En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Azarenka, la renaissance

Par Amandine Reymond   le   lundi 21 mars 2016
A | A | A

Victoria Azarenka est heureuse et ça se sent sur le court. Demandez plutôt à ses adversaires depuis le début de la saison : seule Angelique Kerber a réussi à lui barrer la route en 2016, en quarts de finale à l’Open d’Australie ! Victorieuse à Brisbane en début d’année, la Biélorusse a récidivé à Indian Wells, portant son total de succès à 16 en 2016... et remportant là son titre le plus important depuis près de trois ans (Cincinnati 2013). Cette fois, le long chapitre des blessures est bel et bien refermé pour "Vika". La preuve : en finale, elle est venue à bout de Serena Williams, celle-là même qu’elle challengeait en 2012-2013 pour la place de n°1 mondiale.

Victoria Azarenka revient de loin. Avec 16 victoires pour une seule défaite (et un forfait à Acapulco), c’est une véritable renaissance que vit la double championne en Grand chelem (Open d’Australie 2012 et 2013) en ce début 2016, après une longue traversée du désert entre fin 2013 et début 2015 qui l’avait vue dégringoler jusqu’à la 48e place mondiale.

Pendant cette période, "Vika" a connu les affres des blessures à répétition. Pied droit, pied gauche, genou, dos… Une série noire qui s’est poursuivie après l’Open d’Australie 2015 lorsque la séparation d’avec son coach historique Sam Sumyk, à l’initiative de ce dernier, avait surpris tout le monde. Une épreuve supplémentaire vécue comme une rupture par la joueuse alors en plein processus de reconstruction mentale. "Après l’US Open 2014, j’ai dû accepter le fait que j’étais déprimée et qu’il fallait que je fasse quelque chose pour améliorer mon état d’esprit, a-t-elle expliqué à Melbourne. J’ai regardé beaucoup de documentaires sur des sportifs, notamment des joueurs de football américain, et j’ai beaucoup discuté avec mes amis pour apprendre à mieux gérer mes émotions, qu’elles soient positives ou négatives. Tout ce processus m’a pris plus d’un an mais ça a changé ma vie."

L’art comme exutoire

Désormais coachée par le Belge Wim Fissette, ancien entraîneur de Kim Clijsters, Victoria Azarenka - qui a aussi recruté Sascha Bajin, l’ex-sparring-partner de Serena Williams -, semble enfin avoir trouvé son équilibre. Et ses activités extra-tennistiques y sont pour beaucoup. L’ex-numéro 1 mondiale avait besoin de laisser s’exprimer sa créativité en dehors d’un court de tennis et elle a décidé d’y consacrer une bonne partie de son temps libre. Après s’être essayé à la peinture, elle s’est lancée avec quelques amis dans un projet mêlant musique, art graphique et vidéo en tournant un petit clip qu’elle a récemment partagé sur les réseaux sociaux et dont elle est très fière.

"Je me sentais particulièrement créative à ce moment-là. Je voulais m’exprimer autrement qu’à travers mon tennis… Beaucoup me voient comme une joueuse donc c’est un bon moyen de leur montrer une autre facette de ma personnalité", avait-elle confié à Haley Weiss pour Interview Magazine dans la foulée de son succès à Brisbane. Mais qu’on ne s’y trompe pas, "Vika" n’est pas prête à abandonner ses ambitions de championne pour se lancer dans une carrière parallèle."Mon but principal est de gagner des Grands chelems, a-t-elle rappelé à Indian Wells. C’est ce que je veux vraiment et ce pourquoi je travaille. Je veux exprimer tout mon potentiel sur et en dehors du court pour devenir la meilleure version de moi-même."

Le genre de version aboutie capable, par exemple, de terminer par quatre services gagnants au moment où Serena Williams menaçait de faire basculer la finale, revenue de 5-2 contre elle au deuxième set à 5-4 15-40 sur l’engagement de la Biélorusse. Il y a encore un an, celle-ci subissait invariablement ces retours in extremis de l’Américaine, comme à Madrid et Roland-Garros notamment (voir temps forts ci-dessous). Mais pas cette fois. "Vika" a retrouvé ses réflexes de championne, et cette victoire dans le désert californien, son titre le plus important depuis Cincinnati en 2013 et marquant aussi son retour dans le Top 10, n’est qu’une étape : la principale (la seule ?) rivale de Serena Williams depuis cinq ans est de retour.   

Serena Williams - Victoria Azarenka, Roland-Garros 2015 : les temps forts

Temps forts S. Williams - V. Azarenka / 3e Tour
Comments
Article suivant: Rendez-vous à Roland-Garros : première au Japon, sous le regard de Graf
Articles Similaires