En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Les affiches entre de bonnes mains

vendredi 24 juin 2016
A | A | A

Valerio Adami – 1980

La première œuvre de la collection des affiches de Roland-Garros est née de la belle idée de représenter en un trait l’essence du tennis. La combinaison de la main, de la raquette et de la balle permet à chacun de s’approprier le caractère universel de ce sport.

Jacques Monory – 1985

Dans son œuvre de 1985, l’artiste Jacques Monory fait exploser sa toile de couleurs très vives évoquant le spectacle que peut être un match de tennis. L’artiste puise sa matière dans l’univers photographique et cinématographique, le relevant d’une atmosphère propre aux films noirs. Ce doigt pointé au centre de l’affiche donne un aspect dramatique et intense à l’ensemble.

La couleur explose pour mettre en scène le spectacle du joueur dans l’œuvre du Parisien Jacques Monory, connu pour ses monochromes.

Claude Garache – 1990

Dix ans après la réalisation de la première affiche, un artiste est enfin inspiré par le tennis féminin. La démarche est naturelle pour le peintre Claude Garache qui consacre tout son travail à la représentation de la femme. Cette silhouette peinte à la gouache blanche sur papier ocre rend un bel hommage à la grâce des joueuses.

Cette silhouette, tout en transparence, de Claude Garache représente pour la première fois une femme, évoquant la grâce d’une joueuse au service.

Sean Scully – 2001

En 2001, l’artiste contemporain Sean Scully nous propose une belle interprétation du court de tennis et des affrontements qui s’y tiennent. Les couleurs pastel divisent ce court imaginaire ou la terre battue et les lignes blanches se mêlent dans un grand raffinement.

L’abstraction culmine dans cette œuvre au pastel de l’Irlandais Sean Scully, figurant les lignes et l’ocre de l’arène et le pelage tigré des combattants, séparés par un filet central.

Kate Shepherd – 2007

Kate Shepherd est la deuxième femme à réaliser une affiche pour le tournoi. Le style de l’artiste américaine est épuré, comme on peut le voir sur sa composition pour l’affiche de 2007. L’œuvre est composée de quatre bandes de différents rouges peints sur quatre panneaux de bois assemblés. Pour les lignes blanches, le geste à effectuer est unique : la moindre erreur et il faut tout recommencer !

Seconde femme à réaliser l’affiche, l’Américaine Kate Shepherd nous plonge au cœur du court, dans les rouges intenses de ses laques sur panneaux de bois et la fragilité des lignes de fuite du court dessinées à main levée

Barthelemy Toguo – 2011

Avec son arbre à fruits verts Barthélémy Toguo apporte une touche de poésie à l’affiche de 2011. L’artiste largement inspiré par la nature, souhaite que cet arbre « universel » soit une métaphore du sport. Jailli de la terre battue de Roland-Garros, il impose sa silhouette atypique sur un fond grillagé. Toguo, l’artiste engagé propose une vision humaniste et généreuse du sport et du tennis.

Barthélémy Toguo peint cet arbre vert à fruits comme des balles, sur un fond évoquant un filet, une évocation poétique de l’arbre à palabres africain sous lequel l’échange est possible.

Découvrez l'ensemble des affiches du tournoi de Roland-Garros :

Retro : les affiches officielles du tournoi

Comments
Article suivant: Pékin, Séoul : "Roland-Garros dans la ville"
Articles Similaires