En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Henri Cochet

Né le 14 décembre 1901 à Villeurbanne (France), décédé le 1er avril 1987 à Saint-Germain-en-Laye (France)

Il devient un héros en 1927, lorsqu’avec ses compères René Lacoste, Jean Borotra et Jacques Brugnon, il renverse les Etats-Unis en finale de la Coupe Davis. Quand est inauguré le stade Roland-Garros, symbole et récompense de leur réussite, Henri Cochet est même le meilleur joueur du monde. Vainqueur dès 1922 du championnat de France, l’épreuve mère du tournoi, il récidive en 1926 lors de la deuxième édition des Internationaux de France, et confirme cette supériorité à trois autres reprises, en 1928 (l’année où l’épreuve déménage Porte d’Auteuil), puis en 1930 et 1932. En 1930, la légende prétend que sa finale contre le grand Bill Tilden provoque des embouteillages jusqu’à la Seine ! Aux abords du stade, 4000 voitures tentent de trouver une place, et le service d’ordre finit débordé pendant que Cochet remporte le choc en quatre sets (3/6 8/6 6/3 6/1), après "le plus beau tennis sans doute jamais vu à Paris" écrit l’Auto-Journal.

Ce remarquable ascendant que Cochet prend à la régulière contre l’indestructible Tilden est bien évidemment l’une des causes principales de la série de victoires de la France en Coupe Davis entre 1927 et 1932. Car Cochet à Roland-Garros, c’est aussi une histoire de Saladier d’argent. Le 26 juillet 1929 déjà, un an avant cette finale mythique, Cochet provoque les rires du public en mystifiant Tilden (6/3 6/1 6/2). "Ce jour-là, je me sentais transporté dans un autre monde, j’évoluais sur ce Central sans aucune espèce d’effort." Sur 12 simples de Coupe Davis disputés à Roland-Garros, Henri Cochet en a remporté 11. Il a par ailleurs assuré la permanence en double avec Jacques Brugnon, pour un bilan de 3 victoires en 4 matchs. Trois fois, il a eu le plaisir et l’honneur d’apporter le point de la victoire. En 1928, alors que la peinture du stade est encore fraiche, il est même porté en triomphe par la foule qui dégringole du court aussitôt la balle de match jouée.

Requalifié en amateur pendant la Seconde guerre mondiale, il participe au tournoi de France, l’épreuve de substitution mise en place pendant l’Occupation. Mais une fois la paix revenue, même s’il figure toujours parmi les meilleurs Français à près de 45 ans, il refuse de participer de nouveau aux Internationaux de France, restant sur un impressionnant ratio de 90,9% de victoires.

Henri Cochet aux Internationaux, c’est…

  • 40 victoires pour 4 défaites.
  • 4 titres (1926, 1928, 1930 et 1932) et une finale (1933). Henri Cochet compte également deux titres à Wimbledon (1927 et 1929) et un à Forest Hills (1928).
  • 8 participations au total (la première en 1925, la dernière en 1933, l’année où il passe professionnel)
  • 18 matchs disputés sur le Central (le premier en 1928 en huitièmes de finale contre Francis Hunter).
  • Des victoires marquantes sur René Lacoste (finale 1926 et 1928), Jean Borotra (demi-finales en 1928), Bill Tilden (finale 1930).