En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Suzanne Lenglen

Née le 24 mai 1899 à Paris (France), décédée le 4 juillet 1938 à Paris (France).

Il faut tout de suite balayer une idée reçue, ou ce qui semble s’imposer comme une évidence : Suzanne Lenglen, plus grande personnalité que le tennis français ait connue, n’a jamais joué dans le stade Roland-Garros. La "Divine" a été la contemporaine, l’amie, la confidente et l’inspiratrice, de ceux pour qui Roland-Garros a été érigé : les Mousquetaires. Mais en choisissant en 1926 de passer professionnelle et de partir jouer des exhibitions aux Etats-Unis, Suzanne Lenglen a privé l’Histoire d’une réelle rencontre entre un stade qui ne se trouve qu’à quelques encablures de la rue du Ranelagh, où elle est née, et cet esprit libre, rebelle et avant-gardiste qui ont fait de Lenglen la première star mondiale du sport féminin.

Sa grâce, ses arabesques inspirées de la danse et son style à la pointe de la mode – trace de sa rencontre avec le célèbre couturier Jean Patou – n’en ont pas moins durablement marqué l’histoire de l’épreuve, du temps où elle se disputait en alternance sur les courts du Racing et du Stade Français, deux grands clubs parisiens. C’est là, au milieu du parc de Saint-Cloud, que la Française remporte la première édition des Internationaux de France, en 1925, en ne concédant que 7 jeux en 5 matchs. Si Suzanne Lenglen déplace les foules à Paris comme à Londres, où elle va au bout à six reprises, ses prestations dépassent rarement la demi-heure. Pour sa dernière sortie parisienne, en 1926, elle survole ses trois premiers matchs (6/0 6/0 à chaque fois) et ne lâche au total que trois jeux pour inscrire une septième fois son nom au palmarès (elle s’impose également en 1914 et de 1920 à 1923, quand l’épreuve est encore réservée aux joueurs et joueuses français ou licenciés en France) !

Toutes épreuves confondues, elle n’a été battue qu’une seule fois à Paris, en double dames, associée à Germaine Golding…  C’était en 1914, alors que la "Divine" fête tout juste… son quinzième anniversaire. Atteinte d’une leucémie, elle est devenue aveugle quelques mois avant son décès, survenu le 4 juillet 1938. Partie trop tôt, son nom brille toutefois encore aujourd’hui, notamment à travers un court, le deuxième plus grand du stade, qui porte son nom prestigieux.

Suzanne Lenglen aux Internationaux de France, c’est…

  • 10 victoires pour 0 défaite, et seulement 11 jeux concédés.
  • 7 titres au total en simple (1914, 1920, 1921, 1922, 1923, 1925 et 1926) 6 en double dames (1920, 1921, 1922, 1923, 1924, 1925 et 1926) et 7 en double mixte (1914, 1920, 1921, 1922, 1923, 1925 et 1926). Suzanne Lenglen totalise également 6 titres à Wimbledon (1919, 1920, 1921, 1922, 1923 et 1925).

 

©FFT