En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Gasquet veut voir plus loin à Roland-Garros

Par Julien Pichené   le   dimanche 22 mai 2016
A | A | A

Il parait que c'est un chiffre qui peut porter chance. Pour son 13e Roland-Garros, Richard Gasquet aimerait enfin dépasser les huitièmes de finale à Roland-Garros. Mais attention à Thomaz Bellucci !

Battu quatre fois en autant de huitièmes de finale disputés à Roland-Garros, Richard Gasquet espère enfin faire sauter le verrou de la deuxième semaine ! "Les quarts de finale, c'est une ambition personnelle après autant de huitièmes... Après, tout est possible. Le tableau peut aussi s'ouvrir. Mais passer la première semaine sera un premier palier important" confie le numéro 2 français, moins secret que d'habitude concernant ses ambitions.

Le beau souvenir de 2011

Avant d'envisager de faire son meilleur "Roland", il devra d'abord passer l'obstacle Thomaz Bellucci (28 ans et plus de 350 matchs ATP au compteur). Un tirage difficile, mais le Brésilien évoque un bon souvenir au Français. En 2011, on se souvient que le Biterrois avait livré une prestation XXL contre lui (6/2 6/3 3/6 6/3) pour accéder pour la première fois aux huitièmes de finale. Allongé sur la terre du Suzanne-Lenglen avec les poings brandis vers le ciel, Gasquet s'était même lâché comme rarement pour célébrer cette victoire, soldée par une communion alors inédite avec le public. "L'ambiance était incroyable. Je sentais la fatigue arriver, mais le public m'a soutenu. Cela a été vraiment frappant. Emotionnellement fort." Classé 25e mondial à l'ATP à l'époque, Bellucci demeure d'ailleurs l'une des plus belles prises de Gasquet à Paris avec Kevin Anderson, classé 17e quand le Français l'a dominé l'an passé.

"Le rythme est là"

Richard Gasquet le sait, le contexte n'est pas le même cette année qu'en 2011. Il mène (3-0) dans son face-à-face avec Bellucci, mais doit-on rappeler qu'en début de quinzaine, même les meilleures raquettes peuvent avoir besoin d'un peu de chauffe avant retrouver leur loge au-dessus de la mêlée ? Un point positif : le corps va bien. "J'ai pu jouer six matchs sur terre battue, donc le rythme est là. C'est ce qu'il faut pour faire un bon tournoi. Je suis déjà arrivé mieux, mais je suis déjà arrivé moins bien. Je suis confiant pour la suite." Ces six matchs, Gasquet les a joués à Monte-Carlo (défaite surprise contre son compatriote Lucas Pouille), et à Madrid et à Rome (où il a été stoppé les deux fois en huitièmes de finale par un excellent Japonais Kei Nishikori). Si le Français estime avoir assez de tennis dans les jambes, il est parfois apparu un peu lent au démarrage depuis le début de l'année. Les exemples abondent. En Italie, un tour de manivelle avait suffi à Nishikori pour mener 6/1 3-0 avant un réveil trop tardif du numéro 2 français.

Quand Bellucci inflige 6/0 à Djokovic !

Thomaz Bellucci, lui, a attaqué en trombe ces dernières rencontres. Il a raté son début de saison, est l'auteur la pire série de l'année (9 défaites de suite si l'on excepte sa victoire par abandon à Munich), mais s'est précisément remis dans la course dans la capitale italienne. En huitièmes de finale, il a même sidéré son monde en collant un cinglant 6/0 (en 24 minutes) au roi Novak Djokovic dans le premier set. Le Serbe s'est finalement imposé en trois actes (0/6 6/3 6/2), mais Bellucci est le premier homme depuis... Richard Gasquet en 2007 à infliger une bulle au Serbe sur terre battue. Retombé au-delà de la 50e place mondiale, Bellucci a une faim de loup. Faim de tennis, faim de gros matchs, faim de résultats, faim de victoires...

Une fois de plus, le public pourrait jouer un rôle clé. "Il y a toujours de la pression quand on joue à Paris, devant autant de monde. Mais c'est quand même assez fabuleux de pouvoir jouer devant un public qui te supporte du début à la fin, avec des connaisseurs en tribunes. Il faut essayer de transformer tout ça en une pression positive." Pour Bellucci, ce genre de pression viendra plus tard dans la saison. Cet été exactement, avec les Jeux Olympiques de Rio. En attendant, il n'aura pas grand chose à perdre ici ! Alors, gare !

Lire aussi : Richard Gasquet : "A 100%, prêt pour un beau tournoi"

Temps forts R. Gasquet - C. Berlocq / 2e tour
Comments
Article suivant: Caroline Garcia, "pour vivre des moments magiques"
Articles Similaires