En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Open d’Australie 2017 - Rafael Nadal, sérénité retrouvée

Par Myrtille Rambion   le   mardi 17 janvier 2017
A | A | A

Rafael Nadal a réussi son entrée en lice à l'Open d'Australie ce mardi face à Florian Mayer, battu 6/3 6/4 6/4. Pour la première fois depuis très longtemps, le Majorquin assure évoluer sans blessures et en pleine confiance.

Il parle pêche, évoque l’idée toute relative du temps qui passe et rêve à haute voix de ski nautique. Il manie aussi l’humour - en anglais dans le texte ! - en conférence de presse. Pour sûr, Rafael Nadal montre un visage détendu à Melbourne. Et ça, c’est un signe qui ne trompe pas : "Rafa" est vraiment de retour. Pas seulement à la compétition en Grand chelem, après une coupure forcée de trois mois à l’automne, en raison d’une blessure au poignet qui l’avait, déjà, contraint, la mort dans l’âme, à renoncer en plein Roland-Garros, son tournoi de cœur. Non, "Rafa" est également de retour dans la peau du guerrier, du "Taureau de Manacor", de l’homme qui n’a peur de rien ni de personne.

Lire aussi : Rafael Nadal, le roi des rois de Roland-Garros

La preuve, son premier tour, son retour aux affaires à lui, un jour après celui de son grand rival et ami Roger Federer, Rafael Nadal l’a négocié sans trembler. Avec calme. Et confiance. Ce mardi sur la Rod Laver Arena, le nonuple champion de la Porte-d’Auteuil n’a concédé ni le moindre set ni même son service et a disposé de l’Allemand Florian Mayer, 6/3 6/4 6/4 en à peine plus de deux heures (2h04). "J’ai fait un match solide, non ?, a-t-il lâché après le match. Et que c’était bon d’être de retour sur un grand court comme ça. J’ai ressenti le soutien des spectateurs et leur amour. Et ça, c’est quelque chose de très spécial."

Lire aussi : Open d'Australie 2017 - rentrée réussie pour Roger Federer

"Si je sers bien, c'est parce que je suis bien sur ma ligne"

Son état de forme ? L’Espagnol avait prévenu avant le début du tournoi : "J’ai eu un très bon mois et demi d’entraînement à Majorque." Il a confirmé après cette première victoire à Melbourne : "J’ai réussi pas mal de coups gagnants et ça, c’est positif." De fait, la feuille de stats est parlante : 39 coups gagnants. Il a également très bien servi, à l’image de ce qu’il avait laissé entrevoir à Abu Dhabi et Brisbane : 77% de points gagnés sur son premier service. Mais comme il l’a indiqué avec justesse : "Je ne suis pas un joueur pour qui bien servir signifie réussir des aces ou des points gratuits. Moi, quand je sers bien, c’est parce que je suis bien sur ma ligne." Et quand "Rafa" est bien sur sa ligne, c’est qu’il est bien dans sa tête. Et vice-versa.

Enfin libéré des blessures, désormais rassuré par la présence aux côtés de son oncle et coach de toujours Toni du vieil ami de la famille Carlos Moya en tant que conseiller spécial, "Rafa" peut de nouveau envisager sérieusement sa carrière et son tennis. "Je ne sais pas si je suis prêt ou pas prêt, avait-il expliqué avec philosophie il y a quelques jours. On verra bien. La seule chose que je peux affirmer, c’est que je me suis bien entraîné. Et que je prends plaisir à chaque séance. Et que oui, je me sens prêt pour la compétition. Alors, si je joue bien dès le début du tournoi, on ne sait jamais ce qui peut arriver. En tout cas, je sens que c’est possible." Son entrée en matière victorieuse n’a pas démenti ces sensations. Au contraire.

Lire aussi : de Majorque à Roland-Garros : Nadal - Moya, une longue histoire

Comments
Article suivant: Open d'Australie 2017 - rentrée réussie pour Roger Federer
Articles Similaires