En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

A qui le forfait de "Rafa" profite-t-il ?

Par Julien Pichené   le   vendredi 27 mai 2016
A | A | A

Le forfait de Rafael Nadal change évidemment la donne : l'Espagnol menait 36 à 6 dans ses face-à-face contre les autres joueurs de sa demie de tableau ! Mais voilà que le forfait du nonuple vainqueur augmente les chances de tout le monde de voir le dernier carré, à commencer par un Jo-Wilfried Tsonga, un Dominic Thiem ou un David Goffin... A moins qu'un Ernests Gulbis ou un Alexander Zverev ne vienne tirer son épingle du jeu. Passage en revue de la troupe et des chances de chacun.

Dominic Thiem, le nouveau favori ?

C'est peut-être le principal bénéficiaire du forfait de l'Espagnol dans cette partie de tableau. En tout cas, l'horizon s'éclaircit pour l'Autrichien. Il sera favori ce samedi contre l'Allemand Alexander Zverev, qu'il vient de battre en finale à Nice. Et s'il passe, il le sera encore (et pas qu'un peu !) face à l'Espagnol Marcel Granollers en huitièmes de finale. Reste à savoir si les 48 matchs qu'il a déjà disputés depuis le début de la saison ne vont pas lui peser dans les jambes à un moment ou à un autre. Vainqueur de trois titres en 2016 (Buenos Aires, où il a notamment évincé Rafael Nadal en personne, Acapulco et donc Nice), Dominic Thiem paraît en tout cas bien parti pour mettre fin à la disette des joueurs nés dans les années 1990 à Roland-Garros. Aucun d'entre eux n'a en effet encore réussi à rallier les demies-finales.

Jo-Wilfried Tsonga, le mieux classé

On n'aurait peut-être pas donné beaucoup de chances à Jo-Wilfried Tsonga face à un Rafael Nadal ayant retrouvé ses meilleures sensations sur terre battue. Mais ce forfait fait désormais du Français le joueur le mieux classé de cette demie de tableau. Cependant, il n'est favori que sur le papier au vu du parcours (théorique) qui l'attend s'il veut atteindre les demi-finales et faire aussi bien que l'année dernière. Il lui faudra d'abord calmer les ardeurs d'un Ernests Gulbis retrouvé, se coltiner ensuite le vainqueur du bras-de-fer David Goffin - Nicolas Almagro, avant de tomber vraisemblablement sur Dominic Thiem. Un tableau sacrément ardu si jamais cet enchaînement de chocs venait à se concrétiser...

Ernests Gulbis, en profiter pour renaître ?

Ses 98 points gagnants lors des deux premiers tours l'attestent. Ernests Gulbis, l'un des plus grands talents de sa génération, se sent de nouveau bien depuis quelques jours. Après une première partie de saison catastrophique (6 défaites au premier tour et seulement 3 matchs gagnés), le Letton s'est relancé au Masters 1000 de Rome, où il s'est extirpé des qualifications avant de passer un tour dans le grand tableau et d'avoir le match en main contre le Français Lucas Pouille. Ses retrouvailles ce samedi avec un grand court (il n'a pas eu l'occasion depuis deux ans de jouer un match sur un Central de Grand chelem) devraient lui donner un appétit féroce. Deux ans après sa demi-finale ici, il n'est pas à exclure qu'il aille aussi loin cette année. Mais tout dépend principalement de lui.

N. Djokovic c. E. Gulbis Temps forts 1/2

David Goffin, sur une bonne dynamique

Et si le Belge était la belle surprise de ce Roland-Garros 2016 ? Demi-finaliste à Indian Wells et à Miami, David Goffin s'est montré capable à Rome d'infliger un 6/0 6/0 à un joueur du Top 10, en l'occurrence Tomas Berdych. De plus en plus régulier, le 13e joueur mondial s'est toujours bien senti à Roland-Garros, où on l'avait découvert en 2012, lorsqu'il avait franchi trois tours dans le grand tableau après avoir été repêché des qualifications. Ceci dit, il est opposé ce samedi à l'Espagnol Nicolas Almagro, qu'il n'a jamais réussi à battre en trois rencontres.

Nicolas Almagro, enfin pas de "Rafa" à l'horizon

Avec Marcel Granollers, c'est peut-être le gros outsider de cette partie de tableau. Encore capable du pire (perdre un match après avoir mené 6/1 3-1, comme contre Teymuraz Gabashbvil à Barcelone) comme du meilleur (il a battu Tsonga et Ferrer en février à Buenos Aires et vient de remporter le tournoi ATP 250 d'Estoril), l'Espagnol au bras de feu n'a peut-être plus sa réussite de jadis pour atteindre pour la quatrième fois les quarts de finale (après 2008, 2010 et 2012). Ceci dit, Almagro avait été stoppé les trois fois par Rafael Nadal... Souvenons-nous que dans les années 1980, Andres Gomez avait été éliminé trois fois en quarts de finale par Ivan Lendl, avant de finir par s'imposer en 1990, année où Lendl était absent.

Alexander Zverev, trop tôt ?

Battu par Rafael Nadal à Indian Wells (6/7 6/0 7/5) après s'être procuré une balle de match qu'il a gâchée en plantant une volée de coup droit dans le filet, l'espoir allemand de 19 ans aurait certainement aimé prendre sa revanche. Et nous, on aurait aimé voir ça, tant Alexander semblait bien contrôler le lift de l'Espagnol en Californie ! A défaut, Zverev va pouvoir se concentrer sur la revanche qui l'attend ce samedi sur le court Suzanne-Lenglen contre l'Autrichien Dominic Thiem, son vainqueur il y a une semaine en finale du tournoi ATP 250 de Nice (6/4 3/6 6/0). Mais pour son tout premier troisième tour en Grand chelem, Zverev ne semble peut-être pas encore tout à fait apte nerveusement et tennistiquement à se frayer un chemin jusqu'aux quarts de finale - ou plus.

Marcel Granollers, le "chanceux"

S'il n'était pas encore en course en double (il est qualifié pour les huitièmes de finale avec Pablo Cuevas), il aurait sûrement déjà réservé son billet de retour, lui qui n'a jamais pris un set à Rafael Nadal en quatre confrontations. Déjà huitième de finaliste en 2012 et 2014, le numéro 56 mondial serait devenu l'homme des années paires. Mais il confirme surtout son statut de "chanceux" de l'année. Lucky loser à Madrid après le forfait de Roger Federer, Marcel Granollers avait également profité du forfait de David Ferrer à Monte Carlo pour entrer dans le tableau et pousser jusqu'aux quarts de finale (sans même parler des trois abandons dont il a profité depuis le début de l'année). Ne devrait-il pas rapidement jouer au loto ?

Lire aussi : Le forfait de "Rafa" change-t-il la donne pour "Djoko" ?

Nadal : "Je dois me retirer du tournoi"
Comments
Article suivant: Simon débordé par Troicki
Articles Similaires