En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

En 1974, Björn Borg battait Manuel Orantès 2-6, 6-7, 6-0, 6-1, 6-1 et remportait son premier Roland-Garros.

Björn Borg

Né le 6 juin 1956 à Stockholm (Suède)

Pour tous les amateurs de tennis, Björn Borg c’est d’abord un look mystique, des tenues moulantes Fila, un bandeau qui discipline une étincelante crinière, une raquette Donnay en bois avec un grip en cuir et un cordage en VS naturel hyper-tendu, ainsi qu’un côté imperturbable, impénétrable, qui tranche avec la force avec laquelle il écrase la plupart de ses adversaires. Avec le champion suédois, les points "faciles" disparaissent, et Roland-Garros, pour reprendre l’expression de Patrice Dominguez, devient "un lieu de souffrance" pour qui doit se mesurer à lui.

Puisqu’il sait redéfinir son sport en devenant le premier grand joueur à bénéficier d’un coach personnel et en donnant une efficacité nouvelle et inattendue au lift, il y a un avant et un après Björn Borg dans l’histoire des Internationaux de France comme dans celle du tennis en général. Le "pendant Borg", lui, est un long monologue sans partage. Il brandit 6 fois le trophée du vainqueur entre 1974 et 1981, et ne concède que deux défaites au total, toujours contre le même homme, l’attaquant italien Adriano Panatta (1973 et 1976).

Entre 1978 et 1981, période la plus faste de sa carrière, il gagne 28 matchs de suite à Paris et enlève deux fois l’épreuve sans lâcher un seul set (1978 et 1980), parfois en ridiculisant certaines des meilleures raquettes du monde. Etrillé 6/0 6/1 6/0 en demi-finales en 1978, Corrado Barazzutti propose même : "Pourquoi on ne ferait pas un tournoi pour gens normaux ? Comme ça après, le meilleur d’entre nous joue le Martien." C’est avec lui que le jeu pratiqué à Paris se "durcit" et que Roland-Garros rejoint Wimbledon en termes de notoriété. Entre sa première victoire en noir et blanc (alors qu’il est tout de jaune vêtu) et sa sixième victoire en couleurs, la télévision quadruple son temps d’antenne, familiarisant la France entière avec l’évènement.

Sa série de victoires parait d’autant plus exceptionnelle que le Suédois est, dans le même temps, le patron de Wimbledon (5 victoires de suite entre 1976 et 1980), où il sait travestir son jeu pour venir le plus souvent possible au filet. Après avoir largué les amarres en pleine gloire dès 25 ans, Borg n’est apparu qu’épisodiquement à Paris. S’il n’a jamais disputé le Trophée des légendes, il a remis trois fois le trophée au vainqueur, en 1997, 2008 et 2014. Heureux hasard, les lauréats sont ces années-là deux autres géants de la terre, Gustavo Kuerten et surtout Rafael Nadal, l'homme qui allait battre son record de six victoires, que l’on croyait pourtant intouchable jusqu’à la fin des temps. 

Björn Borg à Roland-Garros, c’est…

  • 49 victoires pour 2 défaites.
  • 6 titres (1974, 1975, 1978, 1979, 1980 et 1981), un quart de finale (1976) et un huitième de finale (1973). Björn Borg remporte également 5 fois Wimbledon (1976, 1977, 1978, 1979, et 1980).
  • 8 participations au total (la première en 1974, et la dernière en 1981, à seulement 25 ans).
  • 45 matchs disputés sur le Central (le premier en 1973 contre Cliff Richey).
  • Des victoires marquantes sur Manolo Orantes (finale 1974), Adriano Panatta (demi-finales 1975), Guillermo Vilas (finale 1975 et 1978), Vitas Gerulaitis (demi-finales 1979 et finale 1980), Ivan Lendl (finale 1981).

© FFT