En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Etoile montante : Belinda Bencic, joue-là comme Martina

Par Myrtille Rambion   le   jeudi 10 mars 2016
A | A | A

Parce qu’ils (et elles) sont jeunes et bourrés de talent ; parce que leur style de jeu, leur parcours ou tout simplement leurs affinités naturelles leur permettent de nourrir les plus grands espoirs sur terre battue en général, et à Roland-Garros en particulier ; Rolandgarros.com vous propose de suivre tout au long de l’année 20 étoiles montantes – 10 filles, 10 garçons – en lesquelles le tournoi croit tout particulièrement. Tout juste entrée dans le Top 10, à quelques jours de ses 19 ans – elle les fête aujourd'hui, jeudi 10 mars – Belinda Bencic est déjà une adversaire redoutable et redoutée sur le circuit. Faites connaissance avec la championne de Roland-Garros juniors en 2013 qui, par le talent et l’ambition, rappelle une certaine Martina Hingis. Laquelle, tiens donc !, est justement sa marraine sur le circuit.

Pourquoi elle ?

Parce qu’elle est une évidence. Et ce, depuis presque toujours, malgré son jeune âge. Tous les observateurs du jeu ont cru en Belinda Bencic dès ses premières balles ou presque – elle les a tapées à l’âge de trois ans – et elle aussi, d’ailleurs. Son père Ivan a un beau jour, environ un an après les premiers pas raquette en main de "Beli", décidé d’aller frapper à la porte de Melanie Molitor, la mère de Martina Hingis, qui avait présidé à la première carrière de sa championne de fille. Cette dernière a écouté, un peu incrédule, avant d’accepter d’observer la présumée prodige. Avant de se rendre très vite à l’évidence : cette petite avait effectivement quelque chose ! Au point que Melanie Molitor est dès cet instant devenue la conseillère de la petite Belinda. Et même sa seconde coach, après Ivan, lui-même ancien joueur de hockey sur glace : de sept ans à quinze ans, "Beli" s’est ainsi entraînée quotidiennement sous sa houlette. Très vite, Martina Hingis s’est elle aussi rapprochée de sa cadette, avec qui elle partageait l’amour du tennis mais aussi des origines slovaques. Aujourd’hui, quinze ans plus tard, il n’est d’ailleurs pas rare de voir "Marti", qui est également sa partenaire en Fed Cup, l’encourager depuis les tribunes ou partager ses séances d’entraînement.

Ces années d’apprentissage ont non seulement aidé Belinda à parfaire son mental de championne, mais ont également fortement imprégné son jeu. Forcément."Melanie m’a vraiment appris à jouer intelligemment et à réfléchir sur le court, explique la jeune Suissesse. À avoir un jeu complet. Pratiquement tout ce que je sais, c’est elle qui me l’a appris." Et si son mentor ne voyage pratiquement plus sur le circuit, son téléphone reste toujours allumé pour Belinda. Mais la comparer simplement à Martina Hingis n’aurait pas de sens. Belinda Bencic serait plutôt une version 2.0 de son aînée. Une joueuse puissante, cogneuse des deux côtés, qui sait également varier, changer de plan de jeu en cours de match. Et est dotée, en sus, d’une main et d’une vista qui la distinguent des simples frappeuses du fond du court et la font clairement sortir du lot. 

"Bien sûr qu’il existe des similarités entre nos deux jeux, souligne ainsi Martina Hingis. Ma mère a toujours fait très attention à la technique. Et c’est vrai que ‘Beli’ a elle aussi un super revers. Mais elle est plus puissante que je ne l’étais et elle possède du coup d’autres armes. Alors oui, peut-être que je me déplaçais mieux qu’elle mais elle, quand elle frappe n’importe quel coup, elle peut le transformer en coup gagnant."

Temps forts 1er tour Venus Williams

Son profil

Son tennis est déjà celui d’une adulte. Même si, au fil des années, elle va encore gagner en expérience et en maturité. Pour autant, en-dehors des courts de tennis, Belinda Bencic est une jeune fille bien de son âge. Très active sur les réseaux sociaux, elle est également amatrice de mode et, avec sa grande copine Kristina Mladenovic, elle ne boude pas les séances de shopping dans les villes où le circuit fait escale tout au long de l’année. Logique, quand on sait que Dana, la mère de Belinda Bencic, est un ancien mannequin ! 

Le reste du temps, que fait-elle ? "J’aime passer du temps avec ma famille et mes amis, dit-elle, aller au cinéma, surfer sur internet et… dormir !" En avion, elle lit beaucoup et écoute volontiers Rihanna, Maroon 5, Adele ou encore David Guetta. Quant à son idole de jeunesse, on vous le donne en mille : elle n’est autre que… Martina Hingis ! Ça tombe bien.

Son parcours

Avec Belinda Bencic, la valeur n’a pas attendu le nombre des années. Comme avec Martina Hingis en son temps… Premier titre Tennis Europe U12 alors qu'elle n'a que 10 ans ; premier titre Tennis Europe U14 à 11 ans ; premier titre Tennis Europe U16 la semaine de son 13e anniversaire ; première finale ITF junior U18 la même année, toujours à 13 ans... et tout ça à chaque fois sur terre battue, clairement sa surface fétiche. Elle est ensuite vice-championne d'Europe des 14 ans en 2011, s'inclinant face à sa grande rivale des catégories de jeunes, Ana Konjuh. Elle remporte ses deux premiers ITF 10000$ en 2012, à 15 ans seulement, avant de terminer 2013 numéro 1 mondiale juniors, à 16 ans, après notamment ses sacres à Roland-Garros (photo ci-dessous) et Wimbledon.

Elle finit la même année à la 212e place de la WTA. L’année suivante, elle est 33e, pour couronner une saison qui la voit disputer une finale à Tianjin, une demi-finale à Charleston et un quart de finale à l’US Open. En 2015, elle fait encore mieux puisqu’elle gagne ses deux premiers titres : après avoir ouvert son palmarès à Eastbourne, elle remporte le "Premier" de Toronto, la catégorie de tournois juste en-dessous des tournois du Grand Chelem, en battant en revue Eugénie Bouchard, Caroline Wozniacki, Sabine Lisicki, Ana Ivanovic, Serena Williams et Simona Halep ! La machine Bencic est lancée et l’ascension ne fait que commencer. Huitième mondiale aujourd’hui ? Beaucoup mieux demain.

Ce qu’on peut attendre d’elle dès cette année

Quand on pense Belinda Bencic, on pense a priori plus facilement surfaces rapides. Pour autant, sa façon d’envisager le court de tennis comme un échiquier géant et sa main à faire pâlir pas mal d’autres joueuses la rendent également dangereuse sur terre battue, en témoigne son habitude d'ouvrir son palmarès, tranche d'âge après tranche d'âge, sur cette surface. Aujourd'hui encore, elle désigne à sa victoire à Roland-Garros juniors en 2013 comme son "premier grand souvenir de tennis". En double chez les "grandes", elle s’est déjà imposée sur cette surface : en 2015 à Prague. Alors, lorsque Belinda Bencic explique qu’après son entrée fracassante dans le top 10 ses "prochains objectifs sont de continuer à grimper au classement, continuer à gagner des matches et à prendre du plaisir", on peut être sûr qu’une deuxième semaine à Roland-Garros est dès cette année dans le viseur. Voire plus, si affinités.

La suivre sur Twitter : @BelindaBencic

Lire aussi : Borna Coric, "baby Novak" deviendra grand

Comments
Article suivant: Etoile montante : Borna Coric, "baby Novak" deviendra grand
Articles Similaires