En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Hey, Muguruza !

Par Estelle Couderc   le   samedi 04 juin 2016
A | A | A

C'est fait ! Deux ans tout juste après s'être révélée à Roland-Garros, aux dépens justement de Serena Williams, Garbine Muguruza a brandi la coupe Suzanne-Lenglen ce samedi 4 juin, après avoir battu la légende américaine aux 21 titres du Grand chelem en finale, 7/5 6/4 en 1h43. Une championne est née.

Serena Williams et Garbine Muguruza ont des profils de carrière évidemment très différents - logique dès lors que 13 années les séparent. Alors que la n°1 mondiale avait l'opportunité, en cas de victoire, de se hisser à hauteur de Steffi Graf avec 22 titres du Grand chelem remportés, Garbine Muguruza rêvait, quant à elle, de décrocher son tout premier majeur.

Avant cette finale, les deux joueuses s'étaient déjà affrontées à trois reprises. La jeune Espagnole de 22 ans n'avait gagné qu'une toute petite fois, mais pas n'importe laquelle : c'était en effet à Roland-Garros il y a deux ans, au deuxième tour du tournoi parisien. Une performance de taille, un 6/2 6/2 sans appel, en forme de fracassante éclosion pour la jeune Garbine. Depuis le retour au premier plan mondial de Serena Williams, en février 2013, elles sont en effet peu nombreuses à avoir réussi à battre l'Américaine, cette dernière n'ayant enregistré que 16 petites défaites. L'an passé à Wimbledon, pour sa première finale de Grand chelem, Muguruza avait été dépassée par une Serena Williams qui avait pris sa revanche en deux sets.

Cette fois encore, la championne aux 21 Grands chelems a attaqué fort, par un jeu de service blanc, comme si elle voulait montrer qu'elle était bel et bien la patronne (1-0). Ce début de match est tendu. Les échanges sont courts et les fautes nombreuses des deux côtés. Il faut ainsi attendre le quatrième jeu pour commencer à voir des échanges plus conséquents. Dans ce jeu qui va durer près de dix minutes, Garbine Muguruza alterne le bon (un ace pour sauver une balle de break contre elle) et le moins bon (une double faute qui voit Serena Williams revenir à égalité). L'Espagnole parvient cependant à égaliser (2-2). Sa finale est lancée, l'Espagnole est dans son match.

Un coup droit efficace

Dans le jeu suivant, la protégée de Sam Sumyk profite alors de plusieurs fautes de Serena Williams - notamment une double faute sur la balle de break - pour s'emparer du service de l'Américaine. Une avance qu'elle conforte dès le jeu suivant, conclu par une magnifique attaque de coup droit long de ligne (2-4). On sent alors que les coups sont plus appuyés des deux côtés. Garbine Muguruza est moins tendue, tandis que Serena Williams commence à sortir quelques accélérations dont elle a le secret. La protégée de Sam Sumyk tient parfaitement le match de la puissance avec la n°1 mondiale et cette finale tient du coup toutes ses promesses.

Les deux joueuses se disputent ce premier set avec acharnement et à 3-4, Serena Williams parvient à refaire son retard. Elle décroche une première balle d'égalisation, immédiatement transformée sur une faute de Muguruza (4-4). Deux jeux plus tard, la jeune Espagnole, sans complexe, pousse la cadette des Williams dans ses retranchements sur son propre jeu de service. Une double faute et trois coups gagnants plus tard, Muguruza repasse en tête, s'apprêtant donc à servir pour le premier set (6-5). Et elle en a, du courage et du talent, pour tenir tête ensuite à une n°1 mondiale qui s'offre pourtant deux balles de débreak. Mais rien n'y fait. L'Espagnole réduit à néant les espoirs de Williams et s'offre une première, puis deux, puis trois balles de set : cette dernière est la bonne. Un revers gagnant lui donne cette première manche tant convoitée, 7/5 après 56 minutes de jeu.

Serena Williams

La première Espagnole depuis Sanchez

Le deuxième set tourne immédiatement en faveur de l'outsider de cette finale, pour qui les spectateurs ont pris fait et cause (1-0, service à suivre). Les deux joueuses mettent énormément d'intensité dans leurs coups, se disputent chaque point. Et c'est la valse des breaks et des débreaks : Serena Williams égalise 1-1, avant que Garbine Muguruza ne reprenne un avantage qu'elle va cette fois conserver (4-2).

La jeune native de Caracas, au Venezuela, tient le coup. Serena, qui a déjà prouvé tellement de fois qu'elle était capable de revenir de n'importe quel enfer, est cette fois dépassée. Mais elle n'abdique pas. A 5-3 en faveur de Muguruza, l'Espagnole se procure quatre balles de match. Les deux joueuses mettent dans leurs coups une puissance et intensité vraiment dignes des grands rendez-vous. Mais Serena Williams ne plie pas et pousse son adversaire vers un jeu supplémentaire de toutes les tensions (5-4).

Imperturbable à l'heure de servir pour décrocher un premier titre en Grand chelem, Garbine Muguruza réussit un jeu parfait et s'offre bientôt sa cinquième balle de match. Et c'est un lob, qu'elle ne voit pas immédiatement retomber dans le court, qui lui offre la victoire. Quand Serena Williams s'arrête de courir, Garbine Muguruza met encore quelques secondes à réaliser qu'elle a gagné (6/4 en 45 minutes) ! C'est pourtant bien elle qui soulève quelques minutes plus tard la coupe Suzanne-Lenglen, un large sourire aux lèvres et très émue. Dix-huit ans après sa compatriote Arantxa Sanchez, Garbine Muguruza a remporté à Roland-Garros son premier titre en Grand Chelem. Sans doute pas le dernier.... Deux ans après son éclosion à Roland-Garros, une championne s'est affirmée ce samedi 4 juin sur le court Philippe-Chatrier.

Lire aussi : Garbine Muguruza, tout d'une grande

La balle de match victorieuse de Garbine Muguruza !
Comments
Article suivant: Pourquoi Djokovic va gagner
Articles Similaires