En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

La gastronomie française est renommée de par le monde et la Chine ne fait pas d'exception. Alexis Tonard, chef de potel et Chabot en Asie, nous explique comment créer les bonnes conditions de dégustation pour gagner le coeur des convives chinois. 

Les traditions culinaires sont aux antipodes de notre culture gastronomique. les chinois sont-ils friands des mets que Potel et Chabot leur propose ? 
La cuisine française séduit tous les étrangers et les chinois n’échappent pas à cette règle. Si parfois elle déroute ces derniers, ils en sont néanmois fans et friands. Elle est tout à fait exotique à leurs yeux et à leur palais.

Comment les initier et leur profiter de vos réalisations ? Avez-vous besoin de les réadapter ? 
Pour leur permettre d'apprécier notre savoir-faire culinaire, il est avant tout essentiel de savoir travailler la présentation des mets en leur apportant quelques explications pour créer les meilleures conditions de dégustation.  Le premier obstacle est la langue. Si, dans de nombreux pays, les recettes ou les noms sont bien souvent traduits et présentés en français, la langue chinoise impose de choisir des idéogrammes précis, ce qui n'est pas aisé. 

En dehors du défi que représente la bonne traduction du nom du plats, quelles sont les autres habitudes auxquelles les clients asiatiques doivent s'accommoder ? 
A table, le rituel chinois est très différent. Les chinois affectionnent d'avoir à disposition une grande quantité de plats divers qu'ils picorent, qu'ils dégustent à l'aide de baguettes. Ils trouvent nos coutumes étranges, voire maniérées. Le passage des plats, les usentibles de dégustation spécifiques comme la pince à escargots, la flûte de champagne, les multiples formats de couteaux, cuillères et fourchettes leur sont inconnus. Leur maniement ne leur est pas aisé dans un premier temps. Pour eux, notre façon d'organiser un repas est en soi une exploration ! 

Avez-vous une anecdote, quelque chose qui vous a surpris, quand vous avez étudiez les goûts de votre clientèle ?
Comme beaucoup de Français, les Chinois sont amateurs d'huîtres... A une petite différence près : ils les consomment cuites. Déguster une huître crue est, pour un chinois, signe d’exotisme !