En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Pourquoi Djokovic va gagner

Par Myrtille Rambion   le   samedi 04 juin 2016
A | A | A

Le Serbe, n°1 mondial, a l'occasion ce dimanche de remporter, enfin, Roland-Garros. Le seul tournoi du Grand chelem qui manque à son palmarès. Cette fois, la victoire ne peut échapper à Novak Djokovic, opposé à Andy Murray. Voici pourquoi.

Parce que le Serbe est le meilleur joueur du monde

Novak Djokovic est l'indiscutable n°1 mondial. Pour la 100e semaine consécutive (la 201e en tout), il trône sans partage au sommet de la hiérarchie tennistique. Le Serbe possède pratiquement le double de points d'avance sur son dauphin... Andy Murray (16150 contre 8435). Ce qui en dit long sur l'archi-domination de "Nole" ces deux dernières années. Voire les quatre dernières, puisque personne n'a oublié son année 2011 - la meilleure de sa carrière jusqu'ici - où il avait remporté 11 titres dont 3 du Grand chelem. Désormais, il y a Novak Djokovic et le reste du monde. Rafael Nadal lui-même, le nonuple champion de la Porte-d'Auteuil, a lâché à propos du Serbe : "Quand on est très bon et qu'il n'y a rien pour vous arrêter, comme les blessures, c'est une combinaison assez mortelle. Djokovic creuse l'écart avec les autres. Il est impossible en ce moment de l'arrêter."

Parce qu'il a l'expérience pour lui

Novak Djokovic a déjà à son actif 11 victoires en Grand chelem. Autant dire que l'émotion de cette finale ne va pas le rattraper. D'autant que le cérémonial d'entrée sur le court Philippe-Chatrier avant le match le plus important de la quinzaine, le Serbe le connaît par coeur. Il dispute sa quatrième finale à Paris. Après trois échecs justement, la coupe des Mousquetaires ne peut plus lui échapper. Il n'y aura pas de malédiction Djokovic à Roland-Garros. "Qui va gagner ? C'est Novak, a annoncé Stan Wawrinka, le tenant du titre défait par Andy Murray en demies. Même si les derniers matchs qu'il a joués ont été serrés. Pour moi, et ce n'est que mon point de vue bien sûr, il va gagner. Andy a gagné à Rome et il était très près à Madrid. Il trouve des solutions contre Novak maintenant mais j'ai l'impression que Novak est en ce moment exactement là où il voulait être." En pleine confiance et dans le bon timing.

Parce qu'Andy Murray laisse trop parler ses émotions

En termes de gestion des émotions, Novak Djokovic n'a jamais semblé aussi fort. Même s'il a, sur sa route vers la finale, parfois montré des signes d'agacement, le n°1 mondial s'est toujours remis "dans la zone". Ses déclarations d'avant-finale ne laissent pas de place au doute : il se place délibérément dans la peau de l'outsider. Rapport à sa dernière rencontre avec Andy Murray, disputée elle aussi sur terre battue, en finale du tournoi de Rome, et remportée par l'Ecossais. Sur qui "Nole" entend donc faire reposer toute la pression liée à l'enjeu. Histoire de se libérer lui-même. "Je ne pense pas qu'il ait un quelconque avantage en ma faveur", a ainsi tranché le Serbe après sa qualification pour la finale. Puis il a poursuivi, de manière à subtilement se positionner malgré tout comme le favori dans la tête d'Andy Murray: "Mentalement, quand nous entrerons sur le court, j'aurai peut-être un petit ascendant malgré tout, un petit pourcentage." Sûrement, même. Car dans le même temps, Andy Murray décrit, lui, son accession pour la première fois à la finale de Roland-Garros comme "un moment énorme. C'est une chose pas facile à faire." Qui lui a pompé pas mal d'énergie, jusque dans sa célébration d'après-victoire sur Stan Wawrinka : "J'étais gonflé à bloc, a confessé l'Ecossais. Enflammé par le fait de me qualifier pour la première fois pour la finale."

Parce que physiquement, il est au top

Novak Djokovic l'a redit : "Roland-Garros est toujours en haut de ma liste des priorités quand je débute la saison." Le n°1 mondial, déjà extrêmement méticuleux dans son approche des grands événements, a particulièrement soigné le chemin qui l'a mené au tournoi de l'année pour lui. Fatigué à Monte-Carlo, où il s'est d'ailleurs incliné dès le premier tour, il a ensuite coupé quelques jours et s'est ressourcé en famille, pour arriver fin prêt à Paris. Avec, comme rampe de lancement idéale à cette ligne droite vers Paris, l'enchaînement Madrid-Rome, où il a respectivement remporté un titre et disputé la finale. "Je suis arrivé à Roland-Garros en ayant joué dix matchs en deux semaines, avait expliqué à l'aube de 'Roland' Novak Djokovic, c'est-à-dire le maximum que je pouvais attendre de Madrid et Rome. C'était la préparation idéale, celle dont j'avais besoin. Donc je peux dire en toute sérénité qu'en termes de jeu, je suis prêt. Maintenant, il s'agit juste de trouver le bon rythme et ce regain d'énergie et de fraîcheur nécessaire pour jouer au meilleur des cinq sets sur la surface la plus exigeante qui soit." Ce que le n°1 mondial a fait, n'abandonnant qu'un set en huitièmes de finale. Si "Nole" affirme qu'il est "prêt", c'est qu'il l'est. D'ailleurs, n'a-t-il pas lancé dans un sourire après sa victoire en demie: "C'est super d'avoir un jour de repos d'ici à la finale. Je pense que cela va bien me servir pour ma récupération et pour me donner ce surplus d'énergie. Et dimanche, je donnerai tout."

Parce qu'il est un peu à la maison

Novak Djokovic est un peu chez lui en France, lui qui vit à Monaco depuis plusieurs années maintenant. Il manie d'ailleurs quasi parfaitement la langue de René Lacoste et répond à chaque interview sur le court en français. Cette année, le Serbe vit le tournoi encore plus "à la maison" que par le passé, puisqu'il a loué une maison à quelques minutes seulement du stade. Pratique pour vivre Roland-Garros comme un Parisien. D'autant que "Nole" peut compter sur le soutien du public, avec lequel il établit année après année une connexion de plus en plus privilégiée. "Tout au long du tournoi, j'ai eu beaucoup d'encouragements depuis les tribunes, a souligné Novak Djokovic. S'en dégage beaucoup d'énergie et beaucoup d'émotions, du premier au dernier point." Or, tous ses adversaires savent ce que le n°1 mondial fait de l'énergie qu'il reçoit de l'extérieur : il la transforme en victoire.

Pas convaincu ? Alors voilà pourquoi Andy Murray va gagner...

Décryptage retour Djokovic
Comments
Article suivant: Gustavo Fernandez assouvit son "obsession" pour Roland-Garros
Articles Similaires