En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Venus reverdit à Paris

Par Emmanuel Bringuier   le   dimanche 29 mai 2016
A | A | A

Venus Williams et Timea Bacsinszky vont se retrouver en huitièmes de finale de Roland-Garros ce lundi. Face à la demi-finaliste sortante, l'Américaine peut devenir la joueuse la plus âgée à atteindre les quarts de finale du tournoi parisien depuis 36 ans.

"J'adore Paris. C'est une bonne excuse pour rester un peu plus, non ?" Venus Williams a sa motivation toute trouvée pour enchaîner les victoires du côté de la Porte d'Auteuil. Et cela semble franchement efficace pour son tennis.

On n'osera dire que l'aînée des Williams vieillit comme le bon vin. Mais il est indéniable que l'Américaine impressionne depuis le début de la quinzaine, elle qui fêtera ses 36 ans la semaine suivant le tournoi. Traditionnellement plus à l'aise sur gazon, elle sort d'une saison sur terre battue plutôt quelconque, atteignant seulement le troisième tour à Charleston et le deuxième à Rome. Mais depuis le début de son séjour parisien - elle a été l'une des premières à poser sac et raquettes à l'entraînement durant la semaine des qualifications -, la septuple lauréate en Grand chelem se sent pousser des ailes. Finaliste en 2002 (défaite face à sa soeur), Venus apprécie, comme Serena, le chic de la capitale française et y possède ses habitudes, pouvant même profiter de l'appartement que possède sa cadette dans la ville Lumière pour se reposer en famille.

Appliquée face à Anett Kontaveit, expéditive face à sa jeune compatriote Louisa Chirico, elle a dû se faire violence contre Alizé Cornet mais a fini par user la tricolore dans la troisième manche (7/6 1/6 6/0).  Venus n'avait plus atteint la deuxième semaine à Paris depuis six ans (2010). Les raisons de cette seconde jeunesse à "Roland" ? "De bons gènes", a avancé la 11e mondiale sur un ton hilare teinté d'incrédulité en conférence de presse. Vu le palmarès de la famille Williams, on ne saurait lui donner tort. Reste que sa forme et son tennis suscitent l'admiration. "Rester à un tel niveau à cet âge, avec cette constance, cette rage de gagner, ce niveau de jeu, c’est vraiment incroyable", a confié une Alizé Cornet épatée après sa défaite.

Un record à la clef

Ce lundi, l'aînée des Williams aura en tous cas un sacré défi à relever. En huitième de finales, elle affrontera Timea Bacsinszky, 26 ans et 9e mondiale... mais à qui elle devrait reprendre cette place au lendemain du tournoi, réintégrant ainsi le Top 10 la semaine de son anniversaire. Blessée au dos au début du printemps, la Suissesse, demi-finaliste en titre, est de retour aux affaires dans un tournoi dont "elle est dingue", selon ses propres termes. Sans être expéditive, la Vaudoise s'est montrée solide face à ses adversaires de la première semaine. Quatre jeux perdus face à Silvia Soler-Espinosa, huit face à Eugénie Bouchard et six contre Pauline Parmentier : du travail d'expert.

La Suissesse semble avoir retrouvé le jeu qui l'avait vue atteindre les demi-finales de la dernière édition en donnant notamment du fil à retordre à Serena Williams. Après un match superbe, elle s'était inclinée 4/6 6/3 6/0 après avoir mené 6/4 3/2, break. Face à "l'autre Williams", la tête de série n°8 affiche un bilan négatif (0-2). Mais les duels commencent à remonter : US Open 2014 et Jeux olympiques de 2008. Avec son jeu tout en variation et son toucher de balle, Timea Bacsinszky possède la palette pour contrer la puissance et la hargne de l'Américaine.

Son adversaire en est bien consciente. "Elle est clairement en confiance dans ce tournoi, estime Venus Williams. Je ne me souviens même plus la dernière fois où l'on s'est rencontrées, mais c'était il y a des années. Je suis persuadée que c'est devenu une meilleure joueuse. Et moi aussi, j'espère. On verra, je ferai de mon mieux." Et le mieux de Venus, cela donne quelque chose de sacrément plaisant en ce moment. Allez, on va même lui donner une dernière raison de nous offrir une bataille de toute beauté. Si elle l'emporte, Venus sera la quart de finaliste la plus âgée vue à Roland-Garros depuis Billie Jean King en juin 1980... ce même mois où Venus Williams venait au monde.

Lire aussi : Cornet y a cru mais Venus était plus forte

Venus Williams : "Envie d'aller plus loin"
Comments
Article suivant: Et si Justine Henin battait Serena Williams... ?
Articles Similaires