En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Venus et Serena, un roman familial en mode Majeur

Par Guillaume Willecoq   le   mardi 31 janvier 2017
A | A | A

Serena Williams a remporté à l'Open d'Australie son 23e titre du Grand chelem. Comme souvent, sa soeur Venus n'était pas bien loin, dernière victime de sa cadette sur le terrain... et premier soutien en-dehors. Venus, Serena ; Serena, Venus, indissociables au sommet du tennis mondial depuis 20 ans. Hommage.

L’histoire commence le 26 mai 1997 à Roland-Garros, sur cette terre battue européenne que découvre une jeune Américaine de 16 ans en même temps qu’elle dispute son tout premier tournoi du Grand chelem. Malhabile sur la surface mais pas intimidée pour un sou, l’adolescente éjecte de l’épreuve la Japonaise Naoko Sawamatsu, 45e mondiale, en trois sets serrés (6/2 6/7 7/5), avant d’accrocher la locale Nathalie Tauziat, 23e, au tour suivant (5/7 6/3 7/5). Grâce à Venus, la famille Williams entame là sa longue histoire avec les tournois du Grands chelems et déjà, l’aînée avertit le monde : "Ma petite sœur sera plus forte que moi, vous verrez."

Lire aussi : Open d'Australie 2017 - Serena Williams, toujours plus haut

Deux décennies plus tard, les faits lui ont donné raison. Serena fut encore plus forte que Venus. Mais c’est à deux que les frangines ont marqué les esprits et écrit l’histoire du jeu. Venus, Serena ; Serena - Venus, indissociables. Des âmes sœurs plus que des sœurs. "Ma meilleure amie. Ma jumelle. Mon cœur. Ma force", dira la cadette de son aînée. Tellement proches qu’elles vont jouer neuf finales de Grand chelem l’une contre l’autre, dont quatre à la suite entre Roland-Garros 2002 et l’Open d’Australie 2003, Grand chelem à cheval sur deux saisons à la clé pour Serena. A Paris, où Venus dispute cette année-là sa seule finale, l’image fait le tour du monde : l’aînée vaincue empoigne son petit appareil photo et se mêle à la foule des photographes de presse pour immortaliser la remise du trophée à sa petite sœur.

Revivez cette remise des prix parmi notre Top 5 des moments fous de Roland-Garros

Top 5 des moments fous

Mode, télévision... et, par-dessus tout, tennis

Venus n’aura jamais été bien loin des triomphes de sa sœur : victime privilégiée en finales de simples (même si elle s’est défendue en remportant tout de même 2 de leurs 9 finales) et partenaire privilégiée en double, où les frangines ont conquis 14 titres du Grand chelem et 3 médailles d’or olympiques ensemble. Et si Wimbledon aura été leur terrain de chasse favori (12 titres, 7 pour Serena et 5 pour Venus, en 17 ans), leur emprise sur le tennis féminin aura été globale : non seulement Serena est la plus grande joueuse de son temps, mais seule Justine Henin peut prétendre disputer à Venus le titre de n°2 sur la période – la longévité en moins.

Lire aussi : Venus, Serena, Sister act, acte... 9 !

Venus et Serena : les perles américaines

Car c’est l’autre force des sœurs Williams : avoir traversé les époques. A leur apparition à la fin des années 1990, tous les observateurs étaient unanimes à déclarer qu’elles ne dureraient guère sur le circuit, entre style de jeu en force propice aux blessures et dispersion inévitable puisqu'elles avaient des centres d’intérêts multiples hors tennis. Des blessures, il y eut. Des escapades loin des courts, aussi (mode pour Venus, télévision pour Serena…). Mais elles sont toujours là. Là… et au sommet. Lancée sur les traces du record de titres en Grand chelem, Serena est déjà la recordwoman de matchs gagnésen Grand chelem (316) quand Venus s’est appropriée celui du nombre de participations à des tournois majeurs (73). Et même dans un tournoi qu'elle n'a jamais gagné, a laissé sa trace dans l'histoire de Roland-Garros en devenant, en 2016, la (co)recordwoman de participations au "French".

Lire aussi : Serena Williams, la puissance du symbole

"Un record pour les participantes du tournoi ?", s’étonna l’Américaine en conférence de presse quand les journalistes lui apprirent l'information : "Non, toutes époques confondues." Hum… C’est fou !" Fou, oui. Fou d’avoir atteint une telle longévité au sommet d’un sport de haut niveau. Fou de l’avoir écrit ensemble tant Serena a toujours associé sa sœur à ses succès, comme modèle à imiter dans ses jeunes années, comme soutien au quotidien aujourd’hui. "Je ne pourrais pas continuer sans Venus", dit-elle souvent. Ca tombe bien : même à 36 ans, Venus ne compte pas arrêter de sitôt. Serena peut aller chercher le record de victoires de Grand chelem en toute quiétude.

Victorieuses de Roland-Garros en 1999, leur premier titre du Grand chelem ensemble, elles récidivent en 2010 à Paris pour signer un Grand chelem à cheval sur deux ans.

Les sœurs Williams en Grand chelem – chronologie

  • Roland-Garros 1997 : première participation à un tournoi du Grand chelem pour une Williams. Âgée de 16 ans, Venus passe un tour sur la terre battue parisienne.
  • US Open 1997 : Venus Williams est pressée : première finale en Grand chelem, perdue face à Martina Hingis.
  • Open d’Australie 1998 : première participation à un tournoi du Grand chelem pour Serena. Elle aussi franchit un tour avant d’être stoppée au deuxième par… Venus.
  • Roland-Garros 1999 : premier titre majeur ensemble. Elles battent Martina Hingis et Anna Kournikova en finale du double.
  • US Open 1999 : premier titre en simple pour une Williams... et il est pour la cadette Serena ! Elle bat Martina Hingis en finale... laquelle avait stoppé Venus en demies.
  • Wimbledon 2000 : Venus imite sa petite soeur en remportant son premier Grand chelem en simple aux dépens de Lindsay Davenport en finale.
  • US Open 2001 : la prédiction de Richard Williams est réalisée : ses deux filles sont à l’affiche de la finale de l’US Open. Venus l’emporte, et devient n°1 mondiale.
  • Roland-Garros 2002 à Open d’Australie 2003 : quatre tournois du Grand chelem de suite, les deux frangines s’affrontent en finale, pour à chaque fois un triomphe de la cadette. Serena n°1, Venus n°2, seules au monde.
  • Roland-Garros 2010 : une seconde fois titrées en double dames à Roland-Garros, Venus et Serena bouclent un Grand chelem à cheval sur deux ans. Elles sont tenantes du titre des quatre Grands chelems en double.
  • Wimbledon 2012 : 5 pour Venus, 5 pour Serena… et de 10 Wimbledon en 12 ans pour la famille Williams !
  • Open d’Australie 2017 : 9e finale Williams contre Williams en Grand chelem, 16 ans après la première. Serena porte la marque familiale à 7-2.
Comments
Article suivant: Roger Federer : "Seul Roland-Garros 2009 est comparable à ça"
Articles Similaires