En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Quand Roland-Garros s’affiche…

jeudi 10 décembre 2015
A | A | A

En 1980, la FFT décide de confier la réalisation de l’affiche du tournoi de Roland-Garros à une figure de l’art contemporain. Imaginée conjointement par la Fédération et la Galerie Lelong, cette expérience artistique, inédite et audacieuse, va donner naissance à une authentique collection et à une expression unique en matière de communication événementielle.

Valerio Adami, artiste phare des années 70 et volontiers affichiste, signe avec succès la première affiche d’une collection dont nul ne peut encore soupçonner l’ampleur. L’année suivante, Eduardo Arroyo prendra le relais, puis viendront Jan Voos, Ernest Pignon-Ernest, Carlos Saura, etc.

En plus de trente ans, les règles - ayant régi cet échange original entre art et tennis - sont demeurées inchangées : choisir un artiste, lui commander une création, se réserver le droit de la refuser si elle porte atteinte à des convictions politiques ou religieuses, ou si elle comporte des éléments propres à porter préjudice au tournoi, mais en aucun cas, se permettre de la modifier

Au fil des ans, trente-sept maîtres de l’art contemporain ont donc relevé le défi et donné libre cours à leur vision du tournoi de Roland-Garros. De Joan Miró (1991) à Sean Scully (2001), de Arman (2002) à Juan Uslé (2014) tous ces artistes majeurs ont apporté leur contribution à la constitution d’une collection sans égal, qui se poursuit encore aujourd’hui.

Découvrez l'origine des affiches de Roland-Garros en vidéo :

L'origine de l'affiche de Roland-Garros
Comments
Article suivant: Andy Murray touche terre
Articles Similaires