En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Indian Wells (F) : il y a un coup à jouer

Par Myrtille Rambion   le   mercredi 08 mars 2017
A | A | A

En remportant son 23e titre du Grand chelem en Australie, Serena Williams avait remis les pendules à l’heure. Redevenue par la même occasion n°1 mondiale, elle adressait à Angelique Kerber, sa principale rivale des derniers mois, et au reste du monde une mise en garde claire, proclamant en substance : "Je suis de retour, craignez-moi !" Oui mais voilà, l’Américaine a finalement déclaré forfait à Indian Wells, premier tournoi Premier Mandatory de la saison, en raison d’une blessure au genou gauche. Elle a également renoncé à s’aligner à Miami dans la foulée. Par conséquent, Angelique Kerber est assurée de redevenir n°1 mondiale. Et un certain nombre de prétendantes au titre se révèlent.

Une grande absente

L’annonce a fait grand bruit ce mardi, forcément. Serena Williams sera la grande absente d’Indian Wells. Éloignée des courts depuis son triomphe à Melbourne – son 23e en Grand chelem, faut-il le (re)préciser ? - l’Américaine réserve donc encore son retour à la compétition et a annoncé qu’elle soignait toujours son genou gauche. Et pas sûr que le droit aille tellement mieux.

"C’est avec tristesse que je dois déclarer forfait à Indian Wells et Miami, a-t-elle fait savoir dans un communiqué. Je n’ai pas été en mesure de m’entraîner à cause de mes genoux et je suis extrêmement déçue de ne pas pouvoir être là. Je vais tâcher d’aller de l’avant et continuer à être positive. J’ai hâte de revenir, dès que je le pourrai."

Autant dire que l’absence de l’actuelle n°1 mondiale, finaliste dans le désert californien l’an dernier, a dû redonner des forces à quelques joueuses engagées dans le grand tableau… À commencer par sa poursuivante directe au classement Angelique Kerber.

Lire aussi : Serena Williams, toujours plus haut

Une grande gagnante

Une certitude : Angelique Kerber est d’ores et déjà la grande gagnante de cette tournée américaine de printemps sur dur. Car quels que soient ses résultats en Californie, "Angie" est assurée, à la faveur du forfait de Serena, de redevenir n°1 mondiale au lendemain d’Indian Wells. Alors que la double championne en Grand chelem se préparait à un combat aux points contre l’Américaine – laquelle aurait eu besoin pour rester number one d’atteindre au moins les demi-finales dans la Coachella Valley -, elle est désormais certaine d’apparaître de nouveau en tête du prochain classement WTA lorsqu’il sera publié le 20 mars et d’y rester au moins jusqu’au 2 avril. Et donc de faire mieux dans l’histoire du jeu, avec un minimum de 22 semaines passées à ce rang, que Kim Clijsters (20 semaines), Tracy Austin ou Maria Sharapova (21).

Cependant, la gauchère de Brême sait que le chemin vers la victoire ne lui est pas tout tracé. Elle n’a pas oublié que l’an passé, elle s’était inclinée dès son premier match à Indian Wells, face à Denisa Allertova, et que le Premier Mandatory californien n’est pas son événement de prédilection, même si elle y a atteint deux fois les demi-finales. Car des défaites d’entrée, elle en a également connu en 2014 et 2015… "Je me sens plutôt bien en fait, a-t-elle confié à l’orée du tournoi. J’ai perdu au premier tour l’an dernier mais je sais que je ne peux que jouer mieux cette année. Je vais essayer de profiter pleinement de ces deux semaines et j’espère que cela se passera mieux que ces dernières années." Créditée d'un début de saison plus que mitigé, Kerber l’assure : "Je ne pense ni au classement ni aux points. Pour moi, il s’agit plus de retrouver mon tennis et mon rythme."

Lire aussi : Angelique Kerber - à statut nouveau, pression nouvelle

Une nouvelle venue ?

Le forfait de Serena Williams a redistribué les cartes. Au propre comme au figuré car la tête de série n°1 a fait part de sa décision après le tirage au sort mais avant que la compétition n’ait commencé. Par conséquent, une valse des "têtes" a eu lieu dans le tableau et il en a notamment résulté que la place laissée vacante par Serena a été attribuée à la tête n°3 Karolina Pliskova. Ce premier quart de tableau reste du coup redoutable, puisque composé également de Mirjana Lucic, demi-finaliste de l'Open d'Australie, de la championne en titre de Roland-Garros Garbine Muguruza, et d'une autre joueuse très en forme : Elina Svitolina, qui vient de faire son entrée dans le top 10 et arrive à Indian Wells avec 13 victoires consécutives, série en cours. Svitolina a gagné Kuala Lumpur et Dubaï et n’a plus perdu un match depuis l’Open d’Australie ; Pliskova, titrée à Brisbane en début de saison, s’est imposée à Doha et n’a perdu que deux matchs cette année. Les deux jeunes femmes ont gagné les deux plus gros tournois des dernières semaines et sont les joueuses qui capitalisent le plus de victoires en 2017.

L’une comme l’autre peut donc fort logiquement espérer devenir une championne inédite de cette édition du tournoi d’Indian Wells, dont la tenante du titre Victoria Azarenka, qui a donné naissance à un petit garçon en décembre, est elle aussi absente… À moins que, dans la partie basse du tableau, Simona Halep, déjà titrée en 2015, ne saisisse l’occasion de signer un doublé (Caroline Wozniacki et Jelena Jankovic peuvent aussi y prétendre). Mais la n°4 mondiale dispute là son premier tournoi depuis son forfait à Saint-Petersbourg, en raison elle aussi d’une blessure au genou. Et qui sait, Kristina Mladenovic, gagnante du prestigieux tournoi russe justement (un Premier !), pourrait bien être celle qui empêche la Roumaine d’aller jusqu’au bout, avant de rêver elle aussi en plus grand. Toujours dans cette moitié basse du tableau, Agnieszka Radwanska, Venus Williams ou CoCo Vandeweghe font également figure de clientes sérieuses. Autrement dit : bien malin qui peut faire ressortir une réelle favorite d’un tournoi ouvert comme rarement.

Lire aussi : notre dossier hommage à Serena Williams, "la puissance du symbole"

Comments
Article suivant: Indian Wells : comme on se retrouve
Articles Similaires