En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Roger Federer - Roland-Garros 2009, la plus belle pierre

Par Guillaume Willecoq   le   mercredi 28 décembre 2016
A | A | A

18 Grands chelems, 1 seul Roland-Garros, mais conquis au prix de tant de rebondissements qu'il occupe une place à part dans le mirifique palmarès de Roger Federer. Parce que ce furent les quinze jours les plus éprouvants, les plus palpitants aussi, que le champion suisse ait jamais connu en Grand chelem. Parce qu'à l'issue de ceux-ci, il dépassa Pete Sampras dans la légende du Grand chelem. Et parce qu'il s'agissait là de la juste récompense d'un parcours exemplaire à Roland-Garros, ponctué de nombreux records mais longtemps contrarié par le seul Rafael Nadal. Sans "Rafa", quelle serait la place de "Roger" dans l'histoire de Roland-Garros ? Sachant qu'avec (malgré) "Rafa", Federer n'en est pas moins celui qui a disputé le plus de matchs dans le cadre des Internationaux, et que seuls Nadal et Borg y ont joué plus de finales que lui...

Mardi 25 mai 1999 : les spectateurs venus admirer Patrick Rafter et son tennis classieux d'attaquant sur le court Suzanne-Lenglen découvrent face à lui un diamant brut de 17 ans, Roger Federer, invité par les organisateurs. Pour sa première apparition dans un tableau de Grand chelem chez "les grands", le champion du monde junior en titre se montre déjà capable de prendre un set à l'Australien, n°3 mondial et double tenant du titre de l'US Open (5/7 6/3 6/0 6/2).

Le ton est donné : Roland-Garros sera une terre de premières pour l'aspirant champion Federer. C'est là qu'il signe son premier huitième de finale en Grand chelem dès l'année suivante, en l'an 2000 - assorti du match le plus long du tournoi cette année-là, 4h25 de bagarre pour écarter son compatriote Michel Kratochvil, 8/6 au cinquième set - puis son premier quart en 2001 ; là encore qu'il débarque pour la première fois avec l’étiquette de prétendant à la victoire en tournoi majeur en 2002, suite à sa démonstration réalisée au Masters 1000 de Hambourg… Après les coups d'éclats, le coup d'arrêt : surpris dès son entrée en lice par Hicham Arazi, l’idylle naissante entre le Suisse et Roland-Garros entre dans la zone de turbulences. L’accident se reproduit l’année suivante face à Luis Horna, avant que, tout nouveau n°1 mondial, le Suisse ne soit victime du chant du cygne de Gustavo Kuerten en 2004.

Connaissez-vous la carrière de Roger Federer à Roland-Garros ?

''Qui veut gagner des millions ?'' avec Federer

Un seul rival, mais de taille : "Rafa"

C’est la dernière fois de la décennie que Roger Federer perdra avant les demies à Paris. Mais pour autant la victoire finale se fait attendre et, les années passant, la coupe des Mousquetaires devient même le seul titre majeur absent d'un palmarès qui enfle démesurément partout ailleurs. La faute à un gaucher de Majorque qui fait de la terre battue son domaine exclusif : Rafael Nadal.

Dans cette rivalité phare du tennis opposant "Rodgeur" à "Rafa", Roland-Garros est le tournoi où ils s’affrontent le plus souvent... mais toujours à l’avantage de l’Espagnol, quatre fois de suite, en demi-finale en 2005, puis lors des finales de 2006, 2007 et 2008. En cette décennie où Federer domine le tennis mondial de la tête et des épaules, enfilant les Petits chelems comme des perles, Rafael Nadal lui barre obstinément la route à Roland-Garros... et, probablement, l’accès au Grand chelem calendaire.

Nadal Kuerten Federer 2007

"Vous avez mis beaucoup de pression sur mes épaules mais vous étiez là pour me soutenir"

Mais Federer est tenace. En 2009, tandis que son Némésis encaisse sa première défaite à Roland-Garros des mains du Suédois Robin Soderling, le Suisse, moins souverain que les années précédentes, trouve les ressources pour rallier la finale au prix d'un parcours plus accidenté que ceux de ses trois premières finales réunies.

Malmené au second tour par Jose Acasuso qui mène 5-1 au troisième alors que les deux hommes sont à égalité un set partout (7/6 5/7 7/6 6/2 au final), au bord du gouffre en huitièmes face à Tommy Haas qui monte à 5 points du match lorsqu'il se procure une balle de break cruciale à deux sets à rien et 4 jeux à 3 en sa faveur au troisième (6/7 5/7 6/4 6/0 6/2 à l'arrivée) et poussé dans ses retranchements par Juan Martin del Potro en demies (3/6 7/6 2/6 6/1 6/4), il vit là le Grand chelem le plus difficile de sa carrière... mais substitue à son tennis champagne habituel une grinta de tous les instants et une intelligence tactique manifestée par sa remise au goût du jour d'un coup alors un peu tombé en désuétude : l'amortie.

Federer - del Potro, demi-finales de Roland-Garros 2009

Démonstratif comme jamais dans l'adversité - le match contre "Delpo" est peut-être celui où il aura le plus extériorisé ses émotions dans toute sa carrière - Roger Federer a gardé le meilleur pour la fin et signe son meilleur match de la quinzaine en finale, face à l'auteur du crime de lèse-majesté Soderling (6/1 7/6 6/4).

"Cela fait du bien d'être sur le podium comme vainqueur, pour une fois. C'est un moment magique", furent les premiers mots du Suisse au moment de recevoir la coupe des Mousquetaires, avant de se lancer dans une longue série de remerciements - parents, proches, entraîneurs passés et présents, "légendes du tennis qui m'ont donné envie de pratiquer ce sport" - aux allures de rétrospective de sa carrière, soulignant bien l'aboutissement représenté par cette victoire. Sans oublier de saluer ce public parisien qui l'affectionne tant :"Pour finir, j'aimerais vous remercier. Vous avez mis beaucoup de pression sur mes épaules cette quinzaine mais vous étiez là pour me soutenir dans les moments difficiles. Ce titre est aussi une façon de vous remercier."

Roland-Garros 2009 : Federer enfin !

Un titre et une foule de records

Sa quinzaine éprouvante ainsi que son quinquennat d'opinîatreté à courir après le titre parisien sont récompensés, Federer signe là sa victoire la plus émouvante, parachevant aussi un record dont même "Rafa" ne peut alors s'enorgueillir : celui du nombre de présences consécutives dans le dernier carré des Internationaux de France (5 de 2005 à 2009 - battu depuis Novak Djokovic).

Le voilà également recordman de victoires en Grand chelem, Roland-Garros marquant son 14e trophée majeur, autant que Pete Sampras donc - l'Américain toutefois ayant toujours échoué à Paris. Federer devient l'homme de toutes les synthèses, puisqu'il allie alors la quantité de titres majeurs de Sampras et la diversité du palmarès de celui qui lui remet la coupe parisienne : Andre Agassi. Par le nombre de déceptions endurées avant de toucher enfin au but et par les multiples rebondissements vécus lors de la quinzaine libératrice, le Roland-Garros 2009 de Federer n'est d'ailleurs pas sans évoquer celui du "Kid de Las Vegas" dix ans plus tôt à Paris.

Lire aussi : Andre Agassi, le kid devenu Phoenix

Vainqueur 2009

Roger Federer frôlera un second titre à Roland-Garros l’année de ses 31 ans, mais son chef-d’œuvre des demi-finales, sommet de tennis de la décennie toutes surfaces confondues, face à un Novak Djokovic toujours invaincu en 2011 (7/6 6/3 3/6 7/6), ne sera pas récompensé le dimanche… face à l’inévitable Rafael Nadal (7/5 7/6 5/7 6/1). Quelle allure aurait eu son historique parisien sans le seul "Rafa" ? Ses 5 finales à Paris - seuls Nadal et Björn Borg ont fait mieux dans le cadre des Internationaux de France - ainsi que les records de quarts de finales disputés (11) dont consécutifs (9) qu'il s'est appropriés en donnent une idée...

Lire aussi : les records des Internationaux de France

L'alliage d'excellence et de longévité (17 participations consécutives au tournoi entre 1999 et 2015, année de ses 34 ans où il n'en pointe pas moins encore présent en quarts de finale, seulement battu par le futur vainqueur Stan Wawrinka) lui vaut un autre très joli record : celui du nombre de matchs joués à Roland-Garros (81). Et le très probable plus grand joueur de tous les temps a sans doute encore quelques pages à écrire au livre glorieux de ses exploits...

En termes de tennis pratiqué, un des chef-d'oeuvres de sa carrière entière : sa victoire sur Novak Djokovic en demi-finales de Roland-Garros 2011 (7/6 6/3 3/6 7/6).
Palmarès de Roger Federer
à Roland-Garros
  • 1 titre : 2009
  • 4 finales : 2006 - 2007 - 2008 - 2011
  • 2 demi-finales : 2005 - 2012
  • 4 quarts de finale : 2001 - 2010 - 2013 - 2015
  • 65 victoires - 16 défaites
  • 17 participations au total - la première en 1999
  • 55 matchs disputés sur le Central - le premier en 2001 contre Alex Corretja

Des victoires marquantes sur :

  • Fernando Gonzalez : troisième tour 2005 - quart de finale 2008
  • Carlos Moya : huitième de finale 2005
  • David Nalbandian : demi-finale 2006
  • Nikolay Davydenko : demi-finale 2007
  • Gaël Monfils : demi-finale 2008 - quarts de finale 2009 & 2011 - huitième de finale 2015
  • Juan Martin del Potro : demi-finale 2009 - quart de finale 2012
  • Robin Soderling : finale 2009
  • Stan Wawrinka : huitièmes de finale 2010 & 2011
  • Novak Djokovic : demi-finale 2011

Son équipe quand il gagne Roland-Garros :

  • Severin Lüthi - entraîneur
  • Pierre Paganini - entraîneur physique
  • Gary Hamilton - kinésithérapeute
  • Reto Staubli - sparring-partner
  • épaulés par Yves Allegro - ami et spécialiste de double
Autres tournois
  • 7 victoires Wimbledon : 2003 - 2004 - 2005 - 2006 - 2007 - 2009 - 2012
  • 5 victoires Open d’Australie : 2004 - 2006 - 2007 - 2010 - 2017
  • 5 victoires US Open : 2004 - 2005 - 2006 - 2007 - 2008

 

Roger Federer à Roland-Garros - la galerie photos

Comments
Article suivant: Michel Boujenah : "Je conseille toujours aux gens d'aller aux qualifs de Roland-Garros"
Articles Similaires