En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Justine Henin

Née le 1er juin 1982 à Liège (Belgique)

Quand la petite fille de Liège a la douleur de perdre sa maman, à l’âge de 13 ans, elle n’a plus qu’un objectif en tête : tenir la promesse qu’elle lui a faite de fouler un jour la terre battue du Central de Roland-Garros. En dépit d’un gabarit plume, largement au-dessous des normes du tennis moderne (1m67, 57 kg), Justine Henin, grâce à une détermination sans limite et un jeu fin taillé pour la terre battue, va assurer cette résolution près de 25 fois, et même remporter le titre à 4 reprises !

Avec une coupe Suzanne-Lenglen de plus que Serena Williams, Justine Henin présente ainsi le plus beau palmarès féminin à Roland-Garros au XXIe siècle. C’est lors de l’épreuve juniors en 1997 que l’on prend acte de son caractère et de ce fameux revers à une main, son coup fort et accessoirement l’un des gestes les plus esthétiques du circuit. Elle confirme dès 1999 en sortant des qualifications avant d’enquiquiner sérieusement Lindsay Davenport, à qui elle rend 22 centimètres, avant d’atteindre les demi-finales en 2001, où elle n’est pas loin de prendre le meilleur sur sa compatriote Kim Clijsters (2/6 7/5 6/3).

Les deux joueuses du "Plat pays" sont promises à jouer les premiers rôles et se retrouvent logiquement en finale en 2003. Henin, plus solide mentalement, a les commandes du début à la fin (6/0 6/4) et termine cette première finale majeure 100% belge en dédiant sa victoire à sa maman, "qui veille sur moi depuis le Paradis. J’espère que t’es très fière de moi, maman". Cette victoire la galvanise et elle remporte ensuite coup sur coup l’US Open et l’Open d’Australie. Mais en mai 2004, "Juju" a le genou qui siffle et arrive épuisée à Paris : elle doit passer la main en s’inclinant dès le deuxième tour.

Le coup d’arrêt est en réalité un nouveau départ : Henin signe ensuite un incroyable triplé (2005, 2006 et 2007) seulement réussi par Monica Seles depuis la Seconde guerre. La première année, elle s’impose en sauvant une balle de match contre la Russe Svetlana Kuznetsova en huitièmes de finale, avant de ne laisser que des miettes (13 jeux) à ses adversaires lors des trois tours suivants. C’est ce qui se produit également en 2006 et 2007, deux éditions au cours desquelles elle ne lâche pas le moindre set en chemin !

La Belge n’a pas 26 ans quand elle annonce sa retraite au printemps 2008, alors qu’elle est n°1 mondiale. Sa décision prend tout le monde de court, n’ayant pour seul écho dans l’histoire du tennis que celle de Björn Borg en 1982. Comme le Suédois, elle reviendra sur sa décision, et rejouera même à Paris en 2010. Moins affutée qu’à la grande époque, elle s’incline alors en huitièmes de finale mais porte à 40 son nombre de sets gagnés consécutivement à Roland-Garros, égalant ainsi le vieux record de l’Américaine Helen Wills, la grande championne de l’entre-deux-guerres.

Justine Henin à Roland-Garros, c’est…

  • 38 victoires pour 5 défaites
  • 4 titres (2003, 2005, 2006 et 2007). Justine Henin a également remporté une fois l’Open d’Australie (2004), et deux fois l’US Open (2003 et 2007).
  • 9 participations au total (la première en 1999, la dernière en 2010)
  • 24 matchs disputés sur le Central (le premier en 1999 contre Lindsay Davenport)
  • Des victoires marquantes sur Kim Clijsters (finale 2003, demi-finales 2006), Serena Williams (demi-finales 2003), Maria Sharapova (quart de finale 2005), Mary Pierce (finale 2005), Svetlana Kuznetsova (huitièmes de finale 2005, finale 2006), Ana Ivanovic (finale 2007).