En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Margaret Smith Court

Née le 16 juillet 1942 à Albury (Australie)

Steffi Graf s’est arrêtée à deux marches, et Serena Williams en a encore trois à gravir, pour rattraper sa somme record de 24 titres majeurs en simple, combinés avec 19 victoires en double et 20 en mixte : d’un point de vue purement comptable, Margaret Court ne sera peut-être jamais battue ! En simple, elle triomphe à 5 reprises à Roland-Garros et à l’US Open, à 3 reprises à Wimbledon et 11 fois chez elle, en Australie, où elle est longtemps restée, il est vrai, sans rivale. Soumise à un entraînement plutôt strict pour l’époque, grande, puissante, Court bénéficie même d’un petit coup de pouce de Dame Nature. Selon une étude menée alors par le journal australien The Sunday Times, ses bras sont environ dix centimètres plus longs que la moyenne des autres athlètes.

Mais si l’Australienne mène la danse pendant une bonne décennie, rien n’a jamais été facile à Roland-Garros pour cette authentique joueuse de gazon, en témoigne sa balle de match sauvée en finale contre Lesley Turner en 1962. Jusqu’à 5 partout dans le set décisif, sa partenaire de double fait jeu égal avec elle. Même en 1970, l’année où elle gagne 109 matchs sur 115 et fait le Grand chelem, Court ne passe qu’à quelques points de la défaite à Paris, en étant menée 6/3 5-4 au deuxième tour par la Russe Olga Morozova. Sa plus belle victoire est sans doute la cinquième et dernière, en 1973, quand elle domine en finale la star montante Chris Evert (6/7 7/6 6/4). La jeune Américaine a sa chance en passant à deux points du titre lors du deuxième set, mais une fois de plus, Court prouve qu’elle ne sait pas perdre.

Margaret Court ne connait qu’une seule et unique déconvenue à Paris, en 1971, lorsque la Française Gail Chanfreau met fin à sa série de six victoires majeures de suite en l’éliminant dès les huitièmes de finale. Pour la petite histoire, l’Australienne reste la dernière joueuse à avoir réussi le triplé à Paris : en 1964, outre le simple, elle remporte également le double (avec Lesley Turner) et le mixte (avec Ken Fletcher). 

Margaret Court à Roland-Garros, c’est…

  • 44 victoires pour 5 défaites
  • 5 titres (1962, 1964, 1969, 1970 et 1973) et une finale (1965). Margaret Smith Court remporte également 11 fois l’Open d’Australie (de 1960 à 1966, de 1969 à 1971 et en 1973), 3 fois Wimbledon (1963, 1965 et 1970) et 5 fois Forest Hills (1962, 1965, 1969, 1970 et 1973).
  • 10 participations au total (la première en 1961 et la dernière en 1973, l’année de son cinquième et dernier titre)
  • 21 matchs disputés sur le Central (le premier en 1962 contre Renee Schuurman)
  • Des victoires marquantes sur Lesley Turner (finale 1962), Maria Bueno (finale 1964), Nancy Richey (demi-finale 1965 et quart de finale 1969), Ann Haydon Jones (demi-finale 1969), Evonne Goolagong (demi-finale 1973), Chris Evert (finale 1973)