En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Marjolein Buis au paradis

Par Jean-François Rodriguez   le   samedi 04 juin 2016
A | A | A

À 28 ans, Marjolein Buis s’est adjugée ce samedi à Roland-Garros son premier titre du Grand chelem. Opposée en finale à une adversaire très expérimentée, l’Allemande Sabine Ellerbrock, la Néerlandaise a su vaincre ses nerfs et l’emporter en deux sets, 6/3 6/4, en 1h20.

C’est grâce à un démarrage express que Buis prend les devants, breakant dans les troisième et cinquième jeux (5-1) avec des enchaînements amortie-lob très opportuns. Mais l’Allemande, de douze ans son aînée et sacrée à Paris en 2013, réagit promptement pour revenir à 3-5 et mettre la pression à son adversaire.

Les jeux sont alors extrêmement serrés mais Buis parvient à confirmer son avance, emportant la 1e manche 6/3 sur sa sixième occasion avec un revers slicé long de ligne. "A la fin du premier set, je n’arrivais pas à conclure et je l’ai laissée revenir. J’étais assez tendue et ça lui donnait la possibilité de sortir des coups gagnants. Mais j’ai réussi à me remobiliser au bon moment pour reprendre le dessus", a expliqué Buis, présente pour la première fois en finale d’un majeur.

"J'étais nerveuse, je sentais comme des tremblements"

Les échanges deviennent plus serrés par la suite et les serveuses peinent à conserver leur mise. Ainsi, la joueuse originaire de Nimègue servira pour le match à 5-3 mais ne parviendra pas à conclure, entre autres à cause de problèmes récurrents sur le lancer de balle.

"J’ai toujours eu du mal avec le lancer, a expliqué Buis, grand sourire aux lèvres. Aujourd’hui encore plus, parce que j’étais nerveuse. En plus, je sentais comme des tremblements au niveau de ce muscle (elle montre le muscle supinateur, sur son bras gauche, ndlr)."

Lire aussi : Gustavo Fernandez assouvit son "obsession" pour Roland-Garros

Marjolein Buis

Menée 40-0 dans le dixième jeu, Buis trouve alors les ressources nécessaires pour aligner cinq points, dont trois sur des retours gagnants, et s’adjuger ainsi la rencontre. "À ce moment-là, je me suis dit ‘bon, calme-toi et frappe bien, sors des coups gagnants', et c’est ce qui est arrivé", a expliqué la joueuse de 28 ans.

Championne olympique 2012 avec Esther Vergeer

C’est entourée de ses amis, nombreux et bruyants comme tout groupe de supporters néerlandais qui se respecte, que Marjolein Buis compte fêter ce sacre, le premier de sa carrière en Grand chelem. Mais son regard est d’ores et déjà tourné vers les Jeux Paralympiques de Rio 2016, où elle aura un titre à défendre. A Londres 2012, elle avait décroché la médaille d’or dans l’épreuve du double en compagnie de la légendaire Esther Vergeer, sextuple vainqueur de Roland-Garros.

Voir aussi : la galerie photos du tournoi en fauteuil

Les finales du tennis en fauteuil

Comments
Article suivant: Pourquoi Murray va gagner
Articles Similaires