En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

"Nico s'est libéré du poids de ses angoisses"

Par Julien Pichené   le   vendredi 29 mai 2015
A | A | A

Opposé à Gilles Simon ce vendredi au troisième tour, Nicolas Mahut est l'une des belles surprises de cette édition. Mais, au fait : est-ce vraiment une surprise ? Témoignages.

Et vous, Nicolas Mahut en seizième de finale ça vous étonne ? En panne de résultat depuis le début de la saison, longtemps maudit à Roland-Garros (où il a commencé par perdre d'entrée 7 fois de suite), l'Angevin ne semble pas plus surpris que ça de se retrouver au troisième tour :"Je suis bon, parce que j'ai passé beaucoup de temps sur le terrain à l'entraînement".

Ce résultat ne surprend pas non plus pas vraiment le monde du tennis, qui se montre néanmoins ravi de voir l'un des joueurs les plus attachants du circuit égaler son meilleur résultat à Paris (2012). Voici un petit échantillon de ce qui s'est dit à Roland-Garros en amont du duel Mahut-Simon...

Julien Benneteau, quart de finaliste en 2006 :

"Je ne trouve pas ça si incroyable que ça qu'il soit à ce stade de la compétition ! Vu son tableau, et vues les conditions météo, c'est plutôt normal. Je le considérerais comme favori face à Coppejans et Gulbis. Son match contre Simon va être intéressant !"

Florent Serra, seizième de finaliste en 2008 :

"C'est quelqu'un que j'aime beaucoup, et avec qui je me suis souvent entraîné. Il est très rigoureux et sérieux. Un vrai pro. Il a eu des difficultés en début d'année, mais il est sans doute arrivé motivé ici, et a bien su tirer parti de son tirage."

Rodolphe Gilbert, seizième de finaliste en 1992 et 1993 :

"Moi dans l'esprit, ça me fait un peu penser au troisième tour de Stéphane Simian en 1997 ! Et ça me fait vraiment plaisir car Nico est vraiment un bon gars !"

Cédric Pioline, demi-finaliste en 1998 :

"Ce qui est marrant, c'est qu'il ait attendu d'avoir 28 ans avant de passer pour la première fois un tour à Roland-Garros. Moi je trouve ça magnifique, avec toutes les blessures et tous les pépins qu'il a eus ! Il a serré les dents et il est toujours là... Il s'est beaucoup posé de questions, mais il est plus détendu aujourd'hui."

Pierre-Hugues Herbert, son partenaire de double :

"Nicolas est une belle personne. Il ne demande qu'à partager son expérience. Il m'a fait confiance pour constituer une équipe de double ensemble, alors qu'il a un palmarès bien plus conséquent que le mien. Il m'a toujours encouragé. En Australie, il me prenait sous son aile, un peu comme un grand frère. Il me mettait en confiance devant quelque chose d'encore inconnu pour moi. Je n'avais pas gagné un match en Grand chelem de ma vie avant Melbourne..

Philippe Bouin, ancien grand reporter à l'Equipe, co-auteur du livre Le match de ma vie consacré à Nicolas Mahut :

"Pour moi, sa présence au troisième tour n’est qu’une demi-surprise: je pense que Nicolas a toujours eu dû mal a exprimer son potentiel (au delà d’une relative fragilité physique), à cause de sa tendance à "gamberger". C’est fondamentalement un inquiet qui a souvent peur de ne pas être à la hauteur de ses ambitions et qui s’est un peu gâché la vie. Jusqu’alors il ne parvenait à oublier ces angoisses que sur gazon où il était persuadé que son jeu était performant. Cette perception (ajoutée à un jeu effectivement adapté) explique ses bons parcours au Queen’s et Wimbledon. Je pense que l’âge aidant, il arrive enfin à oublier qu’il joue à Roland-Garros et à se persuader qu’il peut perturber ses adversaires par son tennis offensif. Il s’est libéré du poids de ses angoisses."

Comments
Article suivant: Qui es-tu, Damir Dzumhur ?
Articles Similaires