En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Serena Williams, la puissance du symbole

Par Myrtille Rambion   le   vendredi 03 juin 2016
A | A | A

Serena Williams a égalé les 22 titres de Steffi Graf en Grand chelem, à deux unités seulement du record absolu de Margaret Court. Un chiffre qui en dit long sur la championne qu’est Serena Williams. Mais l’Américaine est bien plus que cela. Elle est désormais une icône qui transcende le monde du sport et qui a, à sa façon, fait avancer la société. Enquête.

Roland-Garros est peut-être le tournoi qui parle le mieux de Serena Williams. Il est celui qui le premier, un jour de juin 2002, a vu celle qui était jusque-là "la petite sœur de Venus" devenir Serena Williams, lorsque cette dernière a remporté sa première finale de Grand chelem contre son aînée et son deuxième titre majeur, après pratiquement trois ans de disette. Et a ainsi lancé sa course à un premier "Serena Slam" : un Grand chelem à cheval sur deux saisons. Une performance si rare qu’avant elle, seules Maureen Connolly, Margaret Court, Martina Navratilova et Stefanie Graf l’avaient réalisée.

Il est aussi celui qui parle le mieux des qualités de persévérance, de remise en cause perpétuelle et de croyance en la valeur travail de l’Américaine. Ainsi que de sa capacité à renaître, encore et encore, de ses cendres. Personne n’a oublié, en effet, que c’est après la cuisante défaite subie face à Virginie Razzano au premier tour de l’édition 2012 des Internationaux de France que Serena Williams s’était relancée et avait, dans la foulée, réussi une incroyable série de 33 victoires pour 1 défaite jusqu’à la fin de l’année, empochant au passage cinq titres dont Wimbledon, les Jeux olympiques, l’US Open et le Masters.

Venus et Serena : les perles américaines

"Il y a 11 ans, je ne pensais même pas que je jouerais au-delà de 28 ans"

Il est également celui qui illustre le mieux l’impressionnante longévité de la n°1 mondiale, capable de donner le meilleur d’elle-même à 30 ans passés, ainsi que sa quête permanente de l’amélioration et de la perfection, et ce, même si elle a déjà tout gagné et connu son lot de coups durs (le meurtre d’une de ses sœurs, les blessures, une embolie pulmonaire…). Roland-Garros est aussi le tournoi du Grand chelem où Serena a eu le plus de difficultés à doubler la mise, la terre battue n’étant pas sa surface naturelle : il lui aura fallu onze ans pour, en 2013, enfin soulever pour la deuxième fois la Coupe Suzanne-Lenglen. "Je voulais tellement gagner, avait d’ailleurs lâché l’intéressée en 2013, après sa victoire en finale. C’est incroyable, après 11 ans… Il y a 11 ans, je ne pensais même pas que je jouerais au-delà de 28 ans. C'est une victoire vraiment savoureuse."

Roland-Garros est, enfin, le tournoi qui, avec comme parfaite illustration la troisième victoire de la n°1 mondiale l’an passé, peut le mieux témoigner de celle qu’est devenue, au fil des ans, Serena Williams : passée sous les yeux du public parisien de la jeune fille à la femme, de la championne en devenir à l’icône Serena. Afin de lui façonner un hommage à la hauteur de son personnage, Roland-Garros Magazine a mené l’enquête sur les pas de la championne. Pour répondre à une question : qui est Serena Williams ? Eléments de réponses, étayés par des témoignages exclusifs.

Premier volet : la championne

 

Eva Longoria - actrice et productrice américaine, amie de Serena Williams

"Serena Williams. Pas besoin d’ajouter le moindre mot, le moindre adjectif, la moindre présentation, son nom est à lui seul une phrase déclarative. C’est une affirmation de puissance. Qui renvoie une image de persévérance. Qui provoque la passion, pas seulement pour un sport, mais pour la quête de l’impossible. Pour Serena, l’impossible n’existe pas. Elle est une championne de bien plus de manières encore que ne saurait en témoigner un panneau de score. Lorsque je soutiens Serena depuis les gradins, je n’applaudis pas son puissant service ou son extraordinaire revers, j’applaudis la femme qu’elle est et qu’elle est devenue. Elle est le symbole de quelque chose qui transcende le sport et nous apprend, à nous tous, que se frayer un chemin dans la vie demande plus que de l’habileté. Cela requiert de la personnalité, du charme et un désir sans limites de briser les barrières. A chaque point, à chaque jeu, set et match gagnés, c’est une victoire de plus pour elle. Pas seulement au tennis, mais dans le match de la vie."

Comments
Article suivant: Entrez au Players Lounge avec RGbot
Articles Similaires