est que le premier rendez-vous d’une longue et belle rivalité qui commence.

Lire aussi : Etoile montante : Alexander Zverev, le tennis dans les gènes

Zverev et Thiem signent le premier point du jour
Comments
Article suivant: Garbine Muguruza pour repousser "les vieux démons"
Articles Similaires