En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Les menus n'ont pas toujours existé. Stéphane Lévêque, directeur du marketing et de la communication de Potel et Chabot, mais avant tout passionné d'histoire de la table, nous explique leur apparition.

Quand les menus sont-ils apparus dans l'histoire de la gastronomie ?
Si les premiers menus, qui étaient d'ailleurs de véritables œuvres d’art uniques, sont apparus vers 1540, le plus souvent, avant le XVIIe siècle, il n’y avait pas de menu précis mais une liste de mets et entremets annoncés aux convives à voix haute par un aboyeur.

Et cette liste était parfois très longue…
En effet, la liste des mets était aussi importante que l’était la durée du repas : imaginez le dîner offert au roi Louis XV au château de la Muette le 17 janvier 1750 : six services de onze plats chacun ont été servis de 9 heures du matin jusque 20 heures le soir. Bien évidemment, on ne mangeait pas tout ce qui était proposé. On se servait essentiellement de ce qui se trouvait à proximité de sa place. 

Qu'en est-il des menus de nos jours ?
Aujourd’hui, lors des grands événements, les menus sont illustrés et peuvent même se transformer en véritable petits carnets ou livrets présentant le parcours gastronomique du repas ou de l’événement.