En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

L'interview "premières fois" de Lucas Pouille

Par Myrtille Rambion   le   dimanche 30 octobre 2016
A | A | A

Révélation de la saison 2016, passé de la 78e place mondiale en janvier à la 16e en fin d'exercice, notre "étoile montante" Lucas Pouille se dévoile à travers le jeu de l'interview "mes premières fois".

Votre première raquette ?
C’était une Head Radical. Elle était orange avec un peu de gris.

Votre première tenue ?
Celle de Lleyton Hewitt. Les chaussures étaient bleu clair avec une bande blanche. Toute la tenue était blanche et bleue d’ailleurs.

Lire aussi : Lleyton Hewitt, le genou à terre

Votre premier club ?
Le premier et toujours le seul ! Le Tennis Club de Loon-Plage, dans le Nord de la France.

Votre premier coach ?
Ils étaient deux : Guylaine et Christophe Zoonekynd.

Votre première leçon ?
Je ne me souviens pas de ma première leçon officielle, mais je me souviens de la première fois où je suis allé vraiment taper la balle. C’était avec un ami de mes parents et j’avais 7 ans et demi ou 8 ans.

"J'avais balancé un match en championnats des Flandres et je m'étais fait "tuer" par mes parents dans la voiture au retour"


Votre première victoire qui compte et, à l’inverse, la première défaite qui vous a marquée ?
La première victoire marquante c’était un match aux Championnats de Ligue. Quant à la défaite… (sourire) Je me souviens d’un match un dimanche matin : je devais jouer à 9h et j’étais parti avec mes parents à 7h30 pour pouvoir m’échauffer car c’était à Lille donc à 45-50 minutes de la maison. Ils s’étaient levés tôt un dimanche et moi j’étais arrivé là-bas et j’avais balancé le match ! Je m’étais fait un peu "tuer" dans la voiture sur la route du retour et ça, je m’en souviens (rires) ! Il m’a marqué ce moment.

Votre premier article dans la presse grâce au tennis ?
C’était un petit article hein, mais c’était quand on a atteint la finale à Blois, aux championnats de France par équipes, à 11 ans (en 2005, Centre bat Flandres, ndlr).

Votre premier voyage grâce au tennis ?
Lointain, c'est au Brésil, pour des tournois juniors, la Banana Bowl et la Copa Gerdau. Mais avant ça il y a eu tous les tournois français : Tim Essonne, Petits As... et puis le circuit Tennis Europe : Bolton, Livourne où j'ai gagné mon premier tournoi...

Votre premier "prize money" ?
Il ne devait pas être bien élevé. Ça devait être en Turquie quand j’ai pris mon premier point, sur un Future, un 10 000 dollars à Antalya (exact : 27 septembre-2 octobre 2011, ndlr).

Votre premier coup de colère sur un terrain ?
(sourire) Sur un terrain, cela doit faire 10 ans que je n’ai pas cassé une raquette ! Sinon, quand j’avais 11-12 ans, par là, oui, j’ai dû en casser une… Mais ça ne devait pas être un énorme coup de colère à ce moment-là !

Votre première grande joie sur un court de tennis ?
Quand j’ai gagné les championnats de France 13/14 ans (en 2008, photo ci-dessous avec Laurent Lokoli finaliste, ndlr).

Votre premier autographe ?
Lors de ces championnats de France, justement, puis juste après à l’occasion des championnats d’Europe par équipes.

Votre premier maillot de l'équipe de France ?
Mon tout premier maillot, c’était à l’occasion des Championnats d’Europe d’hiver par équipes en 13/14 ans, la Winter Cup (2008 aussi, ndlr). Je me souviens qu’on avait joué les phases qualificatives en Italie (à Correggio) et la phase finale en République tchèque (à Pruhonice). Quant à mon premier maillot de Coupe Davis, c’était cette année pour le quart de finale contre la République Tchèque à Trinec et… celui-là, il est à part (sourire), ce n’est pas la même chose. Là, c’est le vrai, vrai maillot, on va dire, celui qui compte le plus.

Votre premier match professionnel ?
Alors, mon premier match "pro"… (il cherche) Je pense que c’était en "qualifs" d’un Challenger… Saint-Brieuc, il me semble ! J’avais battu un joueur qui était 300, à ce moment-là, c’était bien ! (l’Australien Joseph Sirianni. Sa première victoire, certes, mais Lucas oublie qu’avant cela, il avait disputé les "qualifs" des Futures de Bressuire, Nevers, Bagnoles-de-l’Orne et Feucherolles, ndlr).

Votre premier Roland-Garros ?
Gros souvenir, forcément, mon premier "Roland" chez les "grands". Ç’a aussi été ma première victoire à Roland-Garros. C’était en 2013, j’avais eu  une wild-card et j’avais joué Alex Kuznetsov. Je revois très bien aujourd’hui encore comment ça s’est passé (voir sa démonstration de joie après la balle de match victorieuse sur la photo ci-dessous, ndlr !)

Lire aussi : Etoile montante : Lucas Pouille, avantage France

Comments
Article suivant: Andre Agassi, le Kid devenu Phoenix
Articles Similaires