En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Helen Wills

Née le 6 octobre 1905 à Centerville (Californie), décédée le 1er janvier 1998 à Carmel (Californie)

Avec Suzanne Lenglen, qui la battit (6/3 8/6) en 1926 lors de leur unique et très médiatique rencontre à Cannes, Helen Wills est la plus grande joueuse de la première moitié du XXe siècle. Quand la Française s’envole chez les professionnelles en 1926, l’Américaine est désormais sans rivale. Sans jamais donner l’impression de forcer, elle fait la razzia sur tous les grands titres : entre Wimbledon 1927 et Wimbledon 1933, Wills gagne 158 matchs de suite et les 14 tournois majeurs auxquels elle participe. En fin de carrière, elle en totalise 19, dont 8 à Wimbledon, 7 à Forest Hills et 4 à Roland-Garros (1928, 1929, 1930 et 1932), où elle bat deux fois en finale la Française Simonne Mathieu, l’une des rares joueuses à avoir remporté plus de 4 jeux dans un set face à elle à Paris.

Encore meilleur qu’à New York et Londres, son bilan comptable parisien donne le vertige. Helen Wills est non seulement invaincue en simple Porte d’Auteuil (sa première participation aux Internationaux, en 1926, date d’avant la construction du stade), mais la patronne n’y a également jamais lâché le moindre set ! La presse de l’époque évoque des sets parfois bouclés en moins de 10 minutes. Cette domination est telle que les journalistes s’en sont parfois amusés, annonçant à l’avance ses victoires. Ainsi, le 28 mai 1930, l’Auto-Journal écrit en donnant le programme du jour : "A 14h30, Miss Wills, sur le Central, exécutera Miss Mondford."

Vainqueur également deux fois en double avec Elizabeth Ryan (1930 et 1932), Wills ne manque finalement que le mixte, malgré deux finales, associée à Francis Hunter (1928 et 1929). Comme Lenglen, Wills annonce déjà le tennis moderne avec un jeu très complet. Elle aussi a tout d’une star en dépit d’un comportement parfois glacial. Le visage est toujours caché par une visière, et sa réputation veut qu’elle ne lâche jamais le moindre sourire sur le court, ce qui lui vaut le surnom de "Poker face". Son admirable et étonnant parcours a inspiré un film en 1951 à la réalisatrice Ida Lupino, "Hard, Fast and Beautiful".

Helen Wills à Roland-Garros, c’est…

  • 19 victoires pour 0 défaite et 0 set concédé.
  • 4 titres (1928, 1929, 1930 et 1932). Elle compte également 8 titres à Wimbledon (1927, 1928, 1929, 1930, 1932, 1933, 1935 et 1938) et 7 à Forest Hills (1923, 1924, 1925, 1927, 1928, 1929 et 1931).
  • 5 participations au total (la première en 1926, lors de la deuxième année des Internationaux de France, mais deux ans avant la création du stade)
  • 15 matchs disputés sur le court Central (le premier le 26 mai 1928, soit 8 jours après l’inauguration du stade, contre la Française Marcou).
  • Des victoires marquantes sur Cilly Aussem (huitième de finale 1928 et demi-finale 1930), Simonne Mathieu (finale 1929 et 1932), Hilde Sperling (demi-finale 1932). 

 

© Piaz – FFT